Forum 4 décembre
Interventions

Fermer Présentation

Fermer Actions de résistance en cours et leurs effets concrets

Fermer Des collectifs transversaux en résistance

Fermer Stéphane Hessel

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

 ↑
Prolongations

Fermer Perspectives

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

Fermer A la radio

Fermer Presse écrite

 ↑
Recherche



 ↑
Visites

 87816 visiteurs

 1 visiteur en ligne

 ↑
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )
 ↑
Presse écrite - Libération, portrait d'une enseignante résistante, 06/12/10.

 

________________________________________________________

« Nous refusons les évaluations CE1 et CM2. »

Portrait de Véronique Decker. 53 ans, directrice d’école,

par Véronique Soulé,
Libération, le 6/12/2010.

________________________________________________________



 

Véronique Decker (Photo : Jérôme Bonnet)

 

 Portrait :

« Je suis d’abord une militante pédagogique, pour une école publique de qualité où on avance ensemble sans se lâcher la main, et non une école "de la réussite". Je me suis engagée avec une bonne partie de l’équipe de l’école, car c’est dans nos quartiers - nous sommes à Bobigny, en Seine-Saint-Denis - que les effets des réformes sont les plus violents.

Nous refusons les évaluations de CE1, de CM2 et la prime de 400 euros par enseignant qui va avec. Elles sont absurdes : contrairement aux anciennes évaluations de CE2, qui nous permettaient de voir ce que les gamins avaient acquis, même partiellement, on voit seulement ce qu’ils savent ou ne savent pas. Ce sont les prémisses d’un filtrage des élèves.

Ensuite, nous refusons d’appliquer l’aide personnalisée comme elle est prescrite : prendre six élèves en difficulté pour leur faire refaire ce qu’ils n’ont pas compris. Nous, nous aidons tous les élèves qui en ont besoin.

En tant que directrice, je refuse de remplir le questionnaire "base élèves", car l’école n’est pas là pour constituer des fichiers. Enfin, nous sommes dans le Réseau Education sans frontières (RESF). Aujourd’hui, nous nous battons pour les enfants roms que nous voyons arriver sans chaussettes en hiver ou tout mouillés car ils ont passé la nuit dehors après que leurs cabanes ont été rasées.

Nous sommes la profession la plus syndiquée de France.

Mais les promenades Bastille-Nation et les jours de grève sont inefficaces. Et l’on ne peut rester sans rien faire.

La résistance, c’est le moment où la décision politique dépasse la parole et se traduit dans la vie. »

_______________________________________________________

A lire en ligne sur le site de Libération.


Date de création : 20/12/2010 @ 12:47
Dernière modification : 20/12/2010 @ 22:06
Catégorie : Presse écrite
Page lue 2390 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^