Tous les articles
Solidarité financière

Les enseignants du primaire en résistance sont parfois sanctionnés par des retraits de salaire. Vous pouvez participer solidairement pour compenser ces sanctions financières:


voir ICI
 ↑  
Archives

Vous trouverez ici les archives des actions passées.

 ↑  
Recherche
Recherche
Nouvelles des Amis - R I R E

Réseau Informel de Réflexion sur l'Education


Voir ensemble dans quel état d'esprit instruire et éduquer les jeunes pour qu'ils s'épanouissent et réalisent leur équilibre individuel, fondement de l'équilibre social


LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'un parent d'élève (23)  Voir?

Par Laure (maman de M., 4 ans)

Petit témoignage sur les bienfaits de la Leçon de Professeur Hibou* sur M. : M. est un enfant énergique qui a parfois du mal à gérer ses émotions. Lors de phase d’énervement ou de grosse agitation, la Leçon de Professeur Hibou lui permet de retrouver son calme ; nous appliquons ce qu’il a appris à l’école, il s’assoit, ferme les yeux, respire profondément, et s’apaise. Je pense aussi que cette méthode lui a permis de mieux gérer, d’apaiser ses relations aux autres. L’histoire explique aux enfants ce que ressentent les animaux, lorsque Mario et Maria se comportent mal avec eux. En apprenant l’empathie, se mettre à la place de l’autre, j’ai l’impression qu’il vit mieux avec ses camarades de classe. En interrogeant son cœur, il s’interroge sur ce qui est bien ou mal. 

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

... / ... Lire la suite

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'un parent d'élève (23)  Voir?

Par Laure (maman de M., 4 ans)

Petit témoignage sur les bienfaits de la Leçon de Professeur Hibou* sur M. : M. est un enfant énergique qui a parfois du mal à gérer ses émotions. Lors de phase d’énervement ou de grosse agitation, la Leçon de Professeur Hibou lui permet de retrouver son calme ; nous appliquons ce qu’il a appris à l’école, il s’assoit, ferme les yeux, respire profondément, et s’apaise. Je pense aussi que cette méthode lui a permis de mieux gérer, d’apaiser ses relations aux autres. L’histoire explique aux enfants ce que ressentent les animaux, lorsque Mario et Maria se comportent mal avec eux. En apprenant l’empathie, se mettre à la place de l’autre, j’ai l’impression qu’il vit mieux avec ses camarades de classe. En interrogeant son cœur, il s’interroge sur ce qui est bien ou mal. 

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

Fermer

(15/05/2019 @ 12:14)

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/05/nous-perissons-faute-demerveillement.html

«  Nous périssons faute d’émerveillement mais non faute de merveilles.»  ( Victor Hugo, écrivain, 1802-1885 )

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/05/nous-perissons-faute-demerveillement.html

«  Nous périssons faute d’émerveillement mais non faute de merveilles.»  ( Victor Hugo, écrivain, 1802-1885 )

Fermer

(01/05/2019 @ 11:34)

Naissance  Voir?

Par Lucie F

Au commencement tout est Unité, tout est concilié : le noir et le blanc, l’intérieur et l’extérieur, la peine et la joie.
Oui, tout est concilié à l’intérieur d’une bulle de tendresse.
Dans le ventre rond où tu t’es logée pendant neuf mois, tout était équilibre, préservé de toute tempête extérieure – un océan d’Amour.
Et aujourd’hui te voilà à naître au monde dans la plus belle des puretés : celle de la naissance, où tout le champ des possibles est ouvert, où tout est à construire.
Je lis dans tes yeux toute l’innocence d’un regard neuf sur le monde, sans jugement, sans haine et sans regret.
Et je me dis que l’espoir du monde se loge dans ce regard d’enfant que chacun d’entre nous porte en lui. 


source : www.lesateliersdelaplume.fr 

... / ... Lire la suite

Naissance  Voir?

Par Lucie F

Au commencement tout est Unité, tout est concilié : le noir et le blanc, l’intérieur et l’extérieur, la peine et la joie.
Oui, tout est concilié à l’intérieur d’une bulle de tendresse.
Dans le ventre rond où tu t’es logée pendant neuf mois, tout était équilibre, préservé de toute tempête extérieure – un océan d’Amour.
Et aujourd’hui te voilà à naître au monde dans la plus belle des puretés : celle de la naissance, où tout le champ des possibles est ouvert, où tout est à construire.
Je lis dans tes yeux toute l’innocence d’un regard neuf sur le monde, sans jugement, sans haine et sans regret.
Et je me dis que l’espoir du monde se loge dans ce regard d’enfant que chacun d’entre nous porte en lui. 


source : www.lesateliersdelaplume.fr 

Fermer

(01/05/2019 @ 11:34)

Le tact, vertu du pédagogue  Voir?

Un art de juger et une manière de se conduire.


Par Eirick Prairat

Le tact est primitivement le sens du toucher. Il n’est pas seulement ce par quoi nous découvrons les propriétés tangibles d’une chose (sa fluidité, sa mollesse, sa dureté, sa forme, sa température, sa sécheresse ou encore son humidité), il est aussi sensibilité, c’est-à-dire ce que l’on éprouve en touchant ladite chose. A la différence de la vue qui est un sens de la distance, il requiert le contact.
En un second sens, qui est celui qui nous intéresse ici, le tact est un art de juger et une manière de se conduire. Il est un art de juger qui conjugue finesse et justesse et une manière de se conduire attentive aux nuances et aux circonstances.

Une vertu de peu

La tradition philosophique ne l’a guère encensé. Il est vrai que le tact n’a pas de facette politique, il est peu spectaculaire et ne saurait rivaliser avec le courage, il n’a pas non plus la grandeur et le prestige de la générosité. Mais il est vertu, « presque » dit Renan, non bel et bien vertu.
Certes, c’est une vertu de peu, presque invisible, mais nous aurions tort de la sous-estimer ou de la négliger car elle se révèle et excelle dans le jeu des échanges et des interactions.
Le tact est souci du lien, c’est sans doute pour cette raison que le grand écrivain hongrois Imre Kertész n’hésite pas à dire que « dans les relations humaines, le tact est le maximum qu’on puisse atteindre ».

Bonnes manières ou manières bonnes ?

N’assimilons pas dans un geste de pensée un peu rapide le tact à la civilité, ils sont certes l’un et l’autre des attitudes qui manifestent qu’autrui compte et qu’à ce titre il mérite des égards. Mais ce qui d’emblée les démarque c’est que la civilité est respect des conventions et des usages alors que le tact se manifeste là où les préconisations viennent à manquer. On peut inventorier les règles de civilité pour en faire des traités, rien de tel avec le tact qui s’invente dans son effectuation même.
Avoir du tact : c’est faire preuve d’une juste attention aux choses et aux personnes, c’est être soucieux de nos manières de dire et faire. C’est moins avoir de bonnes manières que des manières bonnes et ce n’est pas jouer sur les mots que de parler ainsi. L’homme qui a du tact est le contraire même de l’homme maniéré car ce dernier sur-joue les codes de la bonne conduite. L’homme de tact oppose à celui qui aime la forme pour la forme l’attachement éthique à la forme, manière attentionnée de s’avancer vers autrui [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Le tact, vertu du pédagogue  Voir?

Un art de juger et une manière de se conduire.


Par Eirick Prairat

Le tact est primitivement le sens du toucher. Il n’est pas seulement ce par quoi nous découvrons les propriétés tangibles d’une chose (sa fluidité, sa mollesse, sa dureté, sa forme, sa température, sa sécheresse ou encore son humidité), il est aussi sensibilité, c’est-à-dire ce que l’on éprouve en touchant ladite chose. A la différence de la vue qui est un sens de la distance, il requiert le contact.
En un second sens, qui est celui qui nous intéresse ici, le tact est un art de juger et une manière de se conduire. Il est un art de juger qui conjugue finesse et justesse et une manière de se conduire attentive aux nuances et aux circonstances.

Une vertu de peu

La tradition philosophique ne l’a guère encensé. Il est vrai que le tact n’a pas de facette politique, il est peu spectaculaire et ne saurait rivaliser avec le courage, il n’a pas non plus la grandeur et le prestige de la générosité. Mais il est vertu, « presque » dit Renan, non bel et bien vertu.
Certes, c’est une vertu de peu, presque invisible, mais nous aurions tort de la sous-estimer ou de la négliger car elle se révèle et excelle dans le jeu des échanges et des interactions.
Le tact est souci du lien, c’est sans doute pour cette raison que le grand écrivain hongrois Imre Kertész n’hésite pas à dire que « dans les relations humaines, le tact est le maximum qu’on puisse atteindre ».

