Tous les articles
Solidarité financière

Les enseignants du primaire en résistance sont parfois sanctionnés par des retraits de salaire. Vous pouvez participer solidairement pour compenser ces sanctions financières:


voir ICI
 ↑  
Archives

Vous trouverez ici les archives des actions passées.

 ↑  
Recherche
Recherche
Nouvelles des Amis - R I R E

Réseau Informel de Réflexion sur l'Education


Voir ensemble dans quel état d'esprit instruire et éduquer les jeunes pour qu'ils s'épanouissent et réalisent leur équilibre individuel, fondement de l'équilibre social


Cette histoire est vraiment extraordinaire  Voir?

Par Marjorie (Auxiliaire de vie scolaire)

Au cours de l'année 2015 j'étais Auxiliaire de vie scolaire dans une classe de petite, moyenne et grande sections en maternelle.

Vers le milieu de l'année, la maîtresse a lu aux enfants une histoire qui s'intitule La leçon de Professeur Hibou (1) qui raconte comment deux enfants Mario et Maria, qui étaient méchants avec les animaux de la forêt, ont appris à devenir sages grâce à la leçon de Professeur Hibou qui dit qu'il faut écouter son cœur qui peut dire oui, qui peut dire non, mais toujours dit ce qu'on a à faire pour être sage et pour être bon.

Les élèves ont immédiatement été passionnés par l'histoire en s'identifiant aux différents personnages. Tout un travail s'est organisé autour de cette histoire, des travaux manuels etc. La maîtresse s'en est aussi servi pour faire travailler les enfants (apprentissages scolaires). De plus, une petite pièce de théâtre a été créée avec des marionnettes afin que les enfants jouent l'histoire devant une autre classe ; les enfants se sont vraiment approprié l'histoire. J'ai pu constater que cette histoire a eu un effet apaisant et très bénéfique pour la classe. Ainsi, les enfants nous racontaient chaque jour ce qu'ils avaient demandé à leur cœur et ce que celui-ci leur avait répondu. De plus, la maîtresse a remis à chaque élève un livret illustré de l'histoire, ce qui a permis aussi aux parents de connaître l'histoire. J'ai moi-même lu l'histoire à mon fils de 6 ans qui a été vraiment fasciné. Il a voulu que l'on mette la leçon du Professeur Hibou dans un cadre et très souvent, je me sers de cette morale pour le faire réfléchir sur son comportement ; et lui-même me confie ce que son cœur lui dit.

Cette histoire est vraiment extraordinaire pour les enfants, je pense qu’ils se rappelleront encore longtemps de la leçon de Professeur Hibou. 


(1) "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

... / ... Lire la suite

Cette histoire est vraiment extraordinaire  Voir?

Par Marjorie (Auxiliaire de vie scolaire)

Au cours de l'année 2015 j'étais Auxiliaire de vie scolaire dans une classe de petite, moyenne et grande sections en maternelle.

Vers le milieu de l'année, la maîtresse a lu aux enfants une histoire qui s'intitule La leçon de Professeur Hibou (1) qui raconte comment deux enfants Mario et Maria, qui étaient méchants avec les animaux de la forêt, ont appris à devenir sages grâce à la leçon de Professeur Hibou qui dit qu'il faut écouter son cœur qui peut dire oui, qui peut dire non, mais toujours dit ce qu'on a à faire pour être sage et pour être bon.

Les élèves ont immédiatement été passionnés par l'histoire en s'identifiant aux différents personnages. Tout un travail s'est organisé autour de cette histoire, des travaux manuels etc. La maîtresse s'en est aussi servi pour faire travailler les enfants (apprentissages scolaires). De plus, une petite pièce de théâtre a été créée avec des marionnettes afin que les enfants jouent l'histoire devant une autre classe ; les enfants se sont vraiment approprié l'histoire. J'ai pu constater que cette histoire a eu un effet apaisant et très bénéfique pour la classe. Ainsi, les enfants nous racontaient chaque jour ce qu'ils avaient demandé à leur cœur et ce que celui-ci leur avait répondu. De plus, la maîtresse a remis à chaque élève un livret illustré de l'histoire, ce qui a permis aussi aux parents de connaître l'histoire. J'ai moi-même lu l'histoire à mon fils de 6 ans qui a été vraiment fasciné. Il a voulu que l'on mette la leçon du Professeur Hibou dans un cadre et très souvent, je me sers de cette morale pour le faire réfléchir sur son comportement ; et lui-même me confie ce que son cœur lui dit.

Cette histoire est vraiment extraordinaire pour les enfants, je pense qu’ils se rappelleront encore longtemps de la leçon de Professeur Hibou. 


(1) "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

Fermer

(15/08/2016 @ 12:57)

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/08/toute-loi-prescription-ou-defense.html

«  Toute loi, prescription ou défense, édictée en vue du soi-disant intérêt de la masse au détriment des individus, est une duperie. Que l'individu se développe au contraire dans la plénitude de sa liberté, et la masse jouira d'un bonheur total fait de tous les bonheurs particuliers.  »  ( Jules Verne, écrivain français, 1828-1905)

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/08/toute-loi-prescription-ou-defense.html

«  Toute loi, prescription ou défense, édictée en vue du soi-disant intérêt de la masse au détriment des individus, est une duperie. Que l'individu se développe au contraire dans la plénitude de sa liberté, et la masse jouira d'un bonheur total fait de tous les bonheurs particuliers.  »  ( Jules Verne, écrivain français, 1828-1905)

Fermer

(01/08/2016 @ 19:28)

Comment les enfants résolvent-ils les disputes ?  Voir?

Les disputes à l’école sont le lot quotidien de certains enfants qui n’ont pas encore trouvé leur stabilité psychologique ni leurs repères dans le collectif. Il y a deux façons d’y réagir pour l’adulte référent : soit il coupe court et punit l’ « agresseur » apparent, soit il demande aux enfants concernés de trouver la solution par eux-mêmes. Voici des réponses obtenues en conseillant aux enfants de demander à leur cœur ce qu’il convient de faire dans chaque cas.


-        N. : Il faut s’écouter.
-        B. : Parfois, il faut se séparer.
-        L. : Il ne faut pas se dire des méchancetés.
-        M. : J’ai demandé pourquoi avec mes copines on se dispute tout le temps. Mon cœur a répondu : parce qu’on est vraiment trop excitées. A partir de ce moment, il faut vraiment se séparer. Quand on est calmé, on peut revenir.
-        I. : Quand on sent la pression, quand on va se disputer, on va vite courir quelque part ; on réfléchit ; quand on a vraiment pensé qu’on ne peut plus se disputer, on retourne voir les copines et on dit : « désolé ! »
-        V. : Il faut écouter le copain et ensuite il ne faut pas laisser tomber son copain s'il pleure.
-        J. : Mon cœur, il a dit que quand on parle, il faut se laisser la place.
-        R. : Quand on se dispute, on va s’asseoir et on demande à son cœur si c’est bien ou pas ; après si on se dispute encore, on va de nouveau s’asseoir et demander à son cœur…
-        M. : Quand je pense à ma petite sœur dans la journée, je suis complètement sage car je me dis que je suis la grande sœur, la grande sœur qui est sage, et du coup, je ne me dispute pas.
-        P. : Si quelqu’un fait pleurer une copine, mon cœur, il a trouvé un autre moyen : on peut se séparer ou on peut fermer les yeux là où on est et demander si oui ou non on doit se séparer. S’il dit oui, on se sépare, s’il dit non, on n’a pas besoin de le faire, on change de jeu.
-        L. : Avec mes copines, quand on se dispute, on trouve toujours une solution.
-        E. : Tous les trois, avec mes copains, on aime T. et on se la prête.
-        O. : Il y a des bêtes féroces qui me disaient de faire des bêtises ; j’ai écouté mon cœur et je ne l’ai pas fait.
-        R. : Ma fleur (celle visualisée dans le cœur), elle parle, elle m’a dit que si on est sage et qu’on ne fait pas de bêtises, quand on est grand, on fait pas de bagarre.

Il est intéressant de noter la complémentarité des réponses qui viennent spontanément aux enfants concernés par la même situation conflictuelle. Par exemple quand deux enfants se disputent un objet :

-        E. : Je ne dois pas prendre quelque chose à l’autre.
-        L. : Il ne faut pas me disputer pour ça.

Chacun s’étant remis en question de son côté, la relation peut alors immédiatement reprendre en étant complètement apaisée. Il est temps pour nous, adultes, de laisser tomber le vieux principe de la répression pour guider l’enfant vers la voix de son cœur.

... / ... Lire la suite

Comment les enfants résolvent-ils les disputes ?  Voir?

Les disputes à l’école sont le lot quotidien de certains enfants qui n’ont pas encore trouvé leur stabilité psychologique ni leurs repères dans le collectif. Il y a deux façons d’y réagir pour l’adulte référent : soit il coupe court et punit l’ « agresseur » apparent, soit il demande aux enfants concernés de trouver la solution par eux-mêmes. Voici des réponses obtenues en conseillant aux enfants de demander à leur cœur ce qu’il convient de faire dans chaque cas.


-        N. : Il faut s’écouter.
-        B. : Parfois, il faut se séparer.
-        L. : Il ne faut pas se dire des méchancetés.
-        M. : J’ai demandé pourquoi avec mes copines on se dispute tout le temps. Mon cœur a répondu : parce qu’on est vraiment trop excitées. A partir de ce moment, il faut vraiment se séparer. Quand on est calmé, on peut revenir.
-        I. : Quand on sent la pression, quand on va se disputer, on va vite courir quelque part ; on réfléchit ; quand on a vraiment pensé qu’on ne peut plus se disputer, on retourne voir les copines et on dit : « désolé ! »
-        V. : Il faut écouter le copain et ensuite il ne faut pas laisser tomber son copain s'il pleure.
-        J. : Mon cœur, il a dit que quand on parle, il faut se laisser la place.
-        R. : Quand on se dispute, on va s’asseoir et on demande à son cœur si c’est bien ou pas ; après si on se dispute encore, on va de nouveau s’asseoir et demander à son cœur…
-        M. : Quand je pense à ma petite sœur dans la journée, je suis complètement sage car je me dis que je suis la grande sœur, la grande sœur qui est sage, et du coup, je ne me dispute pas.
-        P. : Si quelqu’un fait pleurer une copine, mon cœur, il a trouvé un autre moyen : on peut se séparer ou on peut fermer les yeux là où on est et demander si oui ou non on doit se séparer. S’il dit oui, on se sépare, s’il dit non, on n’a pas besoin de le faire, on change de jeu.
-        L. : Avec mes copines, quand on se dispute, on trouve toujours une solution.
-        E. : Tous les trois, avec mes copains, on aime T. et on se la prête.
-        O. : Il y a des bêtes féroces qui me disaient de faire des bêtises ; j’ai écouté mon cœur et je ne l’ai pas fait.
-        R. : Ma fleur (celle visualisée dans le cœur), elle parle, elle m’a dit que si on est sage et qu’on ne fait pas de bêtises, quand on est grand, on fait pas de bagarre.

