Solidarité financière

Les enseignants du primaire en résistance sont parfois sanctionnés par des retraits de salaire. Vous pouvez participer solidairement pour compenser ces sanctions financières:

voir
ICI
Contacts

1- Vous avez des questions, des remarques. Vous voulez prendre contact avec le réseau ou savoir ce qui se passe près de chez vous?
De même si vous avez signé la Charte, prenez contact pour connaître les référents de votre département.
Contact avec le réseau

2- Un problème technique avec le site ?
Ecrire au webmestre
 
 
Tous les articles

Fermer Qui sommes-nous ?

Fermer La désobéissance civile

Fermer Témoignages de soutien

Fermer Réflexions

Fermer Les réformes

Fermer Charte

Dans les départements

Fermer Ain

Fermer Loire Atlantique

3 derniers articles
Nouvelles des Amis
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

La désobéissance civile - La désobéissance civile des professeurs norvégiens (1942) (J.M. Muller)

 […] Certes, j'entends bien, dans la mesure où nous vivons aujourd'hui « en démocratie », comparaison n'est pas raison. Tout anachronisme serait ici déraisonnable et je m'en garderai bien. Il reste que les circonstances extrêmes permettent, précisément par leur effet grossissant, de bien mettre en lumière un principe qui doit prévaloir en toute circonstance. Ce principe est clair et ne saurait souffrir aucune exception : lorsqu'un fonctionnaire a la conviction que son obéissance le conduirait à se rendre complice d'une injustice préjudiciable à ses concitoyens, il doit désobéir. Et sa désobéissance est une forme supérieure de civisme. Un fonctionnaire doit être homme avant d'être sujet. Et un homme responsable obéit aux exigences de sa conscience plutôt que de se soumettre aux injonctions de l'État. (Extrait de la Lettre ouverte de Jean-Marie Muller à l'inspecteur d'académie de la Haute-Garonne)


La désobéissance civile des professeurs norvégiens (1942)

L'une des campagnes de désobéissance civile les plus significatives organisées pendant la seconde guerre mondiale est celle des enseignants norvégiens. Le 1er février 1942, le chef du parti national-socialiste norvégien, le Nasjonal Samling (NS), Vidkun Quisling, devient Ministre-Président et forme un « gouvernement national ». En réalité c'est le Reichskommissar allemand, Josef Terboven, qui détient la réalité du pouvoir. Dès le 3 février, Quisling rend obligatoire l'adhésion de tous les jeunes de 10 à 18 ans à l'Organisation de la jeunesse du NS. Le 5 février, le Ministre-Président promulgue une « loi » créant le « Syndicat des professeurs norvégiens ». Celui-ci devait être un élément important dans l'État corporatif qu'il avait l'intention de construire sur le modèle fasciste. Le dirigeant de ce nouveau syndicat déclare que cette organisation est l'instrument destiné à guider les professeurs afin qu'ils puissent mener à bien leur mission éducative dans la « Nouvelle Norvège". Il précise que l'insubordination à ce syndicat ne sera pas admise.

Le 12 février, un groupe  de professeurs de l'enseignement primaire et secondaire se réunissent clandestinement à Oslo et rédigent la déclaration suivante : « Je déclare ne pas pouvoir participer à l'éducation de la jeunesse norvégienne selon les principes stipulés par l'Organisation de la jeunesse du NS, car cela est contraire à ma conscience. Selon la déclaration de son dirigeant, l'appartenance au Syndicat des professeurs implique l'obligation de donner une éducation selon ces principes et pose aussi d'autres exigences qui violent directement  les clauses de ma nomination. Je me trouve donc dans la nécessité de déclarer que je ne peux pas me considérer comme un membre du Syndicat. » Il est demandé à chaque enseignant de recopier cette déclaration, de la signer, d'indiquer leur adresse et de l'envoyer directement au « gouvernement » à la date du 20 février. Dans un si court délai, tous les professeurs ne purent pas être prévenus à temps. Parmi ceux qui le furent, plus de 90 % firent savoir au gouvernement qu'ils entraient en désobéissance. Finalement, selon Gene Sharp, sur les 12 000 professeurs norvégiens, entre 8000 et 10 000 envoyèrent cette lettre.