Bonnes manières ou manières bonnes ?

N’assimilons pas dans un geste de pensée un peu rapide le tact à la civilité, ils sont certes l’un et l’autre des attitudes qui manifestent qu’autrui compte et qu’à ce titre il mérite des égards. Mais ce qui d’emblée les démarque c’est que la civilité est respect des conventions et des usages alors que le tact se manifeste là où les préconisations viennent à manquer. On peut inventorier les règles de civilité pour en faire des traités, rien de tel avec le tact qui s’invente dans son effectuation même.
Avoir du tact : c’est faire preuve d’une juste attention aux choses et aux personnes, c’est être soucieux de nos manières de dire et faire. C’est moins avoir de bonnes manières que des manières bonnes et ce n’est pas jouer sur les mots que de parler ainsi. L’homme qui a du tact est le contraire même de l’homme maniéré car ce dernier sur-joue les codes de la bonne conduite. L’homme de tact oppose à celui qui aime la forme pour la forme l’attachement éthique à la forme, manière attentionnée de s’avancer vers autrui [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/05/2019 @ 11:33)

Pour son bien, il faut laisser son enfant s'ennuyer  Voir?

Interview. - L'ennui est souvent perçu comme un sentiment péjoratif. Pourtant, il est nécessaire, voire même indispensable au bon développement des enfants. Décryptage avec une experte.


Par Mooréa Lahalle

Abonnement à la patinoire, virées en luge, balades en forêt... À quelques jours de la reprise de l'école, ont est souvent à court d'idées pour occuper son enfant jusqu'à la fin des vacances. Tant mieux. Profitons-en pour le laisser s'ennuyer, une «activité» essentielle à son bon développement, selon la professeure émérite de psychologie de l'éducation Claire Leconte. Explications.

Lefigaro.fr/madame. - Semaines d'école surchargées, vacances au programme millimétré... Les enfants d'aujourd'hui sont-ils trop occupés ?
Claire Leconte. - Nous vivons dans une société où il faut toujours être occupé pour prouver que l’on est «au top». Nous ne pouvons plus nous permettre de «perdre du temps», et c'est une idée que l’on inculque - parfois inconsciemment - à nos enfants. Par crainte qu'ils s'ennuient, on va les inscrire à une multitude d'activités et les occuper en permanence, y compris avec des écrans qui font office de nounou. Certains parents s'achètent ainsi une certaine paix. C'est un constat que je fais tous les jours. La dernière fois que je me suis rendue dans une école maternelle, j'ai demandé aux enfants présents combien parmi eux avaient une télévision dans leur chambre. Les trois-quarts ont répondu favorablement, et je parle d’enfants d'à peine cinq ans ! Les parents ne sont pas les seuls à blâmer. Dès l'école, les petits sont gavés d'activités et n'ont plus l'habitude d'avoir des distractions simples, comme jouer à la marelle ou rêvasser.

Vous dites justement que l’ennui est indispensable, notamment pour leur bon développement. C’est-à-dire ?
Il faut savoir que dans un premier temps, les enfants se construisent par imitation. Ils reproduisent les gestes qu’ils voient, répètent des mots qu’ils entendent ou des attitudes qu’ils perçoivent. Puis peu à peu, le cerveau va se développer en prêtant attention à l’environnement extérieur. Il ne faut donc surtout pas empêcher les enfants de prendre des moments pour eux afin qu’ils aient le temps d’observer ce monde qui les entoure. C’est la preuve d'une vie interne et surtout, que l’enfant peut s’intéresser à des choses par lui-même, ce qui est absolument fondamental. Plus il sera attentif à son environnement et aux autres, plus il sera respectueux à leur égard [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Pour son bien, il faut laisser son enfant s'ennuyer  Voir?

Interview. - L'ennui est souvent perçu comme un sentiment péjoratif. Pourtant, il est nécessaire, voire même indispensable au bon développement des enfants. Décryptage avec une experte.


Par Mooréa Lahalle

Abonnement à la patinoire, virées en luge, balades en forêt... À quelques jours de la reprise de l'école, ont est souvent à court d'idées pour occuper son enfant jusqu'à la fin des vacances. Tant mieux. Profitons-en pour le laisser s'ennuyer, une «activité» essentielle à son bon développement, selon la professeure émérite de psychologie de l'éducation Claire Leconte. Explications.

Lefigaro.fr/madame. - Semaines d'école surchargées, vacances au programme millimétré... Les enfants d'aujourd'hui sont-ils trop occupés ?
Claire Leconte. - Nous vivons dans une société où il faut toujours être occupé pour prouver que l’on est «au top». Nous ne pouvons plus nous permettre de «perdre du temps», et c'est une idée que l’on inculque - parfois inconsciemment - à nos enfants. Par crainte qu'ils s'ennuient, on va les inscrire à une multitude d'activités et les occuper en permanence, y compris avec des écrans qui font office de nounou. Certains parents s'achètent ainsi une certaine paix. C'est un constat que je fais tous les jours. La dernière fois que je me suis rendue dans une école maternelle, j'ai demandé aux enfants présents combien parmi eux avaient une télévision dans leur chambre. Les trois-quarts ont répondu favorablement, et je parle d’enfants d'à peine cinq ans ! Les parents ne sont pas les seuls à blâmer. Dès l'école, les petits sont gavés d'activités et n'ont plus l'habitude d'avoir des distractions simples, comme jouer à la marelle ou rêvasser.

Vous dites justement que l’ennui est indispensable, notamment pour leur bon développement. C’est-à-dire ?
Il faut savoir que dans un premier temps, les enfants se construisent par imitation. Ils reproduisent les gestes qu’ils voient, répètent des mots qu’ils entendent ou des attitudes qu’ils perçoivent. Puis peu à peu, le cerveau va se développer en prêtant attention à l’environnement extérieur. Il ne faut donc surtout pas empêcher les enfants de prendre des moments pour eux afin qu’ils aient le temps d’observer ce monde qui les entoure. C’est la preuve d'une vie interne et surtout, que l’enfant peut s’intéresser à des choses par lui-même, ce qui est absolument fondamental. Plus il sera attentif à son environnement et aux autres, plus il sera respectueux à leur égard [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/05/2019 @ 11:33)

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - témoignage d'une ATSEM  Voir?

Par Yveline 

Cela fait deux ans que je travaille comme ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) avec une institutrice qui m’a fait découvrir la méthode de « Professeur Hibou »*. Au début, j’ai beaucoup observé car c’était nouveau pour moi. J’ai écouté et lu l’histoire. Au fil des mois, quand une dispute survenait dans la classe, au lieu d’appeler l’institutrice, j’ai pu moi-même intervenir. Un jour, deux enfants se disputaient pour un même jouet ; je leur ai demandé d’aller s’assoir sur une chaise, de fermer les yeux et d’écouter leur cœur. Un moment après, ils sont venus me voir et m’ont dit : « C’est pas bien de se disputer, mon cœur est triste. » Je leur ai demandé alors ce qu’il fallait faire ? Ils m'ont répondu tout naturellement : « Il faut qu'on joue ensemble et qu’on se prête le jouet. » Cela m’a vraiment émue ! Quand je suis rentrée chez moi, j’ai voulu faire partager cette merveilleuse histoire à mon fils et lui apprendre à écouter son cœur. Cela fait deux ans maintenant que mon fils écoute son cœur et se sent apaisé.

A l’école, dans la classe, quand les enfants ne sont pas bien ou qu'ils en éprouvent le besoin ou lors de problèmes - disputes ou bêtises - ils vont spontanément se mettre sur une chaise pour se calmer, écouter leur cœur et retrouver la joie, l’apaisement. Plus besoin de leur dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire, ce sont eux qui le disent. Pour moi, c’est un vrai bonheur et bien-être. 


* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

... / ... Lire la suite

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - témoignage d'une ATSEM  Voir?

Par Yveline 

Cela fait deux ans que je travaille comme ATSEM (Agent territorial spécialisé des écoles maternelles) avec une institutrice qui m’a fait découvrir la méthode de « Professeur Hibou »*. Au début, j’ai beaucoup observé car c’était nouveau pour moi. J’ai écouté et lu l’histoire. Au fil des mois, quand une dispute survenait dans la classe, au lieu d’appeler l’institutrice, j’ai pu moi-même intervenir. Un jour, deux enfants se disputaient pour un même jouet ; je leur ai demandé d’aller s’assoir sur une chaise, de fermer les yeux et d’écouter leur cœur. Un moment après, ils sont venus me voir et m’ont dit : « C’est pas bien de se disputer, mon cœur est triste. » Je leur ai demandé alors ce qu’il fallait faire ? Ils m'ont répondu tout naturellement : « Il faut qu'on joue ensemble et qu’on se prête le jouet. » Cela m’a vraiment émue ! Quand je suis rentrée chez moi, j’ai voulu faire partager cette merveilleuse histoire à mon fils et lui apprendre à écouter son cœur. Cela fait deux ans maintenant que mon fils écoute son cœur et se sent apaisé.

