Solidarité financière

Les enseignants du primaire en résistance sont parfois sanctionnés par des retraits de salaire. Vous pouvez participer solidairement pour compenser ces sanctions financières:

voir
ICI
Contacts

1- Vous avez des questions, des remarques. Vous voulez prendre contact avec le réseau ou savoir ce qui se passe près de chez vous?
De même si vous avez signé la Charte, prenez contact pour connaître les référents de votre département.
Contact avec le réseau

2- Un problème technique avec le site ?
Ecrire au webmestre
 
 
Tous les articles

Fermer Qui sommes-nous ?

Fermer La désobéissance civile

Fermer Témoignages de soutien

Fermer Réflexions

Fermer Les réformes

Fermer Charte

Dans les départements

Fermer Ain

Fermer Loire Atlantique

3 derniers articles
Nouvelles des Amis
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Témoignages de soutien - Courrier de l'ICEM au ministre

Enseignants sanctionnés : Courrier de l'ICEM au ministre

{C}
 
Monsieur le Ministre,
 
Les réformes engagées depuis deux ans bouleversent considérablement l’école primaire. Ces bouleversements ne peuvent entraîner une efficacité accrue du système éducatif Français, comme en témoignent les nombreuses réactions de spécialistes de l’éducation, de scientifiques et d’anciens ministres de l’éducation Nationale. Cela inquiète une majorité d’organisations dévouées à l’enfance ainsi que la Ligue des Droits de l’Homme. L’ONU par l’intermédiaire du Comité des experts aux Droits de l’enfant a interpellé la France sur sa mise en oeuvre de la Convention internationale des droits de l’enfant justifiant l’action des directeurs d’école qui refusent le fichage des enfants dans Base Elèves.
 
Un certain nombre d’enseignants ont choisi de résister à la dégradation du service public d’éducation. Ces professeurs des écoles ou directeurs, forts de leur conscience professionnelle et de leur investissement personnel dans leur travail, ont choisi d’être en accord avec leur conscience.
Que reprochent ces enseignants dits « désobéisseurs » à ces mesures ?
 
1. Elles ont été prises sans concertation ni consultation.
 
2. Les recherches des quarante dernières années sur l’enseignement et la pédagogie ont été complètement niées et même méprisées.
 
3. La réduction de vingt-six heures à vingt-quatre heures hebdomadaires n’était revendiquée par personne, ni les syndicats d’enseignants, ni les fédérations de parents d’élèves, ni les partis politiques. Au contraire, les chronobiologistes recommandent depuis longtemps un allégement du volume horaire quotidien mais pas du nombre de jours ! Les expériences de semaine à quatre jours menées depuis plus de dix ans n’ont jamais établi une amélioration de l’efficacité scolaire.
 
4. Les programmes 2008, plus lourds en ce qui concerne l’enseignement du français et des mathématiques (ce qu’on appelle « les fondamentaux»), réduisent la part de la recherche, de l’expression, de la création, pourtant universellement reconnues comme indispensables aux apprentissages. Des notions de français ou de mathématiques, qui avaient été écartées des programmes parce que jugées trop difficiles, sont de nouveau imposées, sans qu'il soit tenu compte du temps nécessaire à l’appropriation de ces savoirs.
 
5. Les programmes précédents (2002 puis 2007), à peine mis en place, n’ont fait l’objet d’aucune évaluation. Il est souvent reproché à l’école de ne pas suivre l’évolution de la société : avec ces réformes, l’école fait un bond en arrière de plusieurs décennies !
 
6. Les deux heures d’aide personnalisée et les stages de remise à niveau, qui sont accompagnés de la réduction et de la transformation des missions des enseignants des RASED, ne réduiront pas la difficulté scolaire. Les deux heures hebdomadaires d’enseignement supprimées pour tous manquent aux enfants fragiles, lents pour parfaire leurs apprentissages. Elles manquent aussi aux enseignants qui sont contraints de diminuer les horaires de pratiques indispensables à un développement harmonieux de chaque enfant.
 
7. Les évaluations nationales CM2 passées en janvier ne pouvaient en aucun cas permettre de déterminer les compétences acquises puisque certains item portaient sur des points du nouveau programme non encore travaillés par les enfants à cette date. Dans les évaluations de CE1, le texte principal proposé aux enfants pour de nombreux items de français était destiné, par l'éditeur lui-même, aux enfants de cycle 3.
Des enseignants qui ont résisté à l’application de ces mesures, tout en continuant d’effectuer leur travail suivant leur conviction et leur savoir-faire sont menacés de lourdes sanctions : retraits de salaire, retraits de fonction de direction, notes pédagogiques bloquées, avancements retardés voire rétrogradation, etc.
 
Pourtant d’autres collègues s’étaient élevés, durant ces dernières années, contre des réformes ou des programmes : M. Marc Le Bris, Mlle Rachel Boutonnet ont écrit des livres et se sont exprimés dans les médias pour fustiger la loi d’orientation de 1989, l’apprentissage de la lecture par le sens, refusant ouvertement d’appliquer les programmes. Ces enseignants ont été honorés récemment par le gouvernement :
invitation à l’Elysée pour l’un, décoration de l’Ordre National du Mérite pour un autre. Quel sens faut-il donner à une telle valorisation de la désobéissance lorsque nos collègues sont lourdement sanctionnés pour des actions similaires ?
 
Que faut-il penser ?
 
Ne laissez pas, Monsieur le Ministre, la France sans une éducation créative, ambitieuse, émancipatrice sous couvert de réduire les dépenses.
Ne laissez pas, Monsieur le Ministre, la France sans un corps enseignant capable de réflexion, d’inventivité, de réactivité sous couvert d’autoritarisme.
 
Pour toutes ces raisons qui attestent du sérieux et du professionnalisme de ces enseignants, nous vous prions, Monsieur le Ministre, de bien vouloir demander aux Inspecteurs d’Académie de cesser toute poursuite envers des enseignants et directeurs d’école qui oeuvrent pour la France et son avenir, dans le respect des droits de l’Homme et celui des Droits des Enfants.
 
Dans cette attente, nous vous adressons, Monsieur le Ministre, l’expression de nos sentiments les plus respectueux.
 
Pour le Conseil d’Administration de l’ICEM,
La présidente, Muriel Quoniam

 


Date de création : 10/10/2009 @ 22:14
Dernière modification : 25/02/2013 @ 13:48
Catégorie : Témoignages de soutien
Page lue 3067 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
CHARTE A SIGNER

Nous vous invitons à signer la
"Charte de la résistance pédagogique" 

gylogo.gif
PLUS  DE  2930
SIGNATAIRES A CE JOUR !


Pourquoi signer ?
 
Lire et signer
 
Voir les signataires

A T T E N T I O N !
la charte ne s'adresse qu'aux ENSEIGNANTS
du PRIMAIRE et PSY-SCO en ACTIVITE

Pour les signatures de soutien, c'est en dessous !!!

 ***************************

Vous n'êtes pas enseignant du primaire en activité ?
Qu'à cela ne tienne :

signez le texte de soutien
!

wink

NOUVEAU SITE

Vous êtes sur le nouveau site du réseau des enseignants du primaire en résistance.
 
Le blog "Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école" continue à fonctionner, vous y trouverez en particulier les informations et articles que nous n'avons pu transférer intégralement ici.
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Rédacteur


Nombre de membres13 rédacteurs
Rédacteur en ligne : 0
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 83 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^