Solidarité financière

Les enseignants du primaire en résistance sont parfois sanctionnés par des retraits de salaire. Vous pouvez participer solidairement pour compenser ces sanctions financières:

voir
ICI
Contacts

1- Vous avez des questions, des remarques. Vous voulez prendre contact avec le réseau ou savoir ce qui se passe près de chez vous?
De même si vous avez signé la Charte, prenez contact pour connaître les référents de votre département.
Contact avec le réseau

2- Un problème technique avec le site ?
Ecrire au webmestre
 
 
Tous les articles

Fermer Qui sommes-nous ?

Fermer La désobéissance civile

Fermer Témoignages de soutien

Fermer Réflexions

Fermer Les réformes

Fermer Charte

Dans les départements

Fermer Ain

Fermer Loire Atlantique

3 derniers articles
Nouvelles des Amis
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Les réformes - Les réformes - Contrats d'objectifs, Cap 2015

Il n'y a rien de bon, tout est à jeter

 

Obligation de résultats et management par le stress

Par le Snuipp Guyane

 

 

L'administration est en train de mettre en place ce qu'elle appelle des "Contrats d'objectifs".

Pour cela, elle demande aux écoles de renseigner des "tableaux de bord", lesquels tableaux répertorient les difficultés des élèves (taux de redoublement, de prise en charge par le RASED,résultats aux évaluations, etc...).

A partir de ces "tableaux de bord", chaque établissement (pour le 1er degré, ce sera chaque circonscription) définit un "contrat d'objectifs". Ce contrat est signé par le chef d'établissement (ou 'IEN en ce qui nous concerne) d'une part, et l'Inspectrice d'Académie d'autre part. Il vaut engagement pour l'établissement ou pour la circonscription. Engagement à quoi ? Et bien à remplir les objectifs fixés, c'est dire par exemple, diminuer le taux de redoublement, améliorer les résultats au brevet des collèges ou au bac, améliorer le niveau des résultats aux évaluations CM2, etc...

 

Les "projets d'écoles", qui sont à redéfinir cette année pour les trois prochaines années

scolaires, sont censés s'inscrire dans ce "contrat d'objectif". Ceci implique qu'ils devront comporter eux aussi des objectifs "chiffrés".

Cette volonté d'évaluer le service public d'éducation de manière "chiffrée" se retrouve au

niveau académique. Ainsi, l'académie de Nantes a-t-elle concocté un projet appelé "Cap 2015". Il y est fait état des pourcentages de réussite aux examens, du taux de redoublement dans le 1er degré.

Et il y est prévu de définir un "programme annuel de performances".

 

Le management par le stress

 

Dans le même temps, il est de plus en plus question de modifier les modalités d'évaluation des enseignants. Par exemple, dans un récent rapport concernant les "réseaux ambition réussite", il est explicitement dit qu'il ne faudra plus évaluer les enseignants sur la manière d'enseigner, mais sur les résultats obtenus. L'Inspectrice d'Académie, lors d'une réunion des directeurs en début d'année scolaire, a expliqué que les professeurs d'école, dans un avenir proche, ne seront plus inspectés sousl a forme que nous connaissons, mais feront l'objet d'une "évaluation" individuelle. Dans le second degré, les chefs d'établissement procèdent depuis plusieurs années à des entretiens d'évaluation.

 

Dans le premier degré, cela fait maintenant plusieurs années que les IEN nous demandent de remplir une espèce de grille d'auto-évaluation, censée servir de support pour nos entretiens d'inspection.

Ce sont là des techniques en vigueur, depuis longtemps, dans le secteur privé. Le salarié n'est plus évalué sur ses compétences au travail, mais aussi sur ses résultats et sur des critères complètement subjectifs comme l'adhésion aux valeurs de l'entreprise, l'intégration dans l'équipe, etc... Pour tous les salariés qui connaissent ce système, ces entretiens sont souvent une épreuve difficile, une remise en cause personnelle et sont vécus très négativement. Ces évaluations sont une des méthodes utilisées pour instaurer un climat d'insécurité parmi le personnel, climat considéré par les inventeurs de ce système comme facteur d'amélioration des performances. C'est ce type de climat dont les dirigeants de France Télécom s'étaient fait les champions : ils appelaient ça le "management par le stress".

 

Objectifs chiffrés, management par le stress, c'est le must de la "gestion des ressources humaines". Et l'éducation nationale n'y échappera pas.

 

Obligation de moyens ou obligation de résultats.

 

Les métiers fondés sur les relations humaines, comme la Santé ou l'Éducation ne peuvent pas quantifier leurs résultats comme on peut le faire dans l'industrie ou les services. Or le pouvoir politique, sous la pression des courants néo-libéraux, veut évaluer les hôpitaux ou les écoles selon des critères quantifiables.