A l’école, dans la classe, quand les enfants ne sont pas bien ou qu'ils en éprouvent le besoin ou lors de problèmes - disputes ou bêtises - ils vont spontanément se mettre sur une chaise pour se calmer, écouter leur cœur et retrouver la joie, l’apaisement. Plus besoin de leur dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire, ce sont eux qui le disent. Pour moi, c’est un vrai bonheur et bien-être. 


* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

Fermer

(15/04/2019 @ 09:55)

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/04/il-ny-plus-ni-enseignement-ni-education.html

«  Il n'y a plus ni enseignement ni éducation là où il n'y a plus de liberté de penser et la sécurité de la parole. Qui n'est pas un homme libre n'est pas un éducateur. Credo d'église ou credo d’État, c'est également la mort de l'esprit »  ( Ferdinand Buisson, philosophe, pédagogue et homme politique, 1841-1932)

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/04/il-ny-plus-ni-enseignement-ni-education.html

«  Il n'y a plus ni enseignement ni éducation là où il n'y a plus de liberté de penser et la sécurité de la parole. Qui n'est pas un homme libre n'est pas un éducateur. Credo d'église ou credo d’État, c'est également la mort de l'esprit »  ( Ferdinand Buisson, philosophe, pédagogue et homme politique, 1841-1932)

Fermer

(01/04/2019 @ 18:22)

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Paroles d'enfants : Entretien  Voir?


Les enfants éveillés à l’Intelligence du cœur par « La leçon de Professeur Hibou »* parlent vrai…  Entretien spontané dans une classe de maternelle.

Suite à la réflexion d’une élève qui avait dit : « Ça me fait mal au cœur quand les enfants n’écoutent pas la maîtresse », les enfants se sont exprimés sur ce qui leur fait « mal au cœur ».

-        A. : Quand mon petit frère n’écoute pas.
-        C. : Quand les enfants crient et ne sont pas sages.
-        G. : Quand ils se tapent et font la bagarre.
-        N. : Quand ils ne font pas du bon travail.
-        I. : Quand ça fait trop de bruit, en récréation.
-        B. : Je ne me sens pas bien dans mon cœur quand on parle beaucoup.
-        L. : Quand il y a du bruit, ça me fait mal à la tête. 
-        N. : Quand on n’obéit pas à notre cœur, après, notre cœur, il nous parle plus.
-        C. : Le cœur, il va se fermer. Même s’il se ferme, il est toujours là, mais il nous parle plus.
-        B. : Si on n’écoute pas son cœur, quand on sera grand, on fera la guerre.
-        L. : Ça veut dire qu’on n’aide pas les autres. Si on écoute son cœur, on est sage et on aide tous les enfants.
-        M. : Ça veut dire qu’on est méchant avec les autres, on ne les écoute pas.
-        V. : Après, quand on est adulte, on peut plus écouter son cœur.
-        A. : Si notre cœur nous parle quand on est enfant, il faut l’écouter, sinon quand on sera grand, il nous parlera plus.
-        G. : On aura le cœur qui bat mais pas le cœur qui parle, pour être sage.
-        T. : Pour nous dire ce qu’on a à faire.
-        B. : Si notre cœur se ferme, est-ce qu’on peut apprendre à le ré ouvrir ?
-        La maîtresse : Oui, avec l’attention et la respiration.
-        L. : Quand on est enfant, ça nous apprend à être tout le temps sage, même quand on est grand, au collège, au lycée et adulte.
-        M. : Si on est mort, est-ce que le cœur est vivant ?
-        G. : Le cœur ne bat plus, mais le Cœur est toujours vivant !

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

... / ... Lire la suite

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Paroles d'enfants : Entretien  Voir?


Les enfants éveillés à l’Intelligence du cœur par « La leçon de Professeur Hibou »* parlent vrai…  Entretien spontané dans une classe de maternelle.

Suite à la réflexion d’une élève qui avait dit : « Ça me fait mal au cœur quand les enfants n’écoutent pas la maîtresse », les enfants se sont exprimés sur ce qui leur fait « mal au cœur ».

-        A. : Quand mon petit frère n’écoute pas.
-        C. : Quand les enfants crient et ne sont pas sages.
-        G. : Quand ils se tapent et font la bagarre.
-        N. : Quand ils ne font pas du bon travail.
-        I. : Quand ça fait trop de bruit, en récréation.
-        B. : Je ne me sens pas bien dans mon cœur quand on parle beaucoup.
-        L. : Quand il y a du bruit, ça me fait mal à la tête. 
-        N. : Quand on n’obéit pas à notre cœur, après, notre cœur, il nous parle plus.
-        C. : Le cœur, il va se fermer. Même s’il se ferme, il est toujours là, mais il nous parle plus.
-        B. : Si on n’écoute pas son cœur, quand on sera grand, on fera la guerre.
-        L. : Ça veut dire qu’on n’aide pas les autres. Si on écoute son cœur, on est sage et on aide tous les enfants.
-        M. : Ça veut dire qu’on est méchant avec les autres, on ne les écoute pas.
-        V. : Après, quand on est adulte, on peut plus écouter son cœur.
-        A. : Si notre cœur nous parle quand on est enfant, il faut l’écouter, sinon quand on sera grand, il nous parlera plus.
-        G. : On aura le cœur qui bat mais pas le cœur qui parle, pour être sage.
-        T. : Pour nous dire ce qu’on a à faire.
-        B. : Si notre cœur se ferme, est-ce qu’on peut apprendre à le ré ouvrir ?
-        La maîtresse : Oui, avec l’attention et la respiration.
-        L. : Quand on est enfant, ça nous apprend à être tout le temps sage, même quand on est grand, au collège, au lycée et adulte.
-        M. : Si on est mort, est-ce que le cœur est vivant ?
-        G. : Le cœur ne bat plus, mais le Cœur est toujours vivant !

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

Fermer

(01/04/2019 @ 18:22)

L’intelligence du coeur : l’institut HeartMath  Voir?

L’intelligence du cœur influence notre pensée



En ce qui concerne l’intelligence du cœur, la plupart d’entre nous ont appris que le cœur doit s’adapter aux « ordres » envoyés par le cerveau sous forme de signaux neuronaux. En réalité, le cœur envoie plus d’informations au cerveau que le cerveau n’en envoie au cœur ! Ces signaux cardiaques ont un effet significatif sur la fonction cérébrale. Ils influent sur le traitement émotionnel ainsi que sur les facultés cognitives comme l’attention, la perception, la mémoire et la résolution de problèmes.

En d’autres termes, le
cœur s’adapte non seulement à la demande du cerveau, mais le cerveau réagit aussi en permanence au cœur. L’effet de l’activité cardiaque sur la fonction cérébrale a fait l’objet de recherches intensives depuis environ 40 ans. Les recherches avaient porté principalement sur les réactions de l’activité cardiaque sur un temps très court. Les scientifiques de l’Institut HeartMath (*) ont étendu leur recherche en regardant comment l’activité cardiaque affecte le fonctionnement du cerveau.

Les recherches HeartMath ont démontré que différents modes de l’activité cardiaque (qui accompagnent les différents états émotionnels) ont des effets distincts sur la fonction cognitive et émotionnelle. Lors d’un stress ou lorsque apparaissent des émotions désagréables, la courbe du rythme cardiaque devient irrégulière et désordonnée.

Les signaux neuronaux du cœur qui vont vers le cerveau inhibent les fonctions cognitives supérieures. Cela limite notre capacité à penser clairement, se souvenir, apprendre, raisonner et prendre des décisions efficaces. (Cela explique pourquoi nous agissons de manière impulsive et imprudente quand nous sommes sous l’influence du stress.). A l’apparition d’émotions désagréables, le cœur influe sur le processus d’apprentissage du cerveau en renforçant l’expérience émotionnelle de stress.

