Actualités - Communiqués du réseau

Nombre de membres 87 membres
Connectés : ( personne )
Snif !!!
 


Communiqués du réseau

APPEL AU BOYCOTT DES STAGES DE REMISE A NIVEAU  -  par rdacteur

Alors que des milliers de suppressions de postes d’enseignants sont programmés pour les deux prochaines rentrées, que les postes d’enseignants du RASED vont subir une saignée sans précédent, que le nombre d’élèves par classe va augmenter du fait de la manipulation des seuils d'ouverture et de fermeture, que la formation pédagogique des nouveaux enseignants est réduite à néant, que les remplacements seront effectués par des vacataires, le ministère considère qu’il suffit de mettre en place quelques heures supplémentaires de soutien pour résoudre l’échec scolaire à l’école primaire.

Les stages de « remise à niveau » durant les vacances scolaires, tout comme le dispositif de l’aide personnalisée, ne sont que des opérations de communication en direction de l’opinion publique, mais ne sont pas d'une efficacité réelle et pertinente pour les élèves en difficulté. Le traitement de la difficulté scolaire ne saurait être déconnecté de la vie de la classe et ne saurait se résumer à quelques heures supplémentaires réalisées par des enseignants ou des étudiants qui ne connaissent pas les élèves. La prise en charge de ces élèves nécessite un travail d’équipe de professionnels (enseignants du RASED, enseignants des classes et du cycle) travaillant en étroite concertation.

S’il existe une ligne budgétaire pour rémunérer en heures supplémentaires d’enseignement bénéficiant d’exonération fiscale et sociale, majorées de 25%, des enseignants volontaires pour ces stages, il doit pouvoir exister un budget pour la création de postes d’enseignants susceptibles d’assurer l’intégralité des remplacements des enseignants indisponibles, de diminuer sensiblement le nombre d’élèves par classe, d’améliorer l’accueil des 2 ans en maternelle, de renforcer les moyens attribués aux RASED et d’accompagner positivement les enfants en difficulté scolaire.

Nous appelons les professeurs des écoles :
 
  • à refuser de sélectionner les élèves de CM1 et CM2 susceptibles de participer à ces stages.

  • à refuser de transmettre à la hiérarchie des listes d’élèves dits en difficulté pour alimenter ces stages.

  • à refuser de se porter volontaires pour ces stages afin de ne pas cautionner un système qui affaiblit le service public d’éducation.

Seule une résistance collective qui manifeste la volonté des enseignants du primaire de ne pas participer à la déconstruction de l’école publique est à même d’enrayer la mise en œuvre des réformes contraires à l'intérêt supérieur de l'enfant initiées par Xavier Darcos et Luc Chatel.

RESEAU DES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE EN RESISTANCE
Publié le 09/06/2010 @ 23:05   Tous les billets   Prévisualiser...   Imprimer...   Haut


Commentaires

Réaction n°1  -  par Cathy

le 12/06/2010 @ 17:16

Ca fait "trop" plaisir de vous lire!

Je suis entièrement d'accord avec tout ça...

Réaction n°2  -  par chassain le 13/06/2010 @ 17:51

Je ne crois  pas agir dans jamais ma vie en  "obéisseuse"aveugle,  je n'ai pas pour habitude de taire mes désaccords avec  les décisions prises par les responsables institutionnels  qaund elles me paraissent malheureuses et je m'efforce d'exercer mon métier en accordant le plus moralement  possible les convictions profondes de ma conscience avec les injonctions de la machine de l'Etat. Le petit maillon qui me permet cet accord repose sur la croyance - et tant pis si elle paraît naïve à ceux qui se perçoivent  comme des éclairés politiques supérieurs - qu'il existe un objectif commun poursuivi par certains "hauts" responsables de l'Education nationale - à coup sûr très peu nombreux, mais qu'importe le nombre, il faut croire à l'existence de quelques hommes de bonne volonté  au sein de tous les Etats - et par moi-même, enseignante, autre responsable de cette Education : celui d'offrir, à des élèves mis en difficultés par notre système scolaire lui-même,  un temps de pédagogie et d'enseignement de proximité,  c'est à dire un petit moyen de plus, aussi insuffisant puisse t-il être jugé à juste titre, de combler son écart avec les autres. Je suis enseignante pour cette raison et uniquement pour celle-là : aider à un moment de sa vie un individu , ce qui est une mission largement impossible dans un groupe classe. Par ailleurs je suis une ardente défenseuse de la dignité de notre métier et des conditions de travail des personnes qui l'exercent. C'est pourquoi la rétribution de ces stages de remise à niveau me paraît pour une fois une reconnaissance indubitable des  compétences de notre groupe professionnel ( même si elle doit à terme se transformer de prime en hausse de salaire) contre l'avilissante exploitation  de parents crédules et d'enseignants aux abois,  à laquelle se livrent des officines privées de soutien scolaire dont les pratiques répugnantes ont récemment defrayé la chronique du Parisien. J'assurerai donc un stage de remise à niveau cet été pour aider des enfants,  tout en restant consciente que c'est largement insuffisant,  tout en continuant à adresser à ma hiérarchie mes réflexions sur les manquements de l'école, et à militer auprès de mes collègues pour qu'ils revendiquent fièrement l'importance de leur mission et exigent san relâche la rétribution qu'elle mérite. Christine Chassain Enseignante en Essonne