Il est intéressant de noter la complémentarité des réponses qui viennent spontanément aux enfants concernés par la même situation conflictuelle. Par exemple quand deux enfants se disputent un objet :

-        E. : Je ne dois pas prendre quelque chose à l’autre.
-        L. : Il ne faut pas me disputer pour ça.

Chacun s’étant remis en question de son côté, la relation peut alors immédiatement reprendre en étant complètement apaisée. Il est temps pour nous, adultes, de laisser tomber le vieux principe de la répression pour guider l’enfant vers la voix de son cœur.

Fermer

(01/08/2016 @ 19:27)

Un amour de Descartes  Voir?

En 1637, l’année de parution du "Discours de la Méthode", Descartes, transfiguré par la naissance de sa fille Francine, écrivit aussi un étrange traité intitulé "Explication des engins par l’aide desquels on peut, avec une petite force, lever un fardeau fort pesant ?" L’enfant qui soulève et allège.


Par Descartes

« Que n’ai-je ton âge ? Que ne puis-je me faire une âme d’enfant, que nos cœurs se fassent mieux écho ? Être à hauteur de tes secrets. Regarder le monde à ta clarté plutôt qu’à l’ombre de ma raison.
J’aurais voulu que tu m’aies donné la vie… C’est moi qui suis ton enfant, toi qui m’as délivré de la nuit de l’ignorance, enfant du vrai savoir. Ouvre-moi les chemins de tous les hasards, le ciel de tous les envols. Ton âge est celui de l’humanité. Je n’ai que quelques jours. […] Il n’est de vraie gloire que les jours insensés passés auprès de toi, ma tendre douce. Hors ça, quêtes d’orgueil, vains discours et mots de cendre. »

Réf. Descartes cité dans « Un amour de Descartes » de Jean-Luc Quoy-Bodin, éditions Gallimard

... / ... Lire la suite

Un amour de Descartes  Voir?

En 1637, l’année de parution du "Discours de la Méthode", Descartes, transfiguré par la naissance de sa fille Francine, écrivit aussi un étrange traité intitulé "Explication des engins par l’aide desquels on peut, avec une petite force, lever un fardeau fort pesant ?" L’enfant qui soulève et allège.


Par Descartes

« Que n’ai-je ton âge ? Que ne puis-je me faire une âme d’enfant, que nos cœurs se fassent mieux écho ? Être à hauteur de tes secrets. Regarder le monde à ta clarté plutôt qu’à l’ombre de ma raison.
J’aurais voulu que tu m’aies donné la vie… C’est moi qui suis ton enfant, toi qui m’as délivré de la nuit de l’ignorance, enfant du vrai savoir. Ouvre-moi les chemins de tous les hasards, le ciel de tous les envols. Ton âge est celui de l’humanité. Je n’ai que quelques jours. […] Il n’est de vraie gloire que les jours insensés passés auprès de toi, ma tendre douce. Hors ça, quêtes d’orgueil, vains discours et mots de cendre. »

Réf. Descartes cité dans « Un amour de Descartes » de Jean-Luc Quoy-Bodin, éditions Gallimard

Fermer

(01/08/2016 @ 19:27)

Apprendre par coeur  Voir?

Par Rita Brügger

Au Forum économique mondial 2016 de Davos, les participants des domaines de l’économie et de la politique se sont concertés au sujet de l’intelligence artificielle. Leur jugement: la 4e Révolution industrielle apporte des changements beaucoup plus importants que l’industrialisation précédente. Les machines se rapprochent de plus en plus de l’homme et ce qui est dans la tête de l’homme n’est rien d’autre qu’une machine. C’est le résumé du présentateur du magazine économique «Trend», à la radio suisse alémanique du samedi 23 janvier.
C’est pour cette raison, en somme, que le système de formation doit également être transformé par la 4e Révolution industrielle. Car à l’avenir, les travaux simples seraient supprimés, seront requis la créativité, les arts et les professions demandant de la compassion humaine. La plupart des experts sont d’accord sur l’importance de la formation future, ce qui exige, à leur avis, une transformation complète de notre système de formation. C’est stupide de demander aux hommes d’apprendre ce que les machines maîtrisent. L’apprentissage par cœur était cité en exemple.

Outre le fait que l’école s’est constamment développée et que nous sommes fort éloignés d’exiger des enfants un apprentissage par cœur obstiné, les réflexions suivantes se sont imposées à moi : Si nous ne voulons pas nous soumettre à la pure financiarisation et à la technocratie, il est important de comprendre ces machines. Il est important de savoir pourquoi, où et comment et quoi est sauvegardé – pour cela l’apprentissage par cœur, accompagné de la compréhension, est également primordial [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Apprendre par coeur  Voir?

Par Rita Brügger

Au Forum économique mondial 2016 de Davos, les participants des domaines de l’économie et de la politique se sont concertés au sujet de l’intelligence artificielle. Leur jugement: la 4e Révolution industrielle apporte des changements beaucoup plus importants que l’industrialisation précédente. Les machines se rapprochent de plus en plus de l’homme et ce qui est dans la tête de l’homme n’est rien d’autre qu’une machine. C’est le résumé du présentateur du magazine économique «Trend», à la radio suisse alémanique du samedi 23 janvier.
C’est pour cette raison, en somme, que le système de formation doit également être transformé par la 4e Révolution industrielle. Car à l’avenir, les travaux simples seraient supprimés, seront requis la créativité, les arts et les professions demandant de la compassion humaine. La plupart des experts sont d’accord sur l’importance de la formation future, ce qui exige, à leur avis, une transformation complète de notre système de formation. C’est stupide de demander aux hommes d’apprendre ce que les machines maîtrisent. L’apprentissage par cœur était cité en exemple.

Outre le fait que l’école s’est constamment développée et que nous sommes fort éloignés d’exiger des enfants un apprentissage par cœur obstiné, les réflexions suivantes se sont imposées à moi : Si nous ne voulons pas nous soumettre à la pure financiarisation et à la technocratie, il est important de comprendre ces machines. Il est important de savoir pourquoi, où et comment et quoi est sauvegardé – pour cela l’apprentissage par cœur, accompagné de la compréhension, est également primordial [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/08/2016 @ 19:26)

Témoignage d'un parent d'élève (7)  Voir?

Par Carine (maman de Lya, 6 ans)

Je tenais à apporter mon témoignage de maman concernant la méthode de Professeur Hibou.
Lorsque ma fille Lya était en Grande section de maternelle dans une classe qui utilise cette méthode, nous sentions avec son papa qu’elle était plus réceptive à ce qu’elle ressentait et qu’elle arrivait à rester concentrée et calme plus longtemps qu’avant. Nous nous servions même de La leçon de Professeur Hibou (1) qui nous aidait bien au quotidien.

Lya dit aujourd’hui d’ailleurs qu’elle a appris à accepter les punitions et à se rendre compte quand elle fait des bêtises grâce à la leçon du Professeur Hibou, et aussi à écouter son cœur et à ne pas faire du mal. Nous avons toujours le livret dans sa bibliothèque que nous relisons ensemble, souvent.

Ma fille Lya est aujourd’hui en classe de CP et a des très bons résultats scolaires et se montre très sérieuse en classe. Nous pensons, son papa et moi, qu’elle a vraiment appris qu’il y avait un temps pour chaque chose et que l’école c’était sérieux. Du coup, même quand parfois elle s’agite en classe, d’elle-même elle trouve la capacité de se recentrer en interrogeant son cœur.

La leçon du Professeur Hibou est restée gravée dans sa mémoire. Elle me dit toujours en fermant les yeux : « Attends… je demande à mon cœur… ». Et ça marche !

Nous sommes conscients que Lya a eu une vraie chance de pouvoir bénéficier de cette méthode avant son entrée en primaire et nous vous en remercions énormément. Nous souhaitons qu’encore bien d’autres enfants puissent avoir cette chance. 


(1) "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

... / ... Lire la suite

Témoignage d'un parent d'élève (7)  Voir?

Par Carine (maman de Lya, 6 ans)

Je tenais à apporter mon témoignage de maman concernant la méthode de Professeur Hibou.
Lorsque ma fille Lya était en Grande section de maternelle dans une classe qui utilise cette méthode, nous sentions avec son papa qu’elle était plus réceptive à ce qu’elle ressentait et qu’elle arrivait à rester concentrée et calme plus longtemps qu’avant. Nous nous servions même de La leçon de Professeur Hibou (1) qui nous aidait bien au quotidien.

Lya dit aujourd’hui d’ailleurs qu’elle a appris à accepter les punitions et à se rendre compte quand elle fait des bêtises grâce à la leçon du Professeur Hibou, et aussi à écouter son cœur et à ne pas faire du mal. Nous avons toujours le livret dans sa bibliothèque que nous relisons ensemble, souvent.

Ma fille Lya est aujourd’hui en classe de CP et a des très bons résultats scolaires et se montre très sérieuse en classe. Nous pensons, son papa et moi, qu’elle a vraiment appris qu’il y avait un temps pour chaque chose et que l’école c’était sérieux. Du coup, même quand parfois elle s’agite en classe, d’elle-même elle trouve la capacité de se recentrer en interrogeant son cœur.

La leçon du Professeur Hibou est restée gravée dans sa mémoire. Elle me dit toujours en fermant les yeux : « Attends… je demande à mon cœur… ». Et ça marche !

Nous sommes conscients que Lya a eu une vraie chance de pouvoir bénéficier de cette méthode avant son entrée en primaire et nous vous en remercions énormément. Nous souhaitons qu’encore bien d’autres enfants puissent avoir cette chance. 


(1) "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

Fermer

(15/07/2016 @ 10:45)

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/07/tu-veux-un-monde-meilleur-plus.html

«  Tu veux un monde meilleur, plus fraternel, plus juste ? Eh bien commence à le faire : qui t’en empêche ? Fais-le en toi et autour de toi, fais-le avec ceux qui le veulent. Fais-le en petit, et il grandira. »  (Carl Gustav Jung, psychiatre et psychologue, 1875-1961)

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/07/tu-veux-un-monde-meilleur-plus.html

«  Tu veux un monde meilleur, plus fraternel, plus juste ? Eh bien commence à le faire : qui t’en empêche ? Fais-le en toi et autour de toi, fais-le avec ceux qui le veulent. Fais-le en petit, et il grandira. »  (Carl Gustav Jung, psychiatre et psychologue, 1875-1961)

Fermer

(02/07/2016 @ 20:01)

L'unité de l'humanité  Voir?