A l’opposé, lors d’émotions agréables, le
cœur optimise les fonctions cognitives et renforce notre stabilité émotionnelle, le graphe du rythme cardiaque est plus ordonné et stable. Cela signifie qu’apprendre à générer une plus grande cohérence cardiaque, en soutenant des émotions agréables ou positives, a non seulement des avantages sur l’ensemble du corps, mais affecte aussi profondément la façon dont nous percevons, pensons, sentons, et agissons.

(*) Centre de recherche clinique et scientifique basé aux Etats Unis [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

L’intelligence du coeur : l’institut HeartMath  Voir?

L’intelligence du cœur influence notre pensée



En ce qui concerne l’intelligence du cœur, la plupart d’entre nous ont appris que le cœur doit s’adapter aux « ordres » envoyés par le cerveau sous forme de signaux neuronaux. En réalité, le cœur envoie plus d’informations au cerveau que le cerveau n’en envoie au cœur ! Ces signaux cardiaques ont un effet significatif sur la fonction cérébrale. Ils influent sur le traitement émotionnel ainsi que sur les facultés cognitives comme l’attention, la perception, la mémoire et la résolution de problèmes.

En d’autres termes, le
cœur s’adapte non seulement à la demande du cerveau, mais le cerveau réagit aussi en permanence au cœur. L’effet de l’activité cardiaque sur la fonction cérébrale a fait l’objet de recherches intensives depuis environ 40 ans. Les recherches avaient porté principalement sur les réactions de l’activité cardiaque sur un temps très court. Les scientifiques de l’Institut HeartMath (*) ont étendu leur recherche en regardant comment l’activité cardiaque affecte le fonctionnement du cerveau.

Les recherches HeartMath ont démontré que différents modes de l’activité cardiaque (qui accompagnent les différents états émotionnels) ont des effets distincts sur la fonction cognitive et émotionnelle. Lors d’un stress ou lorsque apparaissent des émotions désagréables, la courbe du rythme cardiaque devient irrégulière et désordonnée.

Les signaux neuronaux du cœur qui vont vers le cerveau inhibent les fonctions cognitives supérieures. Cela limite notre capacité à penser clairement, se souvenir, apprendre, raisonner et prendre des décisions efficaces. (Cela explique pourquoi nous agissons de manière impulsive et imprudente quand nous sommes sous l’influence du stress.). A l’apparition d’émotions désagréables, le cœur influe sur le processus d’apprentissage du cerveau en renforçant l’expérience émotionnelle de stress.

A l’opposé, lors d’émotions agréables, le
cœur optimise les fonctions cognitives et renforce notre stabilité émotionnelle, le graphe du rythme cardiaque est plus ordonné et stable. Cela signifie qu’apprendre à générer une plus grande cohérence cardiaque, en soutenant des émotions agréables ou positives, a non seulement des avantages sur l’ensemble du corps, mais affecte aussi profondément la façon dont nous percevons, pensons, sentons, et agissons.

(*) Centre de recherche clinique et scientifique basé aux Etats Unis [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/04/2019 @ 18:21)

Réforme annoncée de l’ordonnance de 1945 sur les mineurs : la goutte d’eau qui fait déborder le vase  Voir?

Lettre ouverte à la ministre de la justice


Par Sandrine Vergonjeanne

Madame la Ministre de la justice,

Dans une période judiciaire pour le moins tourmentée, où les avocats et leurs représentants se sentent trahis, où les mouvements de grève et manifestations en tous genres se développent dans la majorité des barreaux français soutenus par une partie de la magistrature, vous avez tout récemment annoncé une réforme, par voie d’ordonnances, et dans un délai de six mois, du texte fondateur de la Justice des mineurs, l’ordonnance n° 45-174 du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.

Cette annonce, au sein même de l’hémicycle de l’Assemblée nationale et à l’occasion de l’examen du projet de loi pour la justice du 21e siècle, pourrait faire croire à une mauvaise plaisanterie.

Mais il n’en est rien, et l’autorisation d’agir par voie d’ordonnance a déjà été obtenue par vos soins.

Tout inquiète dans cette annonce, le fond comme la forme, s’agissant d’un élément sensible, primordial et symbolique de l’arsenal législatif français.

Et quel mépris, Madame la Garde des Sceaux, pour le monde judiciaire et notamment les avocats et leurs instances représentatives !

Depuis le mois d’avril 2018, le Conseil national de barreaux ainsi que la Conférence des bâtonniers pensent échanger de manière constructive avec le ministère. La critique d’une profession appauvrie et peu unifiée a été faite aux avocats : aujourd’hui nos instances travaillent de concert et se sont impliquées totalement dans la phase de concertation ouverte sur le projet de loi sur la justice.

Il a été fait l’effort d’une réflexion globale et non uniquement corporatiste.

Pourtant, le texte présenté au Parlement ne tient compte que de manière parcellaire et orientée des observations de la profession, et des amendements de la majorité, manifestement téléguidés, vont encore plus loin dans les dérives dénoncées : déshumanisation et désertification de la justice sont bien au programme. [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Réforme annoncée de l’ordonnance de 1945 sur les mineurs : la goutte d’eau qui fait déborder le vase  Voir?

Lettre ouverte à la ministre de la justice


Par Sandrine Vergonjeanne

Madame la Ministre de la justice,

Dans une période judiciaire pour le moins tourmentée, où les avocats et leurs représentants se sentent trahis, où les mouvements de grève et manifestations en tous genres se développent dans la majorité des barreaux français soutenus par une partie de la magistrature, vous avez tout récemment annoncé une réforme, par voie d’ordonnances, et dans un délai de six mois, du texte fondateur de la Justice des mineurs, l’ordonnance n° 45-174 du 2 février 1945 relative à l’enfance délinquante.

Cette annonce, au sein même de l’hémicycle de l’Assemblée nationale et à l’occasion de l’examen du projet de loi pour la justice du 21e siècle, pourrait faire croire à une mauvaise plaisanterie.

Mais il n’en est rien, et l’autorisation d’agir par voie d’ordonnance a déjà été obtenue par vos soins.

Tout inquiète dans cette annonce, le fond comme la forme, s’agissant d’un élément sensible, primordial et symbolique de l’arsenal législatif français.

Et quel mépris, Madame la Garde des Sceaux, pour le monde judiciaire et notamment les avocats et leurs instances représentatives !

Depuis le mois d’avril 2018, le Conseil national de barreaux ainsi que la Conférence des bâtonniers pensent échanger de manière constructive avec le ministère. La critique d’une profession appauvrie et peu unifiée a été faite aux avocats : aujourd’hui nos instances travaillent de concert et se sont impliquées totalement dans la phase de concertation ouverte sur le projet de loi sur la justice.

Il a été fait l’effort d’une réflexion globale et non uniquement corporatiste.

Pourtant, le texte présenté au Parlement ne tient compte que de manière parcellaire et orientée des observations de la profession, et des amendements de la majorité, manifestement téléguidés, vont encore plus loin dans les dérives dénoncées : déshumanisation et désertification de la justice sont bien au programme. [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/04/2019 @ 18:21)

Épidémie de myopie chez les jeunes : haro sur la techno !  Voir?

La myopie est un facteur de risque important de pathologies oculaires graves. Elle est devenue épidémique chez les enfants, notamment en raison de leur grand usage des appareils électroniques.


Par The Conversation

Vous n’avez pas la berlue. De plus en plus de jeunes portent des lunettes pour corriger leur myopie. Dans le milieu de l’optique on parle d’épidémie.
Le même prototype de jeunes patients débarquent dans nos bureaux.
Je l’appellerai Pauline, mais cela pourrait être Jérémie ou Léo. Elle a 10 ans. Enfant studieuse, elle réussit bien à l’école. Comme tous les jeunes de son âge, elle adore utiliser sa tablette électronique pour étudier ou pour s’amuser. Elle s’y consacre deux heures par jour, davantage les fins de semaine.
Cela pourrait changer cependant. En effet, Pauline a récemment été diagnostiquée comme myope. Son optométriste a fortement recommandé à ses parents et à elle-même de limiter son usage des appareils électroniques et d’augmenter son temps à jouer dehors. Elle trouve cela bien injuste… La question se pose en effet : quel est donc le lien entre l’usage des appareils électroniques et l’apparition ou l’évolution de la myopie ?