Le 23 février, le « gouvernement » annonce que les professeurs qui n'auraient pas retirés leur déclaration avant le 1er mars seraient révoqués. Dans  certains endroits, le paiement des salaires est suspendu immédiatement. Les responsables des organisations légitimes des professeurs, bien que celles-ci aient été dissoutes, demandent aux enseignants d'éviter toute forme de grève et  de se présenter dans leur école et de continuer à travailler comme d'habitude jusqu'à ce qu'ils en soient empêchés. Le « gouvernement » annonce alors que toutes les écoles primaires et secondaires seront fermées pendant un mois à partir du 27 février parce qu'il n'était pas possible d'en assurer le chauffage. Mais personne ne pouvait être dupe sur les raisons politiques de cette  décision. Face à cette « grève » décrétée par le « gouvernement », les parents d'élèves se mobilisent et entrent à leur tour en résistance. On estime que 200 000 parents écrivirent une lettre dans laquelle ils déclaraient : « Je ne veux pas que mes enfants prennent part à l'Organisation de jeunesse du parti national-socialiste (NS) parce que les buts qui lui ont été assignés violent ma conscience. »

Début mars 1942, les responsables locaux du NS reçoivent l'ordre de soumettre des listes de professeurs qui seraient envoyés dans des camps de travail forcé. Le 20 mars, Quisling et le Commissaire du Reich décident  d'arrêter  1 100 professeurs et de les envoyer dans des camps. Ils sont soumis à des traitements particulièrement sévères pour les forcer à se rétracter. Au camp de Jorstadmeen, seulement 32 des quelque 700 prisonniers acceptent d'adhérer au syndicat officiel et sont aussitôt libérés.

Le 25 avril, Le Ministre de l'éducation de Quisling décide la réouverture des écoles. Les professeurs sont considérés d'office comme membres du Syndicat gouvernemental, ce qui signifie qu'ils n'ont plus l'obligation de prendre eux-mêmes la décision d'y adhérer. Ce nouveau positionnement du gouvernement est considéré comme une capitulation. Les professeurs reprennent le travail, mais ils font devant leurs élèves la déclaration suivante : « Ces deux choses, être enseignant et membre du Syndicat gouvernemental, sont incompatibles. Je ne peux pas accepter l'affirmation du gouvernement selon laquelle tout enseignant  est également membre du Syndicat. Notre mission est de donner à chacun d'entre vous la connaissance et la formation nécessaires pour qu'il puisse pleinement se réaliser comme être humain, en sorte que vous puissiez prendre place dans la société pour votre bien et celui d'autrui. La vocation d'un professeur n'est pas seulement de transmettre des connaissances aux enfants, les professeurs doivent également enseigner à leurs élèves de croire en la vérité et de la défendre. C'est pourquoi les professeurs ne peuvent pas, sans trahir leur vocation, enseigner quoi que ce soit qui violerait leur conscience. Je vous promets que je ne ferai pas. » Quisling n'osa pas procéder à de nouvelles arrestations massives. Il dut reconnaître sa défaite et déclara en mai 1942 : « Vous les professeurs, vous avez tout détruit pour moi. »

Bien que certains professeurs qui avaient été déportés dans des camps consentirent à devenir membres du Syndicat gouvernemental, ils n'acceptèrent pas pour autant de relayer la propagande du parti national-socialiste dans leur école. Quisling ordonne finalement la libération de tous les prisonniers. En novembre, huit mois après leur arrestation, ils retournent chez eux où ils sont accueillis comme des héros. « Les enseignants, note Jacques Semelin, avaient réussi à mobiliser la société en leur faveur et venaient d'infliger à Quisling une défaite politique. Le combat des enseignants était  devenu le symbole de la Norvège résistante. De fait, Quisling ne put jamais mener à terme son projet d'État corporatif. »


Date de création : 12/07/2009 @ 18:04
Dernière modification : 25/02/2013 @ 13:34
Catégorie : La désobéissance civile
Page lue 2964 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article


Réaction n°1 

par mp le 13/03/2010 @ 09:46

Merci pour cet article. Je ne connaissais pas ces faits et je suis heureuse et émue par ces actes courageux et même héroïques. J'espère que d'autres liront ce texte, en tout cas, il sera un support de plus pour faire prendre conscience à un plus grand nombre de personnes de la nécessité de résister à la volonté de "notre" gouvernement de fasciser notre vie.
 
CHARTE A SIGNER

Nous vous invitons à signer la
"Charte de la résistance pédagogique" 

gylogo.gif
PLUS  DE  2930
SIGNATAIRES A CE JOUR !


Pourquoi signer ?
 
Lire et signer
 
Voir les signataires

A T T E N T I O N !
la charte ne s'adresse qu'aux ENSEIGNANTS
du PRIMAIRE et PSY-SCO en ACTIVITE

Pour les signatures de soutien, c'est en dessous !!!

 ***************************

Vous n'êtes pas enseignant du primaire en activité ?
Qu'à cela ne tienne :

signez le texte de soutien
!

wink

NOUVEAU SITE

Vous êtes sur le nouveau site du réseau des enseignants du primaire en résistance.
 
Le blog "Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école" continue à fonctionner, vous y trouverez en particulier les informations et articles que nous n'avons pu transférer intégralement ici.
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Rédacteur


Nombre de membres13 rédacteurs
Rédacteur en ligne : 0
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 83 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^