Par Maria Montessori


Les forces qui bouleversent le monde actuel exige que l’on prenne en compte l’unité de l’humanité avec la plus grande urgence ; fini le temps où quelques groupes raciaux ou pays isolés pouvaient accéder à la civilisation, laissant les autres dans la servitude et la barbarie. La persévérance dans ces idées usées ne peut qu’entraîner l’autodestruction et de nouvelles guerres. Comment faire, donc, pour obtenir un changement de mentalité général, si ce n’est par l’œuvre d’un enseignant qui n’agirait pas comme un tyran ou un missionnaire, mais comme un guide essentiel des nouvelles générations ? L’enseignant moderne se doit d’être un chercheur enthousiaste dans les domaines de la biologie et de la psychologie de l’enfant au cours des différentes phases de sa croissance, comme aussi dans celui de la psychologie humaine en général. « L’école » doit être autre chose qu’un lieu où l’on instruit, où un seul maître enseigne au plus grand nombre –avec une souffrance mutuelle et en prime de bien maigres résultats par rapport aux efforts déployés.

Tous les pays du monde sont en train d’adopter la scolarité obligatoire. Il s’ensuit que sur le front de l’instruction, il y a conscription obligatoire, avec une mobilisation comparable à celle d’un pays menacé par un danger imminent. Or, il ne s’agit pas d’une mobilisation nationale, mais d’un mouvement bien plus vaste et d’une mobilisation universelle : pour la vie, cette fois, et non pour la mort !


Extrait de "Éduquer le potentiel humain" Editions Desclée de Brouwer

... / ... Lire la suite

L'unité de l'humanité  Voir?

Par Maria Montessori


Les forces qui bouleversent le monde actuel exige que l’on prenne en compte l’unité de l’humanité avec la plus grande urgence ; fini le temps où quelques groupes raciaux ou pays isolés pouvaient accéder à la civilisation, laissant les autres dans la servitude et la barbarie. La persévérance dans ces idées usées ne peut qu’entraîner l’autodestruction et de nouvelles guerres. Comment faire, donc, pour obtenir un changement de mentalité général, si ce n’est par l’œuvre d’un enseignant qui n’agirait pas comme un tyran ou un missionnaire, mais comme un guide essentiel des nouvelles générations ? L’enseignant moderne se doit d’être un chercheur enthousiaste dans les domaines de la biologie et de la psychologie de l’enfant au cours des différentes phases de sa croissance, comme aussi dans celui de la psychologie humaine en général. « L’école » doit être autre chose qu’un lieu où l’on instruit, où un seul maître enseigne au plus grand nombre –avec une souffrance mutuelle et en prime de bien maigres résultats par rapport aux efforts déployés.

Tous les pays du monde sont en train d’adopter la scolarité obligatoire. Il s’ensuit que sur le front de l’instruction, il y a conscription obligatoire, avec une mobilisation comparable à celle d’un pays menacé par un danger imminent. Or, il ne s’agit pas d’une mobilisation nationale, mais d’un mouvement bien plus vaste et d’une mobilisation universelle : pour la vie, cette fois, et non pour la mort !


Extrait de "Éduquer le potentiel humain" Editions Desclée de Brouwer

Fermer

(02/07/2016 @ 20:01)

Quand les neurosciences enterrent la méthode globale  Voir?


Dans le Monde d'aujourd'hui (23.12.2013), le neuroscientifique Stanislas Dehaene, Grand Prix INSERM 2013, se fend d'un article magistral sur les errances de l'enseignement dans notre pays et les exigences à satisfaire dans l'avenir.


Par Sébastien Bohler

Encore beaucoup trop d'emploi de la méthode mixte

Au chapitre des erreurs du passé, perpétuées plus souvent qu'on ne croit aujourd'hui, l'apprentissage de la lecture à travers la méthode globale, qui encourage les enfants à reconnaître la forme des mots sans insister sur le principe alphabétique. S Dehaene écrit ainsi : « 77 pour cent des enseignants des zones défavorisées choisissent toujours un manuel de lecture inapproprié, qui fait appel à une méthode mixte », comprenez une méthode qui inclut une part de reconnaissance globale de la forme des mots. Un présupposé irrecevable de la part des neurosciences, pour qui le cerveau est adapté à la méthode syllabique, axée sur la compréhension de la correspondance entre les syllabes et les sons.





L'aire cérébrale indiquée d'une flèche à droite, spécialisée dans la reconnaissance des lettres, voit son activité augmenter au fur et à mesure de l'automatisation de la lecture.

Une formation aux neurosciences pour les enseignants ?

Sur la question des causes de cette erreur persistante, S. Dehaene dénonce le manque de « formation scientifique » des enseignants. Selon lui, les instituteurs et institutrices bricoleraient une pédagogie du mieux qu'ils peuvent, ne disposant pas des informations scientifiques qui leur permettraient remiser au placard une bonne fois pour toutes la méthode globale.
Toutefois, malgré la solidité de l'argument, on a du mal à croire qu'il aurait fallu attendre l'avènement des neurosciences pour apprendre aux enfants à lire à l'aide du B-A BA. Toute l'histoire des civilisations, depuis les alphabets grec et latin jusqu'à l'invention de l'imprimerie, n'est-elle pas construite sur ce principe ? Et on voudrait nous faire croire que son oubli est lié à un manque de neurosciences ? C'est un peu court.

Le problème est manifestement ailleurs. Mais où ?

En finir avec le mythe de l'apprentissage sans rien faire

La réponse semble montrer le bout de son nez un peu plus loin dans le propos de S. Dehaene. L'apprentissage du déchiffrage en lecture est, à vrai dire, un poil rébarbatif, et nécessite une répétition jusqu'à tant que le processus devienne automatique. Se pourrait-il alors qu'à une certaine époque, le fantasme d'une éducation « tout plaisir » ait vu le jour ? Où certains pédagogues aient rêvé que la formation des esprits puisse se faire sans transpiration, uniquement avec de l'inspiration ? Facilité séduisante que sportifs et stars du show-biz ont relayée jusqu'à l’écœurement selon l'adage : « il faut se faire plaisir ». Certes. Promettre à un enfant qu'il saura lire en identifiant comme par magie la forme des mots, ne manquera pas d'exercer sur lui (et sur ses parents) un certain attrait. Mais comme le disait Victor Hugo, l'art est fait à 99 pour cent de transpiration, et à un pour cent d'inspiration. Les neurosciences nous rappellent, finalement, que le bon câblage du cerveau demande du travail et du temps. Merci à S. Dehaene.

réf. http://www.scilogs.fr/l-actu-sur-le-divan/quand-les-neurosciences-enterrent-la-methode-globale/

... / ... Lire la suite

Quand les neurosciences enterrent la méthode globale  Voir?


Dans le Monde d'aujourd'hui (23.12.2013), le neuroscientifique Stanislas Dehaene, Grand Prix INSERM 2013, se fend d'un article magistral sur les errances de l'enseignement dans notre pays et les exigences à satisfaire dans l'avenir.


Par Sébastien Bohler

Encore beaucoup trop d'emploi de la méthode mixte

Au chapitre des erreurs du passé, perpétuées plus souvent qu'on ne croit aujourd'hui, l'apprentissage de la lecture à travers la méthode globale, qui encourage les enfants à reconnaître la forme des mots sans insister sur le principe alphabétique. S Dehaene écrit ainsi : « 77 pour cent des enseignants des zones défavorisées choisissent toujours un manuel de lecture inapproprié, qui fait appel à une méthode mixte », comprenez une méthode qui inclut une part de reconnaissance globale de la forme des mots. Un présupposé irrecevable de la part des neurosciences, pour qui le cerveau est adapté à la méthode syllabique, axée sur la compréhension de la correspondance entre les syllabes et les sons.





L'aire cérébrale indiquée d'une flèche à droite, spécialisée dans la reconnaissance des lettres, voit son activité augmenter au fur et à mesure de l'automatisation de la lecture.

Une formation aux neurosciences pour les enseignants ?

Sur la question des causes de cette erreur persistante, S. Dehaene dénonce le manque de « formation scientifique » des enseignants. Selon lui, les instituteurs et institutrices bricoleraient une pédagogie du mieux qu'ils peuvent, ne disposant pas des informations scientifiques qui leur permettraient remiser au placard une bonne fois pour toutes la méthode globale.
Toutefois, malgré la solidité de l'argument, on a du mal à croire qu'il aurait fallu attendre l'avènement des neurosciences pour apprendre aux enfants à lire à l'aide du B-A BA. Toute l'histoire des civilisations, depuis les alphabets grec et latin jusqu'à l'invention de l'imprimerie, n'est-elle pas construite sur ce principe ? Et on voudrait nous faire croire que son oubli est lié à un manque de neurosciences ? C'est un peu court.

Le problème est manifestement ailleurs. Mais où ?

En finir avec le mythe de l'apprentissage sans rien faire

La réponse semble montrer le bout de son nez un peu plus loin dans le propos de S. Dehaene. L'apprentissage du déchiffrage en lecture est, à vrai dire, un poil rébarbatif, et nécessite une répétition jusqu'à tant que le processus devienne automatique. Se pourrait-il alors qu'à une certaine époque, le fantasme d'une éducation « tout plaisir » ait vu le jour ? Où certains pédagogues aient rêvé que la formation des esprits puisse se faire sans transpiration, uniquement avec de l'inspiration ? Facilité séduisante que sportifs et stars du show-biz ont relayée jusqu'à l’écœurement selon l'adage : « il faut se faire plaisir ». Certes. Promettre à un enfant qu'il saura lire en identifiant comme par magie la forme des mots, ne manquera pas d'exercer sur lui (et sur ses parents) un certain attrait. Mais comme le disait Victor Hugo, l'art est fait à 99 pour cent de transpiration, et à un pour cent d'inspiration. Les neurosciences nous rappellent, finalement, que le bon câblage du cerveau demande du travail et du temps. Merci à S. Dehaene.

réf. http://www.scilogs.fr/l-actu-sur-le-divan/quand-les-neurosciences-enterrent-la-methode-globale/

Fermer

(02/07/2016 @ 20:00)

Politique linguistique et politique de formation  Voir?