Un enjeu de santé publique

La myopie affecte globalement 40 % de la population en Amérique du Nord, un nombre qui a doublé entre 1972 et 2004 et qui continue de croître à un rythme qui fait qualifier le phénomène d’épidémie (ndlr : en Europe la prévalence de la myopie atteint 47,2 % chez les adultes âgés de 25 à 29 ans, soit près du double de celle existant chez les adultes âgés de 55 à 59 ans). Dès lors, il ne s’agit plus d’une banale erreur de la réfraction de l’œil qui se manifeste par une vision floue au loin, mais d’un enjeu réel de santé publique. On doit considérer, en effet, que la forte myopie augmente significativement le risque d’atteintes majeures de santé oculaire comme la déchirure de la rétine (x21), le glaucome (x40) ou les cataractes (x6). En effet, un œil qui devient myope s’allonge. Cette élongation est proportionnelle à l’augmentation de la myopie avec les années. Or, plus l’œil s’étire et plus la rétine, qui en tapisse l’intérieur, s’amincit. Peuvent alors apparaître des craquelures, le développement anormal de vaisseaux sanguins sous-rétiniens, des hémorragies, etc. [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Épidémie de myopie chez les jeunes : haro sur la techno !  Voir?

La myopie est un facteur de risque important de pathologies oculaires graves. Elle est devenue épidémique chez les enfants, notamment en raison de leur grand usage des appareils électroniques.


Par The Conversation

Vous n’avez pas la berlue. De plus en plus de jeunes portent des lunettes pour corriger leur myopie. Dans le milieu de l’optique on parle d’épidémie.
Le même prototype de jeunes patients débarquent dans nos bureaux.
Je l’appellerai Pauline, mais cela pourrait être Jérémie ou Léo. Elle a 10 ans. Enfant studieuse, elle réussit bien à l’école. Comme tous les jeunes de son âge, elle adore utiliser sa tablette électronique pour étudier ou pour s’amuser. Elle s’y consacre deux heures par jour, davantage les fins de semaine.
Cela pourrait changer cependant. En effet, Pauline a récemment été diagnostiquée comme myope. Son optométriste a fortement recommandé à ses parents et à elle-même de limiter son usage des appareils électroniques et d’augmenter son temps à jouer dehors. Elle trouve cela bien injuste… La question se pose en effet : quel est donc le lien entre l’usage des appareils électroniques et l’apparition ou l’évolution de la myopie ?

Un enjeu de santé publique

La myopie affecte globalement 40 % de la population en Amérique du Nord, un nombre qui a doublé entre 1972 et 2004 et qui continue de croître à un rythme qui fait qualifier le phénomène d’épidémie (ndlr : en Europe la prévalence de la myopie atteint 47,2 % chez les adultes âgés de 25 à 29 ans, soit près du double de celle existant chez les adultes âgés de 55 à 59 ans). Dès lors, il ne s’agit plus d’une banale erreur de la réfraction de l’œil qui se manifeste par une vision floue au loin, mais d’un enjeu réel de santé publique. On doit considérer, en effet, que la forte myopie augmente significativement le risque d’atteintes majeures de santé oculaire comme la déchirure de la rétine (x21), le glaucome (x40) ou les cataractes (x6). En effet, un œil qui devient myope s’allonge. Cette élongation est proportionnelle à l’augmentation de la myopie avec les années. Or, plus l’œil s’étire et plus la rétine, qui en tapisse l’intérieur, s’amincit. Peuvent alors apparaître des craquelures, le développement anormal de vaisseaux sanguins sous-rétiniens, des hémorragies, etc. [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/04/2019 @ 18:21)

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'un parent d'élève (22)  Voir?

Par Laure (maman de C., 6 ans et de J., 4 ans)

C. vient de rentrer au CP et c'était une petite réservée et plutôt introvertie. Au fil des années, elle a su écouter son cœur grâce à La leçon de Professeur Hibou*.
Peu après la rentrée scolaire, C. répondait beaucoup à son papa et à sa maman. Un soir après avoir bien discuté avec elle de son comportement, elle m'a demandé un gâté et je lui ai demandé si elle pensait le mériter. Elle a répondu "je ne sais pas". Alors, je lui ai demandé ce que son petit cœur en pensait. Elle m'a dit : « Mon petit cœur pense que non, je n'ai pas été sage et je ne t'ai pas écouté. Et c'est pas bien. » C. ne parle plus du Professeur Hibou mais par contre elle écoute son cœur pour savoir si ce qu'elle fait est bon ou pas bon et elle change de comportement. Lorsque son petit frère J. n'écoute pas, elle prend le livre et lui explique l'histoire et lui demande de fermer ses yeux et d'écouter son cœur. Ensuite, elle lui demande si c'est bien de faire des caprices ou des bêtises et J. répond non.
C. a beaucoup évolué suite à La leçon de Professeur Hibou, elle lui a appris à se centrer sur ce qu'elle ressentait et surtout à prendre des décisions seule sans attendre la réponse de ses copines.


* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS


... / ... Lire la suite

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'un parent d'élève (22)  Voir?

Par Laure (maman de C., 6 ans et de J., 4 ans)

C. vient de rentrer au CP et c'était une petite réservée et plutôt introvertie. Au fil des années, elle a su écouter son cœur grâce à La leçon de Professeur Hibou*.
Peu après la rentrée scolaire, C. répondait beaucoup à son papa et à sa maman. Un soir après avoir bien discuté avec elle de son comportement, elle m'a demandé un gâté et je lui ai demandé si elle pensait le mériter. Elle a répondu "je ne sais pas". Alors, je lui ai demandé ce que son petit cœur en pensait. Elle m'a dit : « Mon petit cœur pense que non, je n'ai pas été sage et je ne t'ai pas écouté. Et c'est pas bien. » C. ne parle plus du Professeur Hibou mais par contre elle écoute son cœur pour savoir si ce qu'elle fait est bon ou pas bon et elle change de comportement. Lorsque son petit frère J. n'écoute pas, elle prend le livre et lui explique l'histoire et lui demande de fermer ses yeux et d'écouter son cœur. Ensuite, elle lui demande si c'est bien de faire des caprices ou des bêtises et J. répond non.
C. a beaucoup évolué suite à La leçon de Professeur Hibou, elle lui a appris à se centrer sur ce qu'elle ressentait et surtout à prendre des décisions seule sans attendre la réponse de ses copines.


* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS


Fermer

(15/03/2019 @ 17:50)

Paroles d'enfants à partir du silence  Voir?


Comment un enfant élevé dans le bruit, les sollicitations extérieures incessantes, le matraquage publicitaire et les injonctions éducatives diverses et variées pourrait-il devenir un être conscient, libre et responsable ?

Pour moi, la condition première à l’exercice de la citoyenneté est la prise de recul, la connexion en soi à ce qui est au-delà du temps, des modes, des cultures, à cette dimension atemporelle et universelle que l’on ignore aujourd’hui jusqu’au point de la nier et qui pourtant permet d’être authentique et solidaire. Et comment mieux accéder à cet espace de liberté intérieure, sans faire intervenir les concepts, les dogmes ou les croyances, autrement qu’à travers le silence ?

Il y a quelque chose de magique qui s’instaure lorsqu’une collectivité d’enfants (ou d’adultes) se tient, d’un commun accord, calme, immobile, les yeux fermés (ou ouverts) pendant quelques minutes ou même seulement quelques secondes. Tous face au mystère de la vie en soi, le mental baissant la garde de son orgueil dans le silence partagé. Quand on ré- ouvre les yeux ou que l’on se remet en action, un recul s’est opéré, on y voit plus clair, on relativise les situations vécues, on peut sentir ce que l’on a à faire ou à ne pas faire. L’enfant exprime alors des paroles justes pleines de sens, de compréhension et de bienveillance. Il trouve son équilibre et contribue à mettre de l’harmonie dans l’espace social dans lequel il évolue.

Voici quelques phrases glanées auprès d’élèves de CP (6-7 ans) avec lesquels j’ai pratiqué un temps de silence en début de journée et à chaque fois que le besoin s’en faisait sentir pour calmer l’agitation ou aider un enfant au comportement difficile à se reprendre :

- J’avais froid et cela m’a réchauffé le cœur.
- Ça me fait toujours la même chose : j’y vois sombre et après j’y vois plus clair.
- Je suis comme dans mon lit.
- Mon cœur s’est ouvert.
- Ça m’a bien réveillé.
- Ça m’a beaucoup éveillé.
- J’ai senti mon cœur s’agrandir de plus en plus.
- J’ai senti mon cœur s’agrandir encore plus.
- Ça m’a donné envie d’être sage.
- Ça me fait quelque chose de doux.
- Ça m’a beaucoup relaxé.
- J’étais à l’aise.
- l’autre jour, mon papa (ou ma maman) était énervé(e), je lui ai fait faire le silence.
- Mon cœur m’a dit quelque chose d’important : si on est gentil avec les autres, il arrive des      choses gentilles dans sa vie. Si on n’est pas gentil, il nous arrive des méchantes choses.
- Ça me donne des choses nouvelles comme : aimer tout le monde.
- Mon cœur m’a dit que j’allais respecter mon cœur et ça m’a reposé.
- Si on n’aime pas son cœur, on n’aime personne.
- Il faut faire l’harmonie, l’harmonie c’est quand on est tous ensemble et que l’on s’entend bien.
- Tellement ça m’a relaxé que j’avais les larmes aux yeux !
- Tellement que j’étais heureux, j’avais l’impression d’être allongé dans l’air !

