Forum 4 décembre
Interventions

Fermer Présentation

Fermer Actions de résistance en cours et leurs effets concrets

Fermer Des collectifs transversaux en résistance

Fermer Stéphane Hessel

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

 ↑
Prolongations

Fermer Perspectives

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

Fermer A la radio

Fermer Presse écrite

 ↑
Recherche



 ↑
Visites

 86819 visiteurs

 1 visiteur en ligne

 ↑
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )
 ↑
Stéphane Hessel - Question 1 : Politique et non-violence.



M.Hessel, bonsoir, Christophe M. 

Je suis très ému de vous parler. vraiment très ému et d'être devant vous en réelle présence, c'est quelque chose de très fort. Parce que je voudrais vous exprimer toute ma gratitude pour tout ce que vous dites ces derniers mois, pour les positions que vous prenez pour la Palestine. Pour tout ce que j'ai entendu sur les dernières émissions sur France Inter... C'est tellement touchant, et tellement une chance aujourd'hui, en 2010 avec toutes les souffrances qu'il y a en ce moment, et c'est un petit fils de résistant qui vous parle. Parce que mon grand père a été l'un des premiers résistants de France aussi et Brigadiste international. Et donc, à chaque fois que vous parlez, vous me faites penser à mon grand père.


Coup de jeune

Et j'ai repris le flambeau avec mes modeste moyens, on a monté un collectif éducatif qui s'appelle "coup de jeune". J'ai monté une méthode qui s'appelle "la haute qualité relationnelle" qui est un démarche fraternelle, parce que je pense que le problème est de l'ordre de la communication en France. Et il y a un vrai problème politique. C'est une méthode de communication non-violente.

Et je sais combien vous êtes sensible à la non-violence, parce que dans votre livre "Indignez-vous !"  vous parlez beaucoup de la non-violence. D'ailleurs, pour poursuivre dans la poésie, quand je vous vois, je pense à cette phrase de Paul Valéry qui disait : "On est vieux quand on a cessé de s'indigner, on est vraiment vieux quand on a cessé de s'indigner !"  Et dieu sait comme vous êtes jeune et comme vous nous donnez de la jeunesse.



Politique active et valeurs humanistes

La question que j'aurais à vous poser, c'est sur cette articulation. Puisque moi, étant un petit fils d'homme politique et de sénateur politique, je n'ai jamais pris une seule carte de ma vie, ni dans un parti, ni dans un syndicat et pour cause.

Puisque les méthodes que je défends prônent des valeurs humanistes, fraternelles, vous voyez un peu de quoi je peux parler aussi, n'est-ce pas ? Et que c'est un dévoiement, forcément des valeurs que je prône, que de faire de la politique, au sens de la politique active ? Et j'ai toujours, excusez-moi, je vais être un peu trivial, le cul entre deux chaises, parce que je sais que la politique est un des instruments de notre destin collectif.

Et d'un autre côté, comment pratiquer la non-violence, M. Hessel, en faisant de la politique active. Vous qui la connaissez si bien. En sachant quelles sont les âmes sombres des hommes qui sont en première ligne de la politique, tout ce qu'il faut faire au sens machiavélique du terme, puisque, comme le disait Machiavel, "en politique, la gentillesse est toujours impuissante."

Alors voilà, je vais vous poser cette question : Comment m'aider, avec vos lumières magnifiques, à articuler politique et non-violence.

Et pour finir par la poésie, René Char disait : "Impose ta chance, sers ton bonheur, cours vers ton risque, à te regarder, ils s'habitueront."

Merci, M. Hessel.



Réponse de Stéphane Hessel :



Pour S. Hessel, il faut sortir du sentiment répandu que les choses sont comme elles sont et qu’il n’y a rien à y faire.

Il y a violence et violence.
Des lois internationales sur la violence existent dont il faut se servir. La violence est dangereuse à la fois pour ceux qui la subissent et pour ceux qui la pratiquent, ainsi perd-t-on le respect vis-à-vis de ceux qu’on opprime.

Que peut-on faire contre le terrorisme qui n’a pas de patrie, contre ceux qui utilisent des moyens qui n’ont plus rien d’humain ? Il faut être carré dans son refus de tout cela, trouver les voies d’une non-violence et pour cela trouver avec qui lutter. Cela peut être :

  1. s'engager en politique : on peut choisir un parti (tous ne sont pas des vendus, ni des lâches) ;

  2. les syndicats : la France est sous-syndicalisée ;

  3. des associations, RESF par exemple.

 

En conclusion, il faut s’engager mais sans pour autant rechercher un contexte parfaitement satisfaisant car on ne le trouvera pas.





Date de création : 19/12/2010 @ 14:30
Dernière modification : 20/12/2010 @ 16:20
Catégorie : Stéphane Hessel
Page lue 1920 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^