Politique linguistique et politique de formation – deux Instruments de la politique de force impérialiste


Par Horizons et débats

Les langues officielles parlées dans un pays dépendent de la politique linguistique. En Suisse, la politique linguistique est définie par la Constitution, plus exhaustivement encore par la Loi sur les langues. Celle-ci garantit un traitement identique des quatre langues nationales, indépendamment de l’étendue et de la force économique et politique des régions linguistiques. Dans le principe de l’égalité du traitement des langues nationales s’exprime une valeur plus fondamentale encore: le respect de la liberté et de la dignité des êtres humains vivant dans leur propre région linguistique et dans leur patrie culturelle.

Les langues apprises dans les écoles parallèlement à la langue maternelle sont l’affaire de la politique linguistique mais aussi de la politique de formation puisque cela concerne le système scolaire. Cela s’est manifesté notamment lors du débat sur l’introduction de l’enseignement précoce de l’anglais. C’est là une bonne illustration de l’étroit rapport existant entre les politiques linguistique et de formation [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Politique linguistique et politique de formation  Voir?

Politique linguistique et politique de formation – deux Instruments de la politique de force impérialiste


Par Horizons et débats

Les langues officielles parlées dans un pays dépendent de la politique linguistique. En Suisse, la politique linguistique est définie par la Constitution, plus exhaustivement encore par la Loi sur les langues. Celle-ci garantit un traitement identique des quatre langues nationales, indépendamment de l’étendue et de la force économique et politique des régions linguistiques. Dans le principe de l’égalité du traitement des langues nationales s’exprime une valeur plus fondamentale encore: le respect de la liberté et de la dignité des êtres humains vivant dans leur propre région linguistique et dans leur patrie culturelle.

Les langues apprises dans les écoles parallèlement à la langue maternelle sont l’affaire de la politique linguistique mais aussi de la politique de formation puisque cela concerne le système scolaire. Cela s’est manifesté notamment lors du débat sur l’introduction de l’enseignement précoce de l’anglais. C’est là une bonne illustration de l’étroit rapport existant entre les politiques linguistique et de formation [...]


>> Lire la suite

Fermer

(02/07/2016 @ 20:00)

Un outil pour toute la classe  Voir?

Par Valène (psychologue clinicienne et maman de Rose)



L’histoire du Professeur Hibou nous a été remise avant les vacances de la Toussaint. Ma fille la connaissait déjà par cœur ! Elle semble investir de manière très positive cette histoire qui est un outil pour toute la classe. Je constate que cette méthode est pertinente et profitable aux enfants car :

 1-    Le format « conte » intéresse d’emblée les enfants, les motive et   éveille leur curiosité, ce qui facilite leur investissement et leur adhésion.
2-    La méthode délivrée par le Professeur Hibou constitue une forme de série de stratégies d’autorégulation émotionnelle (s’asseoir, fermer les yeux, interroger son cœur) et d’hétérorégulation émotionnelle.
3-    Ce support permet aux enfants de reconnaître, d’identifier, de comprendre les émotions qui les traversent, mais aussi de prendre en compte l’impact et les conséquences de leurs comportements sur les autres. Il développe l’autonomie de l’enfant.
4-    En définitive, c’est un outil pédagogique (voire psychologique) essentiel pour développer les apprentissages sociaux (respect des règles, des autres). C’est une très bonne chose qu’il soit utilisé et répandu dans les écoles maternelles !

Je constate que grâce à l’utilisation de cette méthode, ma fille parvient mieux à gérer ses émotions et elle nous apparaît plus calme et plus « sécure » en rentrant de l’école.
Le Professeur Hibou faisant figure d’autorité, cela évite les rapports de force et les éventuels conflits qu’il peut exister parfois entre les enfants et les adultes. Ainsi les enfants intègrent les règles dans un climat de confiance. Ils sont responsabilisés et deviennent plus autonomes.

... / ... Lire la suite

Un outil pour toute la classe  Voir?

Par Valène (psychologue clinicienne et maman de Rose)



L’histoire du Professeur Hibou nous a été remise avant les vacances de la Toussaint. Ma fille la connaissait déjà par cœur ! Elle semble investir de manière très positive cette histoire qui est un outil pour toute la classe. Je constate que cette méthode est pertinente et profitable aux enfants car :

 1-    Le format « conte » intéresse d’emblée les enfants, les motive et   éveille leur curiosité, ce qui facilite leur investissement et leur adhésion.
2-    La méthode délivrée par le Professeur Hibou constitue une forme de série de stratégies d’autorégulation émotionnelle (s’asseoir, fermer les yeux, interroger son cœur) et d’hétérorégulation émotionnelle.
3-    Ce support permet aux enfants de reconnaître, d’identifier, de comprendre les émotions qui les traversent, mais aussi de prendre en compte l’impact et les conséquences de leurs comportements sur les autres. Il développe l’autonomie de l’enfant.
4-    En définitive, c’est un outil pédagogique (voire psychologique) essentiel pour développer les apprentissages sociaux (respect des règles, des autres). C’est une très bonne chose qu’il soit utilisé et répandu dans les écoles maternelles !

Je constate que grâce à l’utilisation de cette méthode, ma fille parvient mieux à gérer ses émotions et elle nous apparaît plus calme et plus « sécure » en rentrant de l’école.
Le Professeur Hibou faisant figure d’autorité, cela évite les rapports de force et les éventuels conflits qu’il peut exister parfois entre les enfants et les adultes. Ainsi les enfants intègrent les règles dans un climat de confiance. Ils sont responsabilisés et deviennent plus autonomes.

Fermer

(22/06/2016 @ 17:07)

Personne ne peut y échapper, c’est l’eurofoot...  Voir?

Personne ne peut y échapper, c’est l’eurofoot ! Bon, on peut faire autre chose que de regarder les écrans, fermer les radios, se dire qu’on est au-dessus de ça, mais on peut aussi en penser quelque chose !


Par Bernard Collot

Je me suis souvent demandé pourquoi l’espèce humaine avait une telle propension à jouer sans fin avec des objets ronds. Peut-être est-ce parce que c’est la seule à avoir prolongé sa puissance au-delà de l’enveloppe de chacun de ses êtres en projetant des objets pour se défendre, pour atteindre une proie, un ennemi… En somme nous avons la capacité unique d’étendre notre espace de pouvoirs au-delà de notre corps. Nous n’arrêtons pas de lancer, des fusées, des idées, des invectives… et d’attraper, des coups de soleil, des maladies, des poux…

Si le chaton est naturellement mobilisé par ce qui bouge, le petit enfant joue naturellement à faire bouger, faire tomber. Quelle jouissance quand il lance pour la première fois un caillou dans l’eau ou une poignée de sable dans les yeux de la petite sœur ou du petit frère. Même avec les pieds qui pourtant ne sont pas faits pour ça il est si drôle de projeter la boite de conserve qui traîne par terre sans même avoir besoin de se baisser. Mettez une balle, un ballon quelque part, il y aura toujours quelqu’un qui fera quelque chose avec parce qu’en plus cet objet roule, rebondit, on peut lui donner vie ce qu’on ne peut faire avec une pierre.

Bon, nous sommes donc une espèce animale de lanceurs et d’attrapeurs. Mais alors pourquoi une grande partie de nos activités ludiques collectives se fait à partir d’un unique objet sphérique ? Le lien ! C’est le ballon qui crée le lien entre plusieurs personnes, qui leur fait faire quelque chose ensemble, qui les incite à être ensemble.

Peut-être est-ce parce que nos sociétés ont de plus en plus de mal à faire ensemble (donc à être une espèce sociale) qu’il y a un tel engouement pour le foot. Vous avez deux équipes sur un terrain, enlevez le ballon, les joueurs ne savent plus que faire, qu’inventer ensemble et chacun rentre chez soi. Il n’y a pas de sport collectif sans un objet commun sans passes, cela arrive à être le seul endroit où l’on est dans l’obligation de se passer quelque chose les uns aux autres. On peut imaginer un super joueur tellement habile qu’il puisse traverser le terrain seul et allant marquer chaque fois un but ; il n’y aurait plus personne pour jouer avec lui et plus personne pour regarder, il n’y aurait plus de jeu possible. Avoir un objet commun sur lequel agir et qui puisse être le prétexte à être ensemble, jouir enfin du ensemble. L’espèce de folie qui touche surtout le foot quand un but est marqué dans la manifestation hystérique des joueurs et des supporters est peut-être le reflet terrible du manque total par ailleurs de jouissance collective de réussite [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Personne ne peut y échapper, c’est l’eurofoot...  Voir?

Personne ne peut y échapper, c’est l’eurofoot ! Bon, on peut faire autre chose que de regarder les écrans, fermer les radios, se dire qu’on est au-dessus de ça, mais on peut aussi en penser quelque chose !


Par Bernard Collot

Je me suis souvent demandé pourquoi l’espèce humaine avait une telle propension à jouer sans fin avec des objets ronds. Peut-être est-ce parce que c’est la seule à avoir prolongé sa puissance au-delà de l’enveloppe de chacun de ses êtres en projetant des objets pour se défendre, pour atteindre une proie, un ennemi… En somme nous avons la capacité unique d’étendre notre espace de pouvoirs au-delà de notre corps. Nous n’arrêtons pas de lancer, des fusées, des idées, des invectives… et d’attraper, des coups de soleil, des maladies, des poux…

Si le chaton est naturellement mobilisé par ce qui bouge, le petit enfant joue naturellement à faire bouger, faire tomber. Quelle jouissance quand il lance pour la première fois un caillou dans l’eau ou une poignée de sable dans les yeux de la petite sœur ou du petit frère. Même avec les pieds qui pourtant ne sont pas faits pour ça il est si drôle de projeter la boite de conserve qui traîne par terre sans même avoir besoin de se baisser. Mettez une balle, un ballon quelque part, il y aura toujours quelqu’un qui fera quelque chose avec parce qu’en plus cet objet roule, rebondit, on peut lui donner vie ce qu’on ne peut faire avec une pierre.

Bon, nous sommes donc une espèce animale de lanceurs et d’attrapeurs. Mais alors pourquoi une grande partie de nos activités ludiques collectives se fait à partir d’un unique objet sphérique ? Le lien ! C’est le ballon qui crée le lien entre plusieurs personnes, qui leur fait faire quelque chose ensemble, qui les incite à être ensemble.

