Forum 4 décembre
Interventions

Fermer Présentation

Fermer Actions de résistance en cours et leurs effets concrets

Fermer Des collectifs transversaux en résistance

Fermer Stéphane Hessel

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

 ↑
Prolongations

Fermer Perspectives

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

Fermer A la radio

Fermer Presse écrite

 ↑
Recherche



 ↑
Visites

 87817 visiteurs

 1 visiteur en ligne

 ↑
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )
 ↑
Presse écrite - Libération, portrait d'un infirmier résistant, 06/12/10.

________________________________________________________


«
J’ai sorti des patients qui étaient à l’isolement »


Portrait d'André Latour, 53 ans, aide-soignant en psychiatrie,

par Véronique Soulé,
Libération
, le le 6/12/2010.

________________________________________________________



André Latour (Photo : Jérôme Bonnet)


« Je suis aide-soignant à l’hôpital psychiatrique Bel-Air de Charleville-Mézières depuis 1978, avec une interruption de 1988 à 1993 - j’ai été licencié, puis réintégré après avoir gagné mon procès.

En tant que résistant, j’ai refusé de mettre des patients à l’isolement. J’en ai sorti, aussi.

Une fois, j’ai fait rapatrier dans le service un patient qu’on avait transféré et qui vivait attaché.

Je ne dis pas qu’avant, tout était beau. On leur tapait dessus.

Aujourd’hui, c’est plus dans le contrôle : on les gave de médicaments au point qu’ils font pipi sur eux.

Et on retire du personnel. Les chefs disent : "Plus besoin de faire de la psychothérapie institutionnelle, on a des médicaments." Or, la parole soigne. Je résiste aussi dans mes rapports avec les patients. Par exemple, je réponds à leurs questions : "Quand je vais sortir ?" ; "Qu’est-ce qui va m’arriver ?" Je les traite comme mes égaux, pas comme mes inférieurs.

J’ai été sanctionné. Deux fois, on m’a empêché de devenir infirmier. J’ai réussi l’écrit, mais à l’oral, ils m’ont recalé. Aujourd’hui, je suis dans une unité de suppléance, bouche-trou, en somme. Et on évite de me faire travailler les week-ends et les jours fériés - ce qui me fait perdre jusqu’à 200 euros de primes par mois. Mais on ne me fera pas reculer. Je suis comme ça, d’un bloc.

Je suis aussi très engagé dans la CGT. Je participe en plus à des colloques de l’Appel des 39 [lancé après un discours de Sarkozy prônant le tout sécuritaire en HP, ndlr] pour transmettre nos pratiques, car les jeunes arrivent souvent très formatés.

Le pire, pour moi, ce sont ceux qui disent : "Vas-y toi, Dédé; moi, je ne peux pas, j’ai mon loyer, les enfants…"»


Date de création : 20/12/2010 @ 12:59
Dernière modification : 21/12/2010 @ 12:41
Catégorie : Presse écrite
Page lue 2200 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^