Une étape est franchie quand les enfants intègrent la pratique du silence chez eux, dans leur quotidien, sans qu’il y ait besoin de le leur suggérer. Voici des témoignages d’enfants de CM2 (10-11 ans) :
- J’étais sur mon cheval, je n’arrivais pas à le guider, je me suis centrée et c’est allé mieux…
- Je n’arrivais pas à m’endormir, j’ai fait la relaxation.
- L’autre jour Sarah était à la maison, elle était toute excitée et l’on se disputait. Je lui ai apporté une chaise et je lui ai dit de faire l’exercice de la maîtresse… Sarah : Je l’ai fait et après on ne s’est plus disputé.
- Ma maman garde des petits enfants et elle n’aime pas quand ils sont excités avant de partir à l’école, je leur fais faire le silence avant de partir, je ne sais pas si je fais bien mais ça les calme.

Il est évident que ce genre de petit exercice n’est qu’un point de départ pour faire naître une autre humanité. Tout est à revoir de fond en comble, mais dans une journée d’école, le silence constitue pour moi un axe autour duquel peuvent se greffer d’autres pratiques respectueuses de la liberté de conscience de l’enfant.
Diane

... / ... Lire la suite

Paroles d'enfants à partir du silence  Voir?


Comment un enfant élevé dans le bruit, les sollicitations extérieures incessantes, le matraquage publicitaire et les injonctions éducatives diverses et variées pourrait-il devenir un être conscient, libre et responsable ?

Pour moi, la condition première à l’exercice de la citoyenneté est la prise de recul, la connexion en soi à ce qui est au-delà du temps, des modes, des cultures, à cette dimension atemporelle et universelle que l’on ignore aujourd’hui jusqu’au point de la nier et qui pourtant permet d’être authentique et solidaire. Et comment mieux accéder à cet espace de liberté intérieure, sans faire intervenir les concepts, les dogmes ou les croyances, autrement qu’à travers le silence ?

Il y a quelque chose de magique qui s’instaure lorsqu’une collectivité d’enfants (ou d’adultes) se tient, d’un commun accord, calme, immobile, les yeux fermés (ou ouverts) pendant quelques minutes ou même seulement quelques secondes. Tous face au mystère de la vie en soi, le mental baissant la garde de son orgueil dans le silence partagé. Quand on ré- ouvre les yeux ou que l’on se remet en action, un recul s’est opéré, on y voit plus clair, on relativise les situations vécues, on peut sentir ce que l’on a à faire ou à ne pas faire. L’enfant exprime alors des paroles justes pleines de sens, de compréhension et de bienveillance. Il trouve son équilibre et contribue à mettre de l’harmonie dans l’espace social dans lequel il évolue.

Voici quelques phrases glanées auprès d’élèves de CP (6-7 ans) avec lesquels j’ai pratiqué un temps de silence en début de journée et à chaque fois que le besoin s’en faisait sentir pour calmer l’agitation ou aider un enfant au comportement difficile à se reprendre :

- J’avais froid et cela m’a réchauffé le cœur.
- Ça me fait toujours la même chose : j’y vois sombre et après j’y vois plus clair.
- Je suis comme dans mon lit.
- Mon cœur s’est ouvert.
- Ça m’a bien réveillé.
- Ça m’a beaucoup éveillé.
- J’ai senti mon cœur s’agrandir de plus en plus.
- J’ai senti mon cœur s’agrandir encore plus.
- Ça m’a donné envie d’être sage.
- Ça me fait quelque chose de doux.
- Ça m’a beaucoup relaxé.
- J’étais à l’aise.
- l’autre jour, mon papa (ou ma maman) était énervé(e), je lui ai fait faire le silence.
- Mon cœur m’a dit quelque chose d’important : si on est gentil avec les autres, il arrive des      choses gentilles dans sa vie. Si on n’est pas gentil, il nous arrive des méchantes choses.
- Ça me donne des choses nouvelles comme : aimer tout le monde.
- Mon cœur m’a dit que j’allais respecter mon cœur et ça m’a reposé.
- Si on n’aime pas son cœur, on n’aime personne.
- Il faut faire l’harmonie, l’harmonie c’est quand on est tous ensemble et que l’on s’entend bien.
- Tellement ça m’a relaxé que j’avais les larmes aux yeux !
- Tellement que j’étais heureux, j’avais l’impression d’être allongé dans l’air !

Une étape est franchie quand les enfants intègrent la pratique du silence chez eux, dans leur quotidien, sans qu’il y ait besoin de le leur suggérer. Voici des témoignages d’enfants de CM2 (10-11 ans) :
- J’étais sur mon cheval, je n’arrivais pas à le guider, je me suis centrée et c’est allé mieux…
- Je n’arrivais pas à m’endormir, j’ai fait la relaxation.
- L’autre jour Sarah était à la maison, elle était toute excitée et l’on se disputait. Je lui ai apporté une chaise et je lui ai dit de faire l’exercice de la maîtresse… Sarah : Je l’ai fait et après on ne s’est plus disputé.
- Ma maman garde des petits enfants et elle n’aime pas quand ils sont excités avant de partir à l’école, je leur fais faire le silence avant de partir, je ne sais pas si je fais bien mais ça les calme.

Il est évident que ce genre de petit exercice n’est qu’un point de départ pour faire naître une autre humanité. Tout est à revoir de fond en comble, mais dans une journée d’école, le silence constitue pour moi un axe autour duquel peuvent se greffer d’autres pratiques respectueuses de la liberté de conscience de l’enfant.
Diane

Fermer

(03/03/2019 @ 10:52)

Réflexions sur l’enseignement en classe  Voir?

Par Hedwig Schär

Que se passe-t-il pendant l’enseignement en commun dans la classe? Voici quelques-unes de mes réflexions.
Dans ma classe du premier cycle, j’ai la chance d’enseigner à la moitié de la classe pendant quelques heures par semaine. Dans ces moments, les enfants s’installent sur leurs chaises en formant un cercle. Ainsi tous les enfants se trouvent dans mon champ visuel. A ma droite et à ma gauche, je place les enfants ayant besoin de ma proximité pour pouvoir se concentrer. Ensemble, nous travaillons le sujet actuel avec divers matériaux ou sur une grande feuille. Chaque enfant peut participer à sa façon: actif ou en suivant calmement nos réflexions.
Une bonne préparation didactique de la leçon demeure la condition indispensable à l’enseignement. La matière doit être transmise d’une manière précise en petites étapes afin que tous les enfants puissent suivre. Il faut que chaque phase soit bien comprise, avant d’entamer la prochaine. Si j’observe qu’un enfant ne comprend pas une des phases, je m’en souviens, et j’y reviens – si nécessaire – pendant que les autres enfants  [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Réflexions sur l’enseignement en classe  Voir?

Par Hedwig Schär

Que se passe-t-il pendant l’enseignement en commun dans la classe? Voici quelques-unes de mes réflexions.
Dans ma classe du premier cycle, j’ai la chance d’enseigner à la moitié de la classe pendant quelques heures par semaine. Dans ces moments, les enfants s’installent sur leurs chaises en formant un cercle. Ainsi tous les enfants se trouvent dans mon champ visuel. A ma droite et à ma gauche, je place les enfants ayant besoin de ma proximité pour pouvoir se concentrer. Ensemble, nous travaillons le sujet actuel avec divers matériaux ou sur une grande feuille. Chaque enfant peut participer à sa façon: actif ou en suivant calmement nos réflexions.
Une bonne préparation didactique de la leçon demeure la condition indispensable à l’enseignement. La matière doit être transmise d’une manière précise en petites étapes afin que tous les enfants puissent suivre. Il faut que chaque phase soit bien comprise, avant d’entamer la prochaine. Si j’observe qu’un enfant ne comprend pas une des phases, je m’en souviens, et j’y reviens – si nécessaire – pendant que les autres enfants  [...]


>> Lire la suite

Fermer

(03/03/2019 @ 10:52)

À qui profite la paix scolaire ?  Voir?