Peut-être est-ce parce que nos sociétés ont de plus en plus de mal à faire ensemble (donc à être une espèce sociale) qu’il y a un tel engouement pour le foot. Vous avez deux équipes sur un terrain, enlevez le ballon, les joueurs ne savent plus que faire, qu’inventer ensemble et chacun rentre chez soi. Il n’y a pas de sport collectif sans un objet commun sans passes, cela arrive à être le seul endroit où l’on est dans l’obligation de se passer quelque chose les uns aux autres. On peut imaginer un super joueur tellement habile qu’il puisse traverser le terrain seul et allant marquer chaque fois un but ; il n’y aurait plus personne pour jouer avec lui et plus personne pour regarder, il n’y aurait plus de jeu possible. Avoir un objet commun sur lequel agir et qui puisse être le prétexte à être ensemble, jouir enfin du ensemble. L’espèce de folie qui touche surtout le foot quand un but est marqué dans la manifestation hystérique des joueurs et des supporters est peut-être le reflet terrible du manque total par ailleurs de jouissance collective de réussite [...]


>> Lire la suite

Fermer

(22/06/2016 @ 16:56)

LE GRAND TOUT-SOLEIL  Voir?

"L'histoire que je vais vous raconter n'est pas un conte de fée, c'est une histoire vraie, une histoire que j'ai vécue, une histoire merveilleuse ! Voilà comment tout a commencé... "


Pour les enfants à partir de 7-8 ans
Format A5, 36 pages
Prix : 5 € + frais d’envoi


>> pour commander

... / ... Lire la suite

LE GRAND TOUT-SOLEIL  Voir?

"L'histoire que je vais vous raconter n'est pas un conte de fée, c'est une histoire vraie, une histoire que j'ai vécue, une histoire merveilleuse ! Voilà comment tout a commencé... "


Pour les enfants à partir de 7-8 ans
Format A5, 36 pages
Prix : 5 € + frais d’envoi


>> pour commander

Fermer

(11/06/2016 @ 19:18)

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/06/la-vraie-morale-se-moque-de-la-morale.html

«  La vraie morale se moque de la morale.  »  ( Blaise Pascal, mathématicien et philosophe français, 1623-1662)

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/06/la-vraie-morale-se-moque-de-la-morale.html

«  La vraie morale se moque de la morale.  »  ( Blaise Pascal, mathématicien et philosophe français, 1623-1662)

Fermer

(01/06/2016 @ 15:42)

Le coeur a un cerveau  Voir?

Par Éditeur VOPUS


Après avoir étudié les Mathématiques, et après sa carrière de pianiste et d’organiste, elle a été professeur à La Sorbonne. Ensuite, elle s’est installée en Inde et a participé à la création de la communauté d’Auroville avec Sri Aurobindo et Krishnamurti. Et peu après, elle a fondé l’Institut pour le Développement de la Personne au Québec. Elle est l’auteur de : «Le pouvoir de choisir», «La liberté d’être» et «Le maître du cœur» (le Ver luisant).

Elle a passé de nombreuses années à investiguer sur l’interférence entre la science et la conscience, et ses exposés sont toujours rigoureux et bien documentés. Samedi prochain, elle exposera aux journées sur l’Évolution de la Conscience (Cosmo Caixa), les découvertes sur le cerveau du cœur et ses implications. 


Que le cœur ait un cerveau, c'est une métaphore, non ? 
NON. On a découvert que le cœur contenait un système nerveux indépendant et bien développé, avec plus de 40.000 neurones et un réseau complexe et dense de neurotransmetteurs, de protéines et de cellules d'appui.
Est-il intelligent ? 

Grâce à ces circuits tellement élaborés, il semble que le cœur puisse prendre des décisions et passer à l'action indépendamment du cerveau et qu'il puisse apprendre, se souvenir et même percevoir. Il existe quatre types de connexions qui partent du cœur et vont vers le cerveau de la tête [...]

>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Le coeur a un cerveau  Voir?

Par Éditeur VOPUS


Après avoir étudié les Mathématiques, et après sa carrière de pianiste et d’organiste, elle a été professeur à La Sorbonne. Ensuite, elle s’est installée en Inde et a participé à la création de la communauté d’Auroville avec Sri Aurobindo et Krishnamurti. Et peu après, elle a fondé l’Institut pour le Développement de la Personne au Québec. Elle est l’auteur de : «Le pouvoir de choisir», «La liberté d’être» et «Le maître du cœur» (le Ver luisant).

Elle a passé de nombreuses années à investiguer sur l’interférence entre la science et la conscience, et ses exposés sont toujours rigoureux et bien documentés. Samedi prochain, elle exposera aux journées sur l’Évolution de la Conscience (Cosmo Caixa), les découvertes sur le cerveau du cœur et ses implications. 


Que le cœur ait un cerveau, c'est une métaphore, non ? 
NON. On a découvert que le cœur contenait un système nerveux indépendant et bien développé, avec plus de 40.000 neurones et un réseau complexe et dense de neurotransmetteurs, de protéines et de cellules d'appui.
Est-il intelligent ? 

Grâce à ces circuits tellement élaborés, il semble que le cœur puisse prendre des décisions et passer à l'action indépendamment du cerveau et qu'il puisse apprendre, se souvenir et même percevoir. Il existe quatre types de connexions qui partent du cœur et vont vers le cerveau de la tête [...]

>> Lire la suite

Fermer

(01/06/2016 @ 15:26)

PAROLES D'ENFANTS... Nos petits monstres intérieurs  Voir?


Dans les entretiens que j’ai avec mes élèves de maternelle, il arrive parfois que nous suivions un thème qui se développe dans le temps. Ici : les petits monstres intérieurs ! Lorsque l’on ferme les yeux après des exercices qui favorisent le silence, il arrive que les enfants visualisent leurs petits démons, surtout dans les périodes de fatigue.

  
   R. : J’ai senti un animal et c’était un lion.


Pour d’autres, c’est un tigre, un rhinocéros, un jaguar, un zèbre, un dragon ou un crocodile qui vient les visiter. Chacun a son animal spécifique qui revient régulièrement.

        V. : J’ai senti une petite lumière et à côté, il y avait un jaguar.
        F. : J’ai senti qu’il y avait une lumière et trois animaux : un tigre, un lion et un dragon.
        V. : J’ai senti plein d’animaux féroces qui entouraient quatre ou cinq lumières.
       S. : Mon soleil, il était à la taille d’un grand serpent. Il y avait un soleil, un dragon, un serpent et un lion.
        T. : J’ai vu beaucoup d’animaux.
        

Un jour qu’il y avait de l’excitation et de la perturbation dans l’air, j’ai proposé un exercice de respiration pour agrandir sa lumière intérieure en inspirant et éloigner les bêtes sauvages en expirant.

        Y. : Moi, la lumière, elle a gagné.
        E. : Dans mon cœur, le gros dragon allait venir, c’est la grosse lumière qui a gagné.
       V. : Il y avait un jaguar qui était juste là. La lumière a grandi, grandi, le jaguar s’est enfui. C’est le soleil qui a gagné.
        J. : J’ai senti une grande lumière et le lion s’est enfui.
        N. : Il y avait une grosse pierre qui faisait mal. Il y avait plein de toupies.
        S. : Il y avait un léopard autour de la lumière. La lumière a fait fuir le léopard.
        N. : Les petits soleils m’ont dit de ne pas faire de bêtises. Comme les bêtes féroces disent de faire des bêtises, elles ont dit : d’accord, Soleil ! Elles voulaient être sages, alors elles ont été sages.


V. est travaillé par le mensonge qu’il a laissé s’installer en lui comme une habitude.

        V. : Dans mon cœur, j’ai senti des dinosaures qui se battaient avec le soleil.
       La maîtresse : Va voir s’il y a une bête sauvage ou un dinosaure qui s’appelle : Mensonge…
        V. : Je l’ai aperçu. Lui aussi, il m’a vu et il est parti. Ensuite, je n’ai pas réussi à le retrouver.
        C. : J’ai senti la lumière et deux animaux féroces : le mensonge et le tigre.
      F. : J’ai senti le soleil, une lumière, une flamme de feu. Les bêtes féroces se sont cachées derrière le soleil.

... / ... Lire la suite

PAROLES D'ENFANTS... Nos petits monstres intérieurs  Voir?


Dans les entretiens que j’ai avec mes élèves de maternelle, il arrive parfois que nous suivions un thème qui se développe dans le temps. Ici : les petits monstres intérieurs ! Lorsque l’on ferme les yeux après des exercices qui favorisent le silence, il arrive que les enfants visualisent leurs petits démons, surtout dans les périodes de fatigue.

  
   R. : J’ai senti un animal et c’était un lion.


Pour d’autres, c’est un tigre, un rhinocéros, un jaguar, un zèbre, un dragon ou un crocodile qui vient les visiter. Chacun a son animal spécifique qui revient régulièrement.

        V. : J’ai senti une petite lumière et à côté, il y avait un jaguar.
        F. : J’ai senti qu’il y avait une lumière et trois animaux : un tigre, un lion et un dragon.
        V. : J’ai senti plein d’animaux féroces qui entouraient quatre ou cinq lumières.
       S. : Mon soleil, il était à la taille d’un grand serpent. Il y avait un soleil, un dragon, un serpent et un lion.
        T. : J’ai vu beaucoup d’animaux.
        

Un jour qu’il y avait de l’excitation et de la perturbation dans l’air, j’ai proposé un exercice de respiration pour agrandir sa lumière intérieure en inspirant et éloigner les bêtes sauvages en expirant.

        Y. : Moi, la lumière, elle a gagné.
        E. : Dans mon cœur, le gros dragon allait venir, c’est la grosse lumière qui a gagné.
       V. : Il y avait un jaguar qui était juste là. La lumière a grandi, grandi, le jaguar s’est enfui. C’est le soleil qui a gagné.
        J. : J’ai senti une grande lumière et le lion s’est enfui.
        N. : Il y avait une grosse pierre qui faisait mal. Il y avait plein de toupies.
        S. : Il y avait un léopard autour de la lumière. La lumière a fait fuir le léopard.
        N. : Les petits soleils m’ont dit de ne pas faire de bêtises. Comme les bêtes féroces disent de faire des bêtises, elles ont dit : d’accord, Soleil ! Elles voulaient être sages, alors elles ont été sages.


V. est travaillé par le mensonge qu’il a laissé s’installer en lui comme une habitude.

        V. : Dans mon cœur, j’ai senti des dinosaures qui se battaient avec le soleil.
       La maîtresse : Va voir s’il y a une bête sauvage ou un dinosaure qui s’appelle : Mensonge…
        V. : Je l’ai aperçu. Lui aussi, il m’a vu et il est parti. Ensuite, je n’ai pas réussi à le retrouver.
        C. : J’ai senti la lumière et deux animaux féroces : le mensonge et le tigre.
      F. : J’ai senti le soleil, une lumière, une flamme de feu. Les bêtes féroces se sont cachées derrière le soleil.

Fermer

(01/06/2016 @ 15:00)

Dès six mois, les bébés distinguent le bien du mal  Voir?