Réaction n°3  -  par CeCile le 01/03/2011 @ 10:33

J'aimerais lancer la réflexion suivante : si nous avons tant d'élèves en échec scolaire aujourd'hui, est-ce seulement dû aux classes surchargées, aux suppressions d'enseignants RASED, au manque de remplaçants, à l'aide personnalisée ou à ces stages trop "déconnecté de la vie de classe" ou trop faibles en nombres d'heure ?

Et si nous allions plus en profondeur en reconsidérant la société : avons-nous besoin de tant d' "intellectuels" ? Certaines personnes n'auraient-elles pas le droit d'exceller dans le travail "manuel" ? (car on ne peut pas être doué dans tous les domaines) Ne s'agirait-il pas de ces élèves en "échec scolaire" qui ne trouvent pas leur place à l'école ? Pourraient-ils être en réussite dans d'autres domaines moins "intellectuels", en tout cas seraient-ils plus épanouis face à des apprentissages plus "artisanaux" ? Pourquoi dénigrons-nous tant ces bac pro, ces métiers comme maçon, menuisier, plombier... ? Le savoir-faire manuel ne devrait-il pas avoir sa place dans une société comme la notre, en opposition en quelques sortes à cette industrialisation de l'intellect ?
Essayons d'être moins dépendants de l'industrie, du Marché. Nous nous rendrons vite compte que certains enseignements nous sont passés sous le nez... Mon tee-shirt est déchiré et je ne sais pas coudre ? J'en achète un autre. J'ai envie de manger un bœuf bourguignon mais je ne sais pas le cuisiner ? J'achète un plat préparé. J'ai besoin d'un petit meuble pour ranger mes papiers mais je ne sais pas utiliser les outils ? J'achète ce meuble.
Mais évidemment, tout cela est moins rentable pour l'économie... Et à l'école cela développe la réflexion, l'imagination, la personnalité, la responsabilité, le sens de l'effort (et j'en passe), bref cela ne fait pas les petits soldats obéissants que la société attend...
N'entretenons-nous pas cette société que nous refusons ? Quel paradoxe !

Marre du rendement, de la pression auxquels les élèves doivent se soumettre. Ne sommes-nous pas d'abord , nous adultes, nous-même soumis à ce rendement, à cette pression ? Ne serait-il pas plus judicieux de vouloir nous changer nous-même avant de reporter la difficulté sur les adultes de demain ?
C'est en tout cas ce que je tente d'apprendre... Certes, oui, "se changer" nécessite plus d'efforts que vouloir "changer les autres" (c'est tellement plus facile d'exprimer un désaccord), mais cela offre tellement plus de bien-être...

La priorité ne serait-elle pas de se remettre en question d'abord soi-même face à la société, plutôt que la société elle-même (que chacun nous formons !) ? Comment pouvons-nous refuser quelque chose dans un système alors que nous y sommes acteur ? Pourquoi voir l'échec scolaire d'un enfant comme l'échec de sa vie ?

Ceci est simplement une ouverture que je propose à ceux qui y trouveraient une réponse à leur déséquilibre. Car nous sommes tous différents, et c'est à chacun de trouver son équilibre, enfant comme adulte.

Réaction n°4  -  par CeCile le 01/03/2011 @ 10:40

erratum

Mais évidemment, tout cela est moins rentable pour l'économie... Et à l'école, apprendre à travailler plus de ses mains et moins de sa tête développe la réflexion, l'imagination, la personnalité, la responsabilité, le sens de l'effort (et j'en passe), bref cela ne fait pas les petits soldats obéissants que la société attend...
N'entretenons-nous pas cette société que nous refusons ? Quel paradoxe !

Réaction n°5  -  par CeCile

le 01/03/2011 @ 10:48

Mais évidemment, tout cela est moins rentable pour l'économie... = recoudre ses vêtements, cuisiner, construire soi-même un meuble...

Rubriques

Déplier Fermer interventions des enseignants en résistance

Déplier Fermer Solidarité

Déplier Fermer Dans les médias

Déplier Fermer Convergence

Déplier Fermer Communiqués du réseau

Derniers billets
Derniers commentaires
Archives
07-2017 Août 2017 09-2017
L M M J V S D
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
Billets des amis
Visites

 645658 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
WGtL
Recopier le code :
156 Abonnés