Des établissements confessionnels aux fonds de pension


Par Laura Raim

Vendre un service sans avoir à supporter le « coût du travail » : n’est-ce pas le rêve de tout actionnaire ? Ce rêve est devenu réalité pour certains fonds d’investissement, qui placent leur argent dans des écoles privées françaises dont les enseignants restent rémunérés par l’éducation nationale. Un état de fait qui n’est toutefois qu’un indice de la séduction croissante exercée par l’enseignement privé.

Le fonds Providence Equity Partners peut se vanter d’avoir mis la main sur une affaire rentable : pour cette rentrée, l’École internationale bilingue (EIB) de Paris facture la scolarité 6 495 euros par élève, mais elle ne débourse pas un centime pour les salaires des professeurs. L’astuce est simple : le lycée EIB Étoile est une école privée sous contrat d’association avec l’État. La loi Debré, en 1959, a en effet associé la plupart des établissements privés au service public de l’éducation. Les prétextes invoqués alors étaient la nécessité de faire face à l’afflux des enfants du baby-boom ainsi qu’à l’allongement de la scolarité obligatoire (jusqu’à 16 ans), et de mettre fin à la guerre entre l’école publique et l’école privée — essentiellement catholique.

Depuis, tout établissement privé peut, au bout de cinq ans d’existence, demander à être lié à l’État par un contrat, à condition qu’un « besoin scolaire » soit reconnu dans son périmètre géographique. Alors que les collectivités locales et l’État contribuent à ses dépenses de fonctionnement dans les mêmes conditions que pour le public, il peut exiger des frais de scolarité et sélectionner ses enseignants, pourtant rémunérés par l’État. En revanche, il supporte seul l’essentiel des charges d’investissement, les fonds publics ne pouvant dépasser sur ce point 10 % de ses dépenses annuelles, pour des besoins précisés par la loi.

En théorie, ces établissements, qui accueillent 17 % des élèves du premier et du second degré en France, doivent accepter tous les enfants. En pratique, la forte demande leur permet d’effectuer un tri. Cela explique en partie pourquoi beaucoup affichent de bons résultats : parmi les 195 lycées généraux et technologiques dont 100 % des élèves de terminale ont passé avec succès leur baccalauréat en 2015, presque 90 % relèvent du privé. Toutefois, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) souligne que, à profil socio-économique égal, les élèves du public obtiennent de meilleurs résultats dans les classements  [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

À qui profite la paix scolaire ?  Voir?

Des établissements confessionnels aux fonds de pension


Par Laura Raim

Vendre un service sans avoir à supporter le « coût du travail » : n’est-ce pas le rêve de tout actionnaire ? Ce rêve est devenu réalité pour certains fonds d’investissement, qui placent leur argent dans des écoles privées françaises dont les enseignants restent rémunérés par l’éducation nationale. Un état de fait qui n’est toutefois qu’un indice de la séduction croissante exercée par l’enseignement privé.

Le fonds Providence Equity Partners peut se vanter d’avoir mis la main sur une affaire rentable : pour cette rentrée, l’École internationale bilingue (EIB) de Paris facture la scolarité 6 495 euros par élève, mais elle ne débourse pas un centime pour les salaires des professeurs. L’astuce est simple : le lycée EIB Étoile est une école privée sous contrat d’association avec l’État. La loi Debré, en 1959, a en effet associé la plupart des établissements privés au service public de l’éducation. Les prétextes invoqués alors étaient la nécessité de faire face à l’afflux des enfants du baby-boom ainsi qu’à l’allongement de la scolarité obligatoire (jusqu’à 16 ans), et de mettre fin à la guerre entre l’école publique et l’école privée — essentiellement catholique.

Depuis, tout établissement privé peut, au bout de cinq ans d’existence, demander à être lié à l’État par un contrat, à condition qu’un « besoin scolaire » soit reconnu dans son périmètre géographique. Alors que les collectivités locales et l’État contribuent à ses dépenses de fonctionnement dans les mêmes conditions que pour le public, il peut exiger des frais de scolarité et sélectionner ses enseignants, pourtant rémunérés par l’État. En revanche, il supporte seul l’essentiel des charges d’investissement, les fonds publics ne pouvant dépasser sur ce point 10 % de ses dépenses annuelles, pour des besoins précisés par la loi.

En théorie, ces établissements, qui accueillent 17 % des élèves du premier et du second degré en France, doivent accepter tous les enfants. En pratique, la forte demande leur permet d’effectuer un tri. Cela explique en partie pourquoi beaucoup affichent de bons résultats : parmi les 195 lycées généraux et technologiques dont 100 % des élèves de terminale ont passé avec succès leur baccalauréat en 2015, presque 90 % relèvent du privé. Toutefois, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) souligne que, à profil socio-économique égal, les élèves du public obtiennent de meilleurs résultats dans les classements  [...]


>> Lire la suite

Fermer

(03/03/2019 @ 10:52)

Alerte rouge : les services de proximité sont sinistrés ! Danger  Voir?

Par Jean-Pierre Rosenczveig

Comment ne pas être a priori inquiet en relevant que depuis quatre ans le nombre d’enfants accueillis physiquement par l’Aide sociale à l’enfance a augmenté de presque 20 % passant 140 000 à 170 000 ? Le flux croissant de mineurs étrangers non accompagnés n’explique pas tout.

Comment rester indifférent devant le fait que le nombre de mineurs incarcérés ait singulièrement non augmenté passant de 700 en moyenne au 1er du mois à plus de 800 ? Là encore les mineurs étrangers accompagnés n’expliquent pas tout, loin de là.

En s’appuyant sur l’expérience on peut avancer une hypothèse. Ces réponses dures trahissent une défaillance relative, mais réelle, des dispositifs qui en amont doivent venir en soutien aux familles fragiles, aux parents comme aux enfants.

Presque tous les voyants sont, sinon au rouge, du moins à l’orange très vif – faut-il relever que les responsables publics chiffrent désormais à 3 millions sur 14 les enfants vivant sous le seuil de pauvreté ? – au point que très préoccupé pour les années à venir on se doit de tirer le signal d’alarme avant que la situation bascule à un point irréversible… [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Alerte rouge : les services de proximité sont sinistrés ! Danger  Voir?

Par Jean-Pierre Rosenczveig

Comment ne pas être a priori inquiet en relevant que depuis quatre ans le nombre d’enfants accueillis physiquement par l’Aide sociale à l’enfance a augmenté de presque 20 % passant 140 000 à 170 000 ? Le flux croissant de mineurs étrangers non accompagnés n’explique pas tout.

Comment rester indifférent devant le fait que le nombre de mineurs incarcérés ait singulièrement non augmenté passant de 700 en moyenne au 1er du mois à plus de 800 ? Là encore les mineurs étrangers accompagnés n’expliquent pas tout, loin de là.

En s’appuyant sur l’expérience on peut avancer une hypothèse. Ces réponses dures trahissent une défaillance relative, mais réelle, des dispositifs qui en amont doivent venir en soutien aux familles fragiles, aux parents comme aux enfants.

Presque tous les voyants sont, sinon au rouge, du moins à l’orange très vif – faut-il relever que les responsables publics chiffrent désormais à 3 millions sur 14 les enfants vivant sous le seuil de pauvreté ? – au point que très préoccupé pour les années à venir on se doit de tirer le signal d’alarme avant que la situation bascule à un point irréversible… [...]


>> Lire la suite

Fermer

(03/03/2019 @ 10:52)

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Paroles d’enfants : mise en pratique à la maison (1)  Voir?


Les élèves qui connaissent « La leçon de Professeur Hibou »* la transmettent rapidement dans leur famille et la mettent en application. Les enfants d’une classe maternelle racontent.

-        O. : Il faut aussi écouter son cœur à la maison et le dire à son papa et sa maman.
-        L. : Dans ma chambre, j’ai écouté mon cœur et il m’a dit : « C’est pas bien d’être excitée parce qu’après on se fait mal.
-        R. : Moi, avant de manger, j’ai fait la leçon de silence et après aussi, avant de me coucher.
-        M. : Ce matin, j’ai écouté mon cœur.
-        S. : Hier soir, avant de dormir, j’ai écouté mon cœur,  il m’a dit d’être sage.
-        L. : Il faut que je lise l’histoire à mon petit frère parce qu’il fait des bêtises.
-        N. : Mes cousins n’étaient pas sages. J’ai dit à mes cousins que le Professeur Hibou a dit de pas faire le malin.
-        D. : Mon cœur m’a dit que quand on est en retard le matin pour aller à l’école, il faut vite s’attacher (ceinture de sécurité), sinon, on est encore plus en retard.
-        T. : Quand on veut pas aller à l’école, il faut y aller.
-        R. : Des fois mon petit frère, j’ai envie de lui faire mal, et mon cœur me dit non.