Les bébés seraient capables de distinguer au cours de leur première année une bonne et une mauvaise action.


Revue : Nature - vol. 450, nov. 2007

Pour la première fois, une étude révèle que très précocement, les bébés sont capables de juger le comportement d’autrui. Karen Wynn, de l’Université de Yale, aux Etats-Unis, a montré à des bébés de six et dix mois des petites scènes de marionnettes. Un personnage (une figure géométrique en carton, colorée et avec deux gros yeux) tente de gravir une montagne avec difficulté. Dans certains cas, un personnage vient l’aider en le poussant, alors qu’à d’autres moments un autre personnage le gêne dans son ascension, et le fait tomber en bas de la montagne. Après le spectacle, les chercheurs ont présenté aux enfants la figurine « aidante » et la figurine « gênante ». A dix mois, les bébés s’intéressent à la première et laissent la seconde.

Résultat plus surprenant, cette préférence se trouve aussi chez les bébés de six mois. Dès cet âge, ils sont capables de distinguer les bonnes des mauvaises actions qu’ils observent, du moins dans des interactions entre jouets. Cette capacité préverbale participerait à la formation du sens moral. Il reste à comprendre précisément la manière dont se forme cette première preuve de jugement social. L’évolution aurait-elle doté l’espèce humaine d’un mécanisme de détection de l’altruisme, pour multiplier les chances de survie ?




Réf. Le monde de l’enfance N°2, Janv. Fév. Mars 2008.


... / ... Lire la suite

Dès six mois, les bébés distinguent le bien du mal  Voir?

Les bébés seraient capables de distinguer au cours de leur première année une bonne et une mauvaise action.


Revue : Nature - vol. 450, nov. 2007

Pour la première fois, une étude révèle que très précocement, les bébés sont capables de juger le comportement d’autrui. Karen Wynn, de l’Université de Yale, aux Etats-Unis, a montré à des bébés de six et dix mois des petites scènes de marionnettes. Un personnage (une figure géométrique en carton, colorée et avec deux gros yeux) tente de gravir une montagne avec difficulté. Dans certains cas, un personnage vient l’aider en le poussant, alors qu’à d’autres moments un autre personnage le gêne dans son ascension, et le fait tomber en bas de la montagne. Après le spectacle, les chercheurs ont présenté aux enfants la figurine « aidante » et la figurine « gênante ». A dix mois, les bébés s’intéressent à la première et laissent la seconde.

Résultat plus surprenant, cette préférence se trouve aussi chez les bébés de six mois. Dès cet âge, ils sont capables de distinguer les bonnes des mauvaises actions qu’ils observent, du moins dans des interactions entre jouets. Cette capacité préverbale participerait à la formation du sens moral. Il reste à comprendre précisément la manière dont se forme cette première preuve de jugement social. L’évolution aurait-elle doté l’espèce humaine d’un mécanisme de détection de l’altruisme, pour multiplier les chances de survie ?




Réf. Le monde de l’enfance N°2, Janv. Fév. Mars 2008.


Fermer

(01/06/2016 @ 14:52)

Témoignage d'un parent d'élève (6)  Voir?

Par Jessica (maman de Colyne -4 ans)

Voici expliqué l'impact de la Leçon du Professeur Hibou sur le quotidien de ma fille Colyne.
L'histoire est amusante pour les enfants mais prend en plus beaucoup de sens. Elle amène l'enfant à réfléchir par lui même plutôt que de lui imposer des ordres sur ce qui est bien ou non. Colyne comprend, en faisant appel à son cœur, si ses actes sont bons ou mauvais. Je trouve cette méthode excellente.
Le fait d'amener un enfant à réfléchir par lui même sur ses actes prend tellement plus de sens au moment de retenir l'impact de son acte.
Au quotidien, Colyne me dit faire appel à son cœur et me raconte ce qu'elle a fait de bien ou non. J'utilise cette méthode maintenant pour mes 2 enfants, car je trouve le concept très intéressant, tant pour les petits que pour les plus grands. Le fait de les amener à réfléchir et à se poser la question sur leurs actes, leur permet de retenir plus facilement pourquoi c'est bien ou non.
Cette méthode devrait être généralisée. J'en ai d'ailleurs discuté avec mes collègues de bureau qui trouvent très bien cette méthode et aimeraient que leurs enfants l'utilisent. Les enfants prennent conscience de leur comportement au lieu de suivre uniquement des ordres sans comprendre.
Je recommande cette méthode à toutes les classes de maternelle. Colyne adore l'histoire et, d'elle-même, fait appel à son cœur.


... / ... Lire la suite

Témoignage d'un parent d'élève (6)  Voir?

Par Jessica (maman de Colyne -4 ans)

Voici expliqué l'impact de la Leçon du Professeur Hibou sur le quotidien de ma fille Colyne.
L'histoire est amusante pour les enfants mais prend en plus beaucoup de sens. Elle amène l'enfant à réfléchir par lui même plutôt que de lui imposer des ordres sur ce qui est bien ou non. Colyne comprend, en faisant appel à son cœur, si ses actes sont bons ou mauvais. Je trouve cette méthode excellente.
Le fait d'amener un enfant à réfléchir par lui même sur ses actes prend tellement plus de sens au moment de retenir l'impact de son acte.
Au quotidien, Colyne me dit faire appel à son cœur et me raconte ce qu'elle a fait de bien ou non. J'utilise cette méthode maintenant pour mes 2 enfants, car je trouve le concept très intéressant, tant pour les petits que pour les plus grands. Le fait de les amener à réfléchir et à se poser la question sur leurs actes, leur permet de retenir plus facilement pourquoi c'est bien ou non.
Cette méthode devrait être généralisée. J'en ai d'ailleurs discuté avec mes collègues de bureau qui trouvent très bien cette méthode et aimeraient que leurs enfants l'utilisent. Les enfants prennent conscience de leur comportement au lieu de suivre uniquement des ordres sans comprendre.
Je recommande cette méthode à toutes les classes de maternelle. Colyne adore l'histoire et, d'elle-même, fait appel à son cœur.


Fermer

(18/05/2016 @ 16:04)

Témoignage d'un parent d'élève (5)  Voir?

Par Yoann (papa de Rose -5 ans)

Je suis le papa d’une élève de grande section de maternelle dans laquelle est utilisée la "méthode" du Professeur Hibou.
Rose est une petite fille vive, avec un tempérament très actif mais aussi très émotive.
La concernant, les conséquences sur sa gestion des émotions sont très positives. En effet, grâce au Professeur Hibou, elle arrive beaucoup mieux à identifier ses émotions et donc à les gérer. Ces derniers temps, elle décide spontanément de faire des pauses, les yeux fermés afin d'écouter ce que son cœur lui dit pour savoir "ce qui est bon".
Nous voyons que le Professeur Hibou est omniprésent, elle aime le dessiner, le représenter en pâte à modeler, réciter la poésie ou simplement nous en parler.
Le fait d'avoir fait une petite représentation en classe a aussi été très bénéfique pour Rose. Nous remarquons que la référence au cœur est également très utilisée pour résoudre les conflits avec ses camarades. Spontanément, Rose essaie de trouver une solution, un compromis pour stopper la dispute.
Bref, une expérience très positive pour les enfants et leurs parents et facile à relayer à la maison. Rose essaie même de convertir son petit frère de 2 ans !


... / ... Lire la suite

Témoignage d'un parent d'élève (5)  Voir?

Par Yoann (papa de Rose -5 ans)

Je suis le papa d’une élève de grande section de maternelle dans laquelle est utilisée la "méthode" du Professeur Hibou.
Rose est une petite fille vive, avec un tempérament très actif mais aussi très émotive.
La concernant, les conséquences sur sa gestion des émotions sont très positives. En effet, grâce au Professeur Hibou, elle arrive beaucoup mieux à identifier ses émotions et donc à les gérer. Ces derniers temps, elle décide spontanément de faire des pauses, les yeux fermés afin d'écouter ce que son cœur lui dit pour savoir "ce qui est bon".
Nous voyons que le Professeur Hibou est omniprésent, elle aime le dessiner, le représenter en pâte à modeler, réciter la poésie ou simplement nous en parler.
Le fait d'avoir fait une petite représentation en classe a aussi été très bénéfique pour Rose. Nous remarquons que la référence au cœur est également très utilisée pour résoudre les conflits avec ses camarades. Spontanément, Rose essaie de trouver une solution, un compromis pour stopper la dispute.
Bref, une expérience très positive pour les enfants et leurs parents et facile à relayer à la maison. Rose essaie même de convertir son petit frère de 2 ans !


Fermer

(18/05/2016 @ 15:55)

Grandir avec "La leçon de Professeur Hibou"  Voir?

Un outil au service d’une éducation qui éveille à l’autonomie, à la responsabilité et à la dignité.


Le sort du monde dépend, en premier lieu, de l’éducation. Dans nos sociétés modernes, en perte de repères spirituels et moraux, s’interroger sur l’éducation des enfants est fondamental, car seule une approche éducative respectueuse de la liberté de conscience leur permet de s’épanouir et d’évoluer harmonieusement.

La leçon de Professeur Hibou est un outil précieux qui aide les enfants à grandir et à construire leur individualité de façon équilibrée. La spécificité de cette histoire, simple mais profonde, est dans le fait qu’elle éveille au Soi, à l’identité réelle, originelle, dans laquelle chaque être humain naît.

À partir de 3-4 ans, l’enfant prend progressivement conscience de son Moi ; à travers ses multiples expériences avec son environnement, il s’éveille à sa personnalité propre qui est son outil d’expression dans le monde. C’est le moment propice pour commencer à l’éveiller à son identité réelle ‒ le Soi ‒ fondement sacré de toutes les consciences personnelles qui nous enracine dans la Vie et nous fait participer à l’Unité du Tout [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Grandir avec "La leçon de Professeur Hibou"  Voir?

Un outil au service d’une éducation qui éveille à l’autonomie, à la responsabilité et à la dignité.


Le sort du monde dépend, en premier lieu, de l’éducation. Dans nos sociétés modernes, en perte de repères spirituels et moraux, s’interroger sur l’éducation des enfants est fondamental, car seule une approche éducative respectueuse de la liberté de conscience leur permet de s’épanouir et d’évoluer harmonieusement.

La leçon de Professeur Hibou est un outil précieux qui aide les enfants à grandir et à construire leur individualité de façon équilibrée. La spécificité de cette histoire, simple mais profonde, est dans le fait qu’elle éveille au Soi, à l’identité réelle, originelle, dans laquelle chaque être humain naît.

