Forum 4 décembre
Interventions

Fermer Présentation

Fermer Actions de résistance en cours et leurs effets concrets

Fermer Des collectifs transversaux en résistance

Fermer Stéphane Hessel

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

 ↑
Prolongations

Fermer Perspectives

Fermer Des nouvelles des uns et des autres.

Fermer A la radio

Fermer Presse écrite

 ↑
Recherche



 ↑
Visites

 88064 visiteurs

 1 visiteur en ligne

 ↑
Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 2 membres


Connectés :

( personne )
 ↑
Des nouvelles des uns et des autres. - Education : évaluations nationales CM2 2011

__________________________________________________

Les évaluations nationales
ne passeront pas par nous !

Appel du réseau des enseignants du primaire en résistance,
le 9 janvier 2011

______________________________________________

Cet appel a été lancé avec la signature de 210 enseignants et personnalités. Il a recueilli au total 838 signatures au 9 février.

En résonance avec ce texte, le cas particulier d'une enseignante du Var, Pascale La Rosa, et l'engagement de parents d'élèves- contre les évaluations à Grenade, en Haute Garonne.

Dans les deux cas, la résistance civile a provoqué une réponse disproportionnée et inadaptée de l'administration, mettant en lumière les incohérences du système et l'obligation de résultats.

A Toulon, l'enseignante d'une classe multi-niveaux présentant 5 CM2, a subi et résisté de très fortes pressions de son IEN. Ces ardeurs ont cependant été tempérées par une campagne de lettres lancée par le réseau des enseignants du primaire en résistance. Les élèves n'ont finalement pas eu à subir les évaluations grâce à la détermination de l'enseignante (un enseignant avait été délégué dans l'établissement pour ce faire, et l'inspecteur s'est lui-même déplacé pour tenter de la faire fléchir.) Mme La Rosa, convoquée à l'inspection pour remettre néanmoins les livrets, a déposé ceux-ci au siège du SNUipp, principal syndicat des enseignants du primaire.

A Grenade, les élèves des familles boycotteuses ont subi les épreuves en décalé, et sur un temps resserré. Les résultats de ces passations pour le moins fantaisistes sont néanmoins exigés par l'inspection. Les parents se sont constitués en collectif, et ont décidé de remettre leurs lettres de refus concernant ces remontées.

_______________________


Le ministère avait promis de faire évoluer les évaluations nationales imposées aux classes. Il les maintient cependant, malgré tous les défauts majeurs qui ont été pointés dans leur contenu et leur déroulement.

Indignés par tant de désinvolture envers les élèves et les parents, indignés par tant de mépris pour le métier d’enseignant, nous affirmons que les évaluations nationales ne passeront pas par nous !


Nous refusons de faire passer cette batterie d'évaluations, placée trop tardivement dans l'année pour permettre un diagnostic. Nos évaluations ont lieu tout au long de l'année, en cohérence avec le travail dans nos classes.

Nous refusons d’évaluer des élèves sur des notions non étudiées. Nous continuerons à les évaluer sur des connaissances et des compétences réellement travaillées en classe.

Nous refusons de faire passer des tests formatés et réducteurs. Nous privilégierons des évaluations qui nous aident à repérer et comprendre les erreurs et lacunes des élèves.

Nous refusons de mettre les élèves en difficulté par la passation d’exercices superficiels. Nous privilégierons des évaluations qui aident l’élève à renforcer son estime de soi et sa confiance en ses capacités.

Nous refusons de collaborer à un système qui a l’apparence d’une rigueur scientifique, mais dont l'objectif annoncé est d'instaurer le pilotage du système par les chiffres. Nous faisons confiance aux outils élaborés par les enseignants eux-mêmes dans l’intérêt des élèves.

Nous refusons de participer à un processus qui valorise la performance individuelle et la compétition des uns contre les autres. Nous faisons le choix de l’entraide, de la coopération et de la solidarité dans la classe.

Nous refusons le principe de mise en concurrence des établissements scolaires sur la base des résultats de ces évaluations. Nous continuerons à préférer le travail en équipe, la coopération et la mutualisation entre les établissements.

Nous refusons de transmettre des résultats chiffrés par le biais du fichier informatisé du ministère. Nous restituerons les informations utiles de nos évaluations aux seuls parents et conseils des maîtres.

Nous refusons le principe d’une prime qui achète la conscience des enseignants. Nous demandons l’arrêt du mépris et le retour de la confiance pour les enseignants qui ne comptent pas leurs heures.

Plus que jamais, en conscience, nous refusons de renier l’éthique de notre métier. Nous resterons des passeurs, des accompagnateurs et des éveilleurs qui aideront les petits d’hommes à devenir des citoyens autonomes, éclairés et responsables. En toute responsabilité, nous continuerons à œuvrer pour le bien-être et le progrès de tous nos élèves.

Nous appelons les équipes pédagogiques à boycotter ce dispositif d’évaluations nationales.



Date de création : 09/02/2011 @ 13:21
Dernière modification : 09/02/2011 @ 13:54
Catégorie : Des nouvelles des uns et des autres.
Page lue 1539 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article


^ Haut ^