Des enseignants qui font bien la classe, qui cherchent à faire avancer leurs élèves, qui se donnent les moyens de les faire réussir au mieux, ça n'est plus l'objectif poursuivi. Offrir un tel service aux élèves, c'est une obligation de moyens. Nous sommes favorable à une telle obligation et à son évaluation. Mais ce que veut aujourd'hui l'administration, ce sont des résultats chiffrés (réussite aux examens, aux évaluations...). Elle veut substituer l'obligation de résultats à l'obligation de moyens. Et ça, nous y sommes totalement opposés.

Cette politique est directement liée à la mise en place de la LOLF (loi organique relative aux lois de finance). Le financement des actions est fonction des objectifs poursuivis et réalisés. Nous risquons d'aboutir, si tout cela se met en place, à un système où les financements publics seront directement proportionnels aux résultats obtenus, comme c'est le cas au Royaume Uni.

 

L'illusion de l'élaboration collective

 

Mais pour cela, il faut notre adhésion, ou tout au moins notre résignation. Il est en effet plus difficile de chiffrer des objectifs dans le domaine de l'éducation que dans celui de l'industrie ou du commerce. D'où les demandes répétées pour obtenir de nous des résultats chiffrés, des évaluations quantifiables. L'administration veut nous faire participer à la définition de ces objectifs chiffrés. Des objectifs imposés d'en haut, c'est moins efficace pour exercer une pression sur les salariés que des objectifs définis par les salariés eux-mêmes.

Depuis des années, on nous parle de la nécessaire "autonomie des établissements". Il ne s'agit évidemment pas de rendre les dits établissements "autonomes" sur la question de l'octroi des moyens nécessaires à l'accomplissement de leurs missions. Là, évidemment, nous ne pourrions qu'être favorables à une telle autonomie. Mais dans ce domaine, c'est au contraire la centralisation absolue. Seul l'État, au plus haut niveau, décide de l'octroi des moyens globaux. Leur répartition par académie, puis par département, se fait aussi de manière complètement centralisée. La seule autonomie dont disposent les établissements dans ce domaine, c'est la liberté qui leur est accordée de répartir localement les moyens attribués.

 

Ce que l'État entend par "autonomie des établissements", c'est la définition d'objectifs chiffrés par les personnels eux-mêmes dans le cadre du "contrat d'objectif" et du projet d'établissement (ou d'école) qui en découlera. Les objectifs fixés et réalisés serviront de support à l'évaluation individuelle. Et, cerise sur le gâteau, ils serviront à nous dresser les uns contre les autre : si les résultats ne sont pas ceux escomptés dans le cadre du projet élaboré collectivement, c'est la faute à qui ?

 

Tout cela dépend de notre capacité à résister

 

Le tableau que nous faisons de la situation n'est pas le fruit de la paranoïa aigüe de quelques syndicalistes extrémistes. C'est malheureusement ce qui s'est passé et se passe encore dans les entreprises publiques en voie de privatisation (poste, SNCF, EDF...), la palme ayant été remportée haut la main par France Télécom.

C'est aujourd'hui le tour des hôpitaux publics et de l'Éducation Nationale.

Mais comme nous l'écrivons plus haut, dans nos métiers fondés sur les relations humaines, il est plus difficile de définir des objectifs quantifiés et la définition de ceux-ci dépend en grande partie de notre participation active.

Or nous pouvons refuser de nous associer à cette entreprise qui entraînera inévitablement la remise en cause de nos statuts fondés sur des missions définies par la loi. C'est pourquoi il est nécessaire de comprendre les enjeux et de ne pas se laisser piéger par la soi-disant concertation que la définition des ces "contrats d'objectifs" ou "projets d'établissements" implique. Il ne faut jamais oublier que pour qu'un piège fonctionne, il faut un appât. L'appât, c'est la "concertation".

 

Mais si nous ne mordons pas à l'appât, le piège ne fonctionnera pas !

 

 

Voici un texte sur les contrats d'objectifs, long certes mais qui en dit long aussi. Je vous l'accompagne en introduction d'une réflexion induite par des réactions, des positions au sujet des évaluations. Je ne suis pas quelqu'un qui pense qu'il fait son métier de la façon la plus juste et que les autres se trompent, je cherche toujours à relativiser et positionner  des actes dans le contexte existant qui nous environne .Contexte sur lequel je mets un nom :  le libéralisme appelé aussi le capitalisme, qualifié aujourd'hui de capitalisme "hors sol" celui des spéculateurs, actionnaires, traders...

 Le problème n'est pas de voir si tout ou partie des évals que nous faisons passer ont en soi des aspects intéressants et nous apportent une connaissance de nos élèves, mais bien de considérer les évals dans leur contexte c'est-à-dire politique et idéologique.

Concrétement, Le président Sarkozy a annoncé la couleur : il est pour la culture du résultat et donc l'évaluation. Le livret des compétences  informatisé de l'élève s'inscrit totalement aussi dans cette orientation, et le fichier base élèves en constitue le squelette pour l'élève. Nous aurons bientôt notre fichier du suivi de nos compétences pour l'enseignant et pour l'établissement devenu EPEP avec en prime notre salaire au résultat.