À partir de 3-4 ans, l’enfant prend progressivement conscience de son Moi ; à travers ses multiples expériences avec son environnement, il s’éveille à sa personnalité propre qui est son outil d’expression dans le monde. C’est le moment propice pour commencer à l’éveiller à son identité réelle ‒ le Soi ‒ fondement sacré de toutes les consciences personnelles qui nous enracine dans la Vie et nous fait participer à l’Unité du Tout [...]


>> Lire la suite

Fermer

(05/05/2016 @ 09:47)

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/05/plus-la-vanite-cest-dire-lencombrement.html

« Plus la vanité, c’est-à-dire l’encombrement inutile de l’esprit, est grande, plus elle obscurcit la clarté et disperse les forces, rendant difficile ou impossible, non seulement de raisonner et d’agir, mais même de percevoir la réalité et de voir. »  (Maria Montessori, médecin et pédagogue,1870-1952)

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2016/05/plus-la-vanite-cest-dire-lencombrement.html

« Plus la vanité, c’est-à-dire l’encombrement inutile de l’esprit, est grande, plus elle obscurcit la clarté et disperse les forces, rendant difficile ou impossible, non seulement de raisonner et d’agir, mais même de percevoir la réalité et de voir. »  (Maria Montessori, médecin et pédagogue,1870-1952)

Fermer

(01/05/2016 @ 11:18)

Enseignante en ZEP, je ne vis pas l'enfer. Je crée un climat bienveillant et participatif  Voir?

Par Agathe W.

J’ai lu samedi dernier un témoignage intitulé "Je suis enseignante : les élèves sont intenables, leur niveau est accablant. C'est l'enfer"(1). Il s’agissait de celui d’une jeune enseignante, nouvellement nommée en ZEP, qui assure des compléments (c’est-à-dire qu’elle complète les classes d’enseignants à temps partiel), et vit très mal sa situation. Bien entendu, je suis navrée pour cette femme qui doit se sentir malheureuse mais je ne peux que lui conseiller de tenir bon, car je suis passée par là.

J’ai espéré me casser une jambe pour être arrêtée

Comme elle, je suis devenue enseignante car mes plans sur la comète étaient un peu trop vaporeux pour vivre dignement et je ne ferai sûrement pas ce métier toute ma vie.

Lors de ma première année d’enseignement, sans réelle formation, en 2013-2014, j’avais une classe de 34 élèves (dont 21 garçons) de 4 ans. Complètement azimutés. La conseillère pédagogique les avait même qualifiés "d’affreux Gremlins". Cette école n’était pas en ZEP. J’étais la plus jeune de l’équipe, les autres collègues étant des "anciennes".

Cette entrée dans le métier a été une horreur. J’ai beaucoup pleuré, j’ai compté les jours, j’ai espéré me casser une jambe pour être arrêtée pendant plusieurs mois. Pourtant, j’ai tenu bon et mon échec est passé du stade d’angoisse prégnante au stade de bataille au quotidien.

Non, je n’allais pas m’asseoir sur le constat d’élèves trop difficiles, d’une classe surchargée, d’une équipe démotivée, de mon manque cuisant de formation. Il fallait que je me remette en question : qu’est-ce que c’était être "maîtresse" pour moi ?

Un élève heureux = un élève motivé = une maîtresse comblée

Je me suis rendue compte qu’il fallait que je revoie mes objectifs. Les problèmes listés précédemment m’empêcheraient toute l’année de devenir la maîtresse chevronnée que je rêvais être, qui gère sa classe au lever de sourcil (oui, c’est possible) et qui fait des projets sensationnels – celle que je ne pourrais pas être avant des années d’ancienneté, ou celle que je ne serai jamais car en fait, elle n’existe que dans les épisodes du "Bus Magique".

Par contre, rien ne m’empêchait de rendre mes élèves heureux. En interrogeant l’objectif premier de l’école "la réussite de tous les élèves", j’ai réalisé qu’on ne pouvait pas réussir sans être d’abord heureux. Et le bonheur des élèves entraînerait forcément le mien. Pour simplifier mon équation : un élève heureux = un élève motivé = une maîtresse comblée.

Je me suis donc affairée à rendre mes élèves contents de venir le matin. Ces élèves qui venaient de familles au contexte social démuni, ces élèves à qui on diagnostiquait des troubles du comportement ou autres "dys", ces mêmes élèves qui étaient immatures, fatigués, en échec scolaire, arrogants, violents. C’est mon credo depuis trois ans et, aujourd'hui, je peux dire, la tête haute, que je suis maîtresse en ZEP et que c’est chouette ! [...]


>> Lire la suite

(1) voir l'article ci-dessous 

... / ... Lire la suite

Enseignante en ZEP, je ne vis pas l'enfer. Je crée un climat bienveillant et participatif  Voir?

Par Agathe W.

J’ai lu samedi dernier un témoignage intitulé "Je suis enseignante : les élèves sont intenables, leur niveau est accablant. C'est l'enfer"(1). Il s’agissait de celui d’une jeune enseignante, nouvellement nommée en ZEP, qui assure des compléments (c’est-à-dire qu’elle complète les classes d’enseignants à temps partiel), et vit très mal sa situation. Bien entendu, je suis navrée pour cette femme qui doit se sentir malheureuse mais je ne peux que lui conseiller de tenir bon, car je suis passée par là.

J’ai espéré me casser une jambe pour être arrêtée

Comme elle, je suis devenue enseignante car mes plans sur la comète étaient un peu trop vaporeux pour vivre dignement et je ne ferai sûrement pas ce métier toute ma vie.

Lors de ma première année d’enseignement, sans réelle formation, en 2013-2014, j’avais une classe de 34 élèves (dont 21 garçons) de 4 ans. Complètement azimutés. La conseillère pédagogique les avait même qualifiés "d’affreux Gremlins". Cette école n’était pas en ZEP. J’étais la plus jeune de l’équipe, les autres collègues étant des "anciennes".

Cette entrée dans le métier a été une horreur. J’ai beaucoup pleuré, j’ai compté les jours, j’ai espéré me casser une jambe pour être arrêtée pendant plusieurs mois. Pourtant, j’ai tenu bon et mon échec est passé du stade d’angoisse prégnante au stade de bataille au quotidien.

Non, je n’allais pas m’asseoir sur le constat d’élèves trop difficiles, d’une classe surchargée, d’une équipe démotivée, de mon manque cuisant de formation. Il fallait que je me remette en question : qu’est-ce que c’était être "maîtresse" pour moi ?

Un élève heureux = un élève motivé = une maîtresse comblée

Je me suis rendue compte qu’il fallait que je revoie mes objectifs. Les problèmes listés précédemment m’empêcheraient toute l’année de devenir la maîtresse chevronnée que je rêvais être, qui gère sa classe au lever de sourcil (oui, c’est possible) et qui fait des projets sensationnels – celle que je ne pourrais pas être avant des années d’ancienneté, ou celle que je ne serai jamais car en fait, elle n’existe que dans les épisodes du "Bus Magique".

Par contre, rien ne m’empêchait de rendre mes élèves heureux. En interrogeant l’objectif premier de l’école "la réussite de tous les élèves", j’ai réalisé qu’on ne pouvait pas réussir sans être d’abord heureux. Et le bonheur des élèves entraînerait forcément le mien. Pour simplifier mon équation : un élève heureux = un élève motivé = une maîtresse comblée.

Je me suis donc affairée à rendre mes élèves contents de venir le matin. Ces élèves qui venaient de familles au contexte social démuni, ces élèves à qui on diagnostiquait des troubles du comportement ou autres "dys", ces mêmes élèves qui étaient immatures, fatigués, en échec scolaire, arrogants, violents. C’est mon credo depuis trois ans et, aujourd'hui, je peux dire, la tête haute, que je suis maîtresse en ZEP et que c’est chouette ! [...]


>> Lire la suite

(1) voir l'article ci-dessous 

Fermer

(01/05/2016 @ 11:02)

Je suis enseignante : les élèves sont intenables, leur niveau est accablant. C'est l'enfer  Voir?

Dans l'Éducation nationale, les difficultés ne se concentrent pas que sur le collège. Alors que la réforme de Najat Vallaud-Belkacem a donné lieu à d'âpres débats ces dernières semaines, Sophie L., enseignante dans le primaire depuis septembre, dépeint une situation désastreuse dans les deux écoles où elle travaille. Elle envisage même de changer de métier.


Par Sophie L.

Je suis maîtresse d’école pour des CM2 de ZEP et pour des CE2 dans une zone de plus en plus difficile : je vis un enfer depuis le premier jour. Je n’ai pas été suffisamment préparée à ce qui m’attendait. Ma formation était trop théorique et la réalité du terrain est ignorée par les formateurs.

À un mois des grandes vacances, je compte les jours qui m'en séparent, épuisée, et à bout de nerf, d'autant que plus de 50% de mes élèves ne sont pas prêts à passer dans la classe supérieure. C’est un désastre sans hasard.

Un système qui nuit aux enseignants et aux élèves

Enseigner, ce n’était pas la profession dont je rêvais quand j'étais petite. Mais, au détour d'une crise économique peu favorable à l'épanouissement de mon âme d'artiste et de petits jobs dans le secteur de l'enfance, je me suis finalement décidée à devenir maîtresse d'école.

Plus l’idée mûrissait, plus elle me plaisait. J’ai eu le concours, et en septembre 2014, j’étais lâchée sur le terrain sans plus de formalité. Le choc fut total et dix mois plus tard, j'ai encore du mal à m'adapter.

Je comprends mieux ceux qui dénoncent ce système où de jeunes enseignants sans expérience sont balancés, sans avoir reçu avant une formation appropriée, dans des zones difficiles où la discipline est une matière qui s’impose de force au programme [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Je suis enseignante : les élèves sont intenables, leur niveau est accablant. C'est l'enfer  Voir?

Dans l'Éducation nationale, les difficultés ne se concentrent pas que sur le collège. Alors que la réforme de Najat Vallaud-Belkacem a donné lieu à d'âpres débats ces dernières semaines, Sophie L., enseignante dans le primaire depuis septembre, dépeint une situation désastreuse dans les deux écoles où elle travaille. Elle envisage même de changer de métier.


Par Sophie L.

Je suis maîtresse d’école pour des CM2 de ZEP et pour des CE2 dans une zone de plus en plus difficile : je vis un enfer depuis le premier jour. Je n’ai pas été suffisamment préparée à ce qui m’attendait. Ma formation était trop théorique et la réalité du terrain est ignorée par les formateurs.

À un mois des grandes vacances, je compte les jours qui m'en séparent, épuisée, et à bout de nerf, d'autant que plus de 50% de mes élèves ne sont pas prêts à passer dans la classe supérieure. C’est un désastre sans hasard.