  La culture de l'évaluation, que je qualifie de maladie sociétale véhiculée par la pensée unique, est le corollaire de la marchandisation de l'éducation. On la retrouve ailleurs bien entendu, c'est de cela et seulement de cela dont il s' agit. Il n'y a pas de continuité avec les pratiques d'évaluations antérieures mais un détournement accéléré de  ce qui se pratiquait auparavant  Accepter de construire nos futurs projets d'écoles sur la base d'un tel outil en arguant que, tout en sachant les aspects insuffisants (actuellement), il y a du bon... c'est  accepter ce qui s'y rattache dans le fond  à savoir l'intention politique et idéologique. Je considère même que prétendre ou justifier qu'il y a du bon quand même,  c'est se voiler la face. J'appelle cela du réformisme et il ne sert qu'à masquer la réalité des choses.

Je ne connais pas les raisons de certains de mes collègues à être autant myopes sur ces fameuses évaluations, mais ce qu'ils ne voient pas, c'est ce qui s'est passé ailleurs dans d'autres services publics transformés lentement en boîte privée. Voir France télécom ou pôle emploi et bientôt l'hôpital avec la nouvelle loi hôpital. L'évaluation est permanente et génératrice de stress ; pour autant, l'efficacité, l'efficience des missions n'en sont pas plus augmentées faute de moyens.

Oui, les évaluations voulues à tout prix si on en considére leur médiocrité actuelle et le refus d'en changer la forme et le fond, sont bien une des briques d'un édifice qui ne sera plus l'école républicaine. Ce refus d'entendre ou de voir cela surtout de la part de mes collègues qui ont entre 45 et 60 ans me révolte pour une raison assez évidente : c'est cette génération installée,  reconnue dont je fais partie,  qui peut  bloquer la marche  forcée en avant vers l'école à plusieurs vitesses. Quel statut, quelle situation dont nous avons pourtant les rennes actuellement laissons nous aux jeunes professeurs qui arrivent ?  

 Cette offensive accompagnée de l'exclusion de plus en plus importante d'une partie des populations sur la planète et donc en France, va générer de l'échec scolaire à la puisance 10 et encore une fois l'aide personnalisée que certains essaient de justifier n'est qu'un pansement sur une jambe de bois. Je refuse donc de voir la petite bonne chose qu'il pourrait y avoir dans la principalement mauvaise.  Ce qui suit sur les contrats d'objectif  vous éclairera.

 Voir aussi les EPEP en gestation la fin du statut des fonctionnaires.

Philippe Goubault

 

 

Des objectifs chiffrés

 


Date de création : 11/03/2010 @ 20:47
Dernière modification : 25/02/2013 @ 13:38
Catégorie : Les réformes
Page lue 3315 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

 
Réactions à cet article


Réaction n°1 

par Axel le 23/05/2010 @ 15:56

Si je viens sur cette page, c'est parce que j'approuve la "résistance", parce que je trouve juste et digne de dénoncer publiquement la mort annoncée de l'éducation nationale.

Malgré tout, je fais partie de ceux qui pensent qu'il y a "du bon" dans l'évaluation par compétences. Certes elle nous est imposée, probablement dans des intentions discutables. Mais transformer notre façon d'évaluer les élèves, mais reconnaître les insuffisances de la note chiffrée, voire admettre que nombre d'élèves se résignent - avant de se révolter - devant des notes qui les assimilent aux bons à rien qu'ils ne sont pas, cela me semble une piste intéressante. Suffisamment pour que j'accepte d'en faire loyalement l'expérience.

S'approprier le livret de compétences, en faire un moyen comme un autre de rendre à l'élève son autonomie, sa fierté, son désir de progresser, je pense que c'est possible et donc souhaitable.

Maintenant, si je réalise au fil du temps que vous aviez entièrement raison, que "tout est à jeter", il sera toujours possible de valider toutes les compétences sans état d'âme, comme semblent le faire, sans vouloir pour autant leur jeter la pierre, certains collègues de primaire...
 
CHARTE A SIGNER

Nous vous invitons à signer la
"Charte de la résistance pédagogique" 

gylogo.gif
PLUS  DE  2930
SIGNATAIRES A CE JOUR !


Pourquoi signer ?
 
Lire et signer
 
Voir les signataires

A T T E N T I O N !
la charte ne s'adresse qu'aux ENSEIGNANTS
du PRIMAIRE et PSY-SCO en ACTIVITE

Pour les signatures de soutien, c'est en dessous !!!

 ***************************

Vous n'êtes pas enseignant du primaire en activité ?
Qu'à cela ne tienne :

signez le texte de soutien
!

wink

NOUVEAU SITE

Vous êtes sur le nouveau site du réseau des enseignants du primaire en résistance.
 
Le blog "Résistance pédagogique pour l'avenir de l'école" continue à fonctionner, vous y trouverez en particulier les informations et articles que nous n'avons pu transférer intégralement ici.
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Rédacteur


Nombre de membres13 rédacteurs
Rédacteur en ligne : 0
Membres

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 83 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^