Un système qui nuit aux enseignants et aux élèves

Enseigner, ce n’était pas la profession dont je rêvais quand j'étais petite. Mais, au détour d'une crise économique peu favorable à l'épanouissement de mon âme d'artiste et de petits jobs dans le secteur de l'enfance, je me suis finalement décidée à devenir maîtresse d'école.

Plus l’idée mûrissait, plus elle me plaisait. J’ai eu le concours, et en septembre 2014, j’étais lâchée sur le terrain sans plus de formalité. Le choc fut total et dix mois plus tard, j'ai encore du mal à m'adapter.

Je comprends mieux ceux qui dénoncent ce système où de jeunes enseignants sans expérience sont balancés, sans avoir reçu avant une formation appropriée, dans des zones difficiles où la discipline est une matière qui s’impose de force au programme [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/05/2016 @ 10:48)

Des stages commando contre le décrochage scolaire  Voir?

la guerre légitimée


Par B. Girard

Le décrochage scolaire, qui voit chaque année plusieurs milliers de jeunes s’évaporer du système éducatif, est une réalité complexe, où interviennent de multiples considérations, psychologiques, sociales, familiales, pédagogiques. Réalité complexe, du moins le croyait-on jusqu’à ces dernières semaines lorsque l’Education nationale, jusque là fort démunie, a fièrement fait savoir qu’elle tenait enfin la solution : confier les élèves décrocheurs à l’armée. [...] 

>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Des stages commando contre le décrochage scolaire  Voir?

la guerre légitimée


Par B. Girard

Le décrochage scolaire, qui voit chaque année plusieurs milliers de jeunes s’évaporer du système éducatif, est une réalité complexe, où interviennent de multiples considérations, psychologiques, sociales, familiales, pédagogiques. Réalité complexe, du moins le croyait-on jusqu’à ces dernières semaines lorsque l’Education nationale, jusque là fort démunie, a fièrement fait savoir qu’elle tenait enfin la solution : confier les élèves décrocheurs à l’armée. [...] 

>> Lire la suite

Fermer

(01/05/2016 @ 10:39)

PAROLES D'ENFANTS...Voyager en soi  Voir?

A l’occasion d’écoute de musique classique, après des temps de calme ou d'attention au silence, quand les enfants se connectent à leur cœur, il n'est pas rare que des images ou de petites histoires leur viennent spontanément à l'esprit. Si l’on prête foi à ces images - tout en canalisant au besoin le trop plein - on se rend compte que les enfants parlent en réalité d’eux-mêmes. Les écouter devient alors un précieux moyen pour mieux les connaître et mieux interagir avec eux.

Voici quelques expressions enfantines recueillies dans ma classe de maternelle :

P. : J’étais sur un bateau avec mes parents. On dormait avec la fenêtre ouverte. Une petite fée est venue, elle m’a dit de sauter sur les étoiles. Je lui ai obéi. Elle m’a dit : qu’est-ce que tu veux ? J’ai dit que je voulais devenir la fée de la musique.

C. : Sur mon chemin, j’ai vu une licorne. Sur ma licorne, j’ai fait un voyage et tous les animaux sont venus.

A. : J’ai rêvé d’une sirène et d’un poisson. Le poisson la trouvait si belle que le requin était jaloux et il l’a croqué.

F. : Mon cœur m’a dit des secrets. Il y a une pièce d’argent caché dans ma maison, mais je ne la trouve pas.

V. : J’ai vu des bêtes féroces avec un lion, ils se battaient. Je suis arrivé avec des chiens et un arc avec des flèches. J’ai lancé une flèche et j’ai raté le lion. La flèche est allée dans l’arbre.

M. : Ma fleur était au milieu des bois. Il y avait un géant. Il se battait avec une araignée. Je voulais faire pareil. J’ai entendu la petite fleur de loin, elle m’a dit de me défendre avec les méchants mais pas avec les gentils.

J. : Toutes les bêtes féroces de la terre au monde sont venues vers moi, car je suis la fille des animaux. Je les ai calmées. Les petits animaux de la forêt étaient sauvés. Tout s’est arrangé. Avec les œufs de dinosaures qui « éclosaient », ça a tout recommencé. Mais j’avais tous les pouvoirs, j’ai donné des petits pouvoirs aux animaux.

B. : J’ai vu un ourson qui se bagarrait avec un gros ours. Le gros avait un fusil. Le petit a écrasé le fusil avec son pied.

N. : Il était une fois une petite girafe rose qui vivait dans son château. Il y avait une girafe bleue. Elles se sont mélangées, ça a fait des girafes multicolores comme un arc-en-ciel.

H. : La sirène, elle regardait une étoile dans le ciel, après, elle est rentrée chez elle, dans le château, dans la mer.

R. : J’étais en voyage avec un cheval et il m’a amenée chez une dame. Et la dame, elle m’a donné à manger et après je suis partie.

L. : Sur mon chemin, j’ai senti un léopard avec moi et aussi un tigre. Ils étaient gentils mais ils attaquaient les méchants. Ils m’écoutaient. On est allé voir ce qu’il y avait dans la cabane, il n’y avait personne. Celui qui habitait dans la cabane n’avait rien, il a pris notre voiture, on a laissé la voiture à celui qui n’avait rien.

O. : Il y avait une lumière multicolore dans la forêt.

I. : J’ai vu un prince qui partait sur un pont.

T. : J’ai senti un bateau qui sautait sur l’eau. Il y avait un dauphin qui faisait coucou et un autre dauphin qui faisait coucou aussi.

D. : J’ai vu une licorne qui courait. Comme elle était belle, je lui ai demandé pourquoi elle était très belle. Elle m’a dit : parce que je suis allée dans un village qui était très beau et du coup, elle m’a amenée dans le village pour que je sois belle.

E. : Ma grande sœur a fait un voyage, elle est allée dans la cheminée. J’ai éteint le feu parce que Lola (ma grande sœur) s’est brûlée.

S. : J’ai senti que j’étais sur un ours polaire.

Q. : J’ai senti un loup, dans la forêt, qui se bagarrait avec un jaguar. Mon éclair est venu. Un renard essayait de manger des poules. Le loup et le jaguar ont aidé les poules. Mon éclair a dit de leur donner à manger parce qu’ils ont réussi à garder les poules.

Diane

... / ... Lire la suite

PAROLES D'ENFANTS...Voyager en soi  Voir?

A l’occasion d’écoute de musique classique, après des temps de calme ou d'attention au silence, quand les enfants se connectent à leur cœur, il n'est pas rare que des images ou de petites histoires leur viennent spontanément à l'esprit. Si l’on prête foi à ces images - tout en canalisant au besoin le trop plein - on se rend compte que les enfants parlent en réalité d’eux-mêmes. Les écouter devient alors un précieux moyen pour mieux les connaître et mieux interagir avec eux.

Voici quelques expressions enfantines recueillies dans ma classe de maternelle :

P. : J’étais sur un bateau avec mes parents. On dormait avec la fenêtre ouverte. Une petite fée est venue, elle m’a dit de sauter sur les étoiles. Je lui ai obéi. Elle m’a dit : qu’est-ce que tu veux ? J’ai dit que je voulais devenir la fée de la musique.

C. : Sur mon chemin, j’ai vu une licorne. Sur ma licorne, j’ai fait un voyage et tous les animaux sont venus.

A. : J’ai rêvé d’une sirène et d’un poisson. Le poisson la trouvait si belle que le requin était jaloux et il l’a croqué.

F. : Mon cœur m’a dit des secrets. Il y a une pièce d’argent caché dans ma maison, mais je ne la trouve pas.

V. : J’ai vu des bêtes féroces avec un lion, ils se battaient. Je suis arrivé avec des chiens et un arc avec des flèches. J’ai lancé une flèche et j’ai raté le lion. La flèche est allée dans l’arbre.

M. : Ma fleur était au milieu des bois. Il y avait un géant. Il se battait avec une araignée. Je voulais faire pareil. J’ai entendu la petite fleur de loin, elle m’a dit de me défendre avec les méchants mais pas avec les gentils.

J. : Toutes les bêtes féroces de la terre au monde sont venues vers moi, car je suis la fille des animaux. Je les ai calmées. Les petits animaux de la forêt étaient sauvés. Tout s’est arrangé. Avec les œufs de dinosaures qui « éclosaient », ça a tout recommencé. Mais j’avais tous les pouvoirs, j’ai donné des petits pouvoirs aux animaux.

B. : J’ai vu un ourson qui se bagarrait avec un gros ours. Le gros avait un fusil. Le petit a écrasé le fusil avec son pied.

N. : Il était une fois une petite girafe rose qui vivait dans son château. Il y avait une girafe bleue. Elles se sont mélangées, ça a fait des girafes multicolores comme un arc-en-ciel.

H. : La sirène, elle regardait une étoile dans le ciel, après, elle est rentrée chez elle, dans le château, dans la mer.

R. : J’étais en voyage avec un cheval et il m’a amenée chez une dame. Et la dame, elle m’a donné à manger et après je suis partie.

L. : Sur mon chemin, j’ai senti un léopard avec moi et aussi un tigre. Ils étaient gentils mais ils attaquaient les méchants. Ils m’écoutaient. On est allé voir ce qu’il y avait dans la cabane, il n’y avait personne. Celui qui habitait dans la cabane n’avait rien, il a pris notre voiture, on a laissé la voiture à celui qui n’avait rien.

O. : Il y avait une lumière multicolore dans la forêt.

I. : J’ai vu un prince qui partait sur un pont.

T. : J’ai senti un bateau qui sautait sur l’eau. Il y avait un dauphin qui faisait coucou et un autre dauphin qui faisait coucou aussi.

D. : J’ai vu une licorne qui courait. Comme elle était belle, je lui ai demandé pourquoi elle était très belle. Elle m’a dit : parce que je suis allée dans un village qui était très beau et du coup, elle m’a amenée dans le village pour que je sois belle.

E. : Ma grande sœur a fait un voyage, elle est allée dans la cheminée. J’ai éteint le feu parce que Lola (ma grande sœur) s’est brûlée.

S. : J’ai senti que j’étais sur un ours polaire.

Q. : J’ai senti un loup, dans la forêt, qui se bagarrait avec un jaguar. Mon éclair est venu. Un renard essayait de manger des poules. Le loup et le jaguar ont aidé les poules. Mon éclair a dit de leur donner à manger parce qu’ils ont réussi à garder les poules.

Diane

Fermer

(25/04/2016 @ 19:32)

Dernière mise à jour : 28/08/2016 @ 12:44

Visites

 582176 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
cLWWt
Recopier le code :
156 Abonnés