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

... / ... Lire la suite

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Paroles d’enfants : mise en pratique à la maison (1)  Voir?


Les élèves qui connaissent « La leçon de Professeur Hibou »* la transmettent rapidement dans leur famille et la mettent en application. Les enfants d’une classe maternelle racontent.

-        O. : Il faut aussi écouter son cœur à la maison et le dire à son papa et sa maman.
-        L. : Dans ma chambre, j’ai écouté mon cœur et il m’a dit : « C’est pas bien d’être excitée parce qu’après on se fait mal.
-        R. : Moi, avant de manger, j’ai fait la leçon de silence et après aussi, avant de me coucher.
-        M. : Ce matin, j’ai écouté mon cœur.
-        S. : Hier soir, avant de dormir, j’ai écouté mon cœur,  il m’a dit d’être sage.
-        L. : Il faut que je lise l’histoire à mon petit frère parce qu’il fait des bêtises.
-        N. : Mes cousins n’étaient pas sages. J’ai dit à mes cousins que le Professeur Hibou a dit de pas faire le malin.
-        D. : Mon cœur m’a dit que quand on est en retard le matin pour aller à l’école, il faut vite s’attacher (ceinture de sécurité), sinon, on est encore plus en retard.
-        T. : Quand on veut pas aller à l’école, il faut y aller.
-        R. : Des fois mon petit frère, j’ai envie de lui faire mal, et mon cœur me dit non.

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

Fermer

(15/02/2019 @ 10:00)

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/02/se-mouvoir-dans-lordre-dans-lobeissance.html

«  Se mouvoir dans l’ordre, dans l’obéissance aux ordres occultes de la vie, voilà, le repos.  »  ( Maria Montessori, médecin et pédagogue, 1870-1952)

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/02/se-mouvoir-dans-lordre-dans-lobeissance.html

«  Se mouvoir dans l’ordre, dans l’obéissance aux ordres occultes de la vie, voilà, le repos.  »  ( Maria Montessori, médecin et pédagogue, 1870-1952)

Fermer

(01/02/2019 @ 18:26)

Pourquoi vous devriez aider vos enfants à se rapprocher de la nature (et comment le faire)  Voir?

Dès le plus jeune âge, le contact avec la faune et la flore est nécessaire à notre développement. Lorsqu’il se réduit, devenant soit trop rare, soit trop pauvre, des effets négatifs apparaissent, comme l’obésité ou l’anxiété.


Par Alix Cosquer

Quand se conjuguent beaux jours et temps libre, nombre de parents rêvent de voir leurs enfants jouer en plein air. À une époque où les modes de vie s’urbanisent à la vitesse grand V, avec pour corollaire une diminution du temps passé en extérieur, ils estiment que ce retour au vert est profitable. Et ils sont loin d’avoir tort.
En tant qu’espèce humaine, notre évolution est liée au monde naturel. Dès le plus jeune âge, le contact avec la faune et la flore est nécessaire à notre développement. Lorsqu’il se réduit, devenant soit trop rare, soit trop pauvre, des effets négatifs apparaissent, comme l’obésité ou l’anxiété. Ce sont ces "troubles associés au manque de nature" que soulignait dès 2008 l’auteur Richard Louv dans son best-seller intitulé Last Child in the Woods.

Une source de bien-être

À l’inverse, une grande variété d’interactions avec la nature produit des bénéfices importants et qui ont tendance à se cumuler, notamment sur le plan de la santé. Outre une augmentation de l’activité physique, qui fait baisser les risques d’obésité ou de myopie chez les enfants, l’accès régulier à des parcs et espaces verts apporte également un bien-être psychique, en aidant par exemple à lutter contre le stress [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Pourquoi vous devriez aider vos enfants à se rapprocher de la nature (et comment le faire)  Voir?

Dès le plus jeune âge, le contact avec la faune et la flore est nécessaire à notre développement. Lorsqu’il se réduit, devenant soit trop rare, soit trop pauvre, des effets négatifs apparaissent, comme l’obésité ou l’anxiété.


Par Alix Cosquer

Quand se conjuguent beaux jours et temps libre, nombre de parents rêvent de voir leurs enfants jouer en plein air. À une époque où les modes de vie s’urbanisent à la vitesse grand V, avec pour corollaire une diminution du temps passé en extérieur, ils estiment que ce retour au vert est profitable. Et ils sont loin d’avoir tort.
En tant qu’espèce humaine, notre évolution est liée au monde naturel. Dès le plus jeune âge, le contact avec la faune et la flore est nécessaire à notre développement. Lorsqu’il se réduit, devenant soit trop rare, soit trop pauvre, des effets négatifs apparaissent, comme l’obésité ou l’anxiété. Ce sont ces "troubles associés au manque de nature" que soulignait dès 2008 l’auteur Richard Louv dans son best-seller intitulé Last Child in the Woods.

Une source de bien-être

À l’inverse, une grande variété d’interactions avec la nature produit des bénéfices importants et qui ont tendance à se cumuler, notamment sur le plan de la santé. Outre une augmentation de l’activité physique, qui fait baisser les risques d’obésité ou de myopie chez les enfants, l’accès régulier à des parcs et espaces verts apporte également un bien-être psychique, en aidant par exemple à lutter contre le stress [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/02/2019 @ 18:26)

Jasminko Halilovic, d’enfant de la guerre à héraut de la paix  Voir?

Jasminko Halilovic avait 4 ans quand la guerre de Bosnie a éclaté. Natif de Sarajevo, il a rassemblé les témoignages de ceux qui avaient son âge pendant le conflit, en a fait un livre puis un musée. Il vient raconter son expérience ce vendredi aux Geneva Peace Talks


Par Stéphane Bussard

Quand la guerre de Bosnie éclata, en 1992, il n’avait que 4 ans. Aujourd’hui, il n’a pas oublié le conflit meurtrier qui ravagea son pays jusqu’en 1995 et les 1425 jours de siège de Sarajevo qui coûta la vie à 11 500 civils. Jasminko Halilovic, 30 ans, a la mémoire encore vive, mais il a eu vite conscience de ne pas être seul à avoir son vécu. Fils d’universitaires, il a été épargné par les pires travers de la guerre, aucun membre de sa famille n’ayant été blessé. Mais il n’en a pas moins senti le poids des hostilités sur ses épaules d’enfant. C’est fort de cette expérience qu’il vient témoigner aujourd’hui aux Geneva Peace Talks au Palais des Nations*.

Ouvrage collectif

Né à Sarajevo, Jasminko Halilovic le souligne: «Si les adultes prenaient conscience des lourdes conséquences de la guerre sur les enfants, ils auraient une autre compréhension des vertus de la paix.» C’est pour faire comprendre ce message qu’il s’est lancé, voici quelques années, dans une expérience unique: rassembler les témoignages de ceux qui étaient des enfants comme lui en pleine guerre de Bosnie. En leur demandant en ligne ce que signifiait être un enfant pendant la guerre, il toucha une corde sensible. Il reçut plus de 1000 réponses, chacune limitée à 160 caractères et dont il fera, en 2013, un livre, «Enfance en guerre» (War Childhood). Il dédia l’ouvrage, traduit dans six langues, à Mirella, une copine d’école décédée en 1994. Mais il le précise: le livre ne cède pas à la victimisation. Il montre au contraire qu’en période de conflit, les enfants manifestent une vraie résilience et une étonnante créativité qui influencent positivement les adultes  [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Jasminko Halilovic, d’enfant de la guerre à héraut de la paix  Voir?

Jasminko Halilovic avait 4 ans quand la guerre de Bosnie a éclaté. Natif de Sarajevo, il a rassemblé les témoignages de ceux qui avaient son âge pendant le conflit, en a fait un livre puis un musée. Il vient raconter son expérience ce vendredi aux Geneva Peace Talks


Par Stéphane Bussard

Quand la guerre de Bosnie éclata, en 1992, il n’avait que 4 ans. Aujourd’hui, il n’a pas oublié le conflit meurtrier qui ravagea son pays jusqu’en 1995 et les 1425 jours de siège de Sarajevo qui coûta la vie à 11 500 civils. Jasminko Halilovic, 30 ans, a la mémoire encore vive, mais il a eu vite conscience de ne pas être seul à avoir son vécu. Fils d’universitaires, il a été épargné par les pires travers de la guerre, aucun membre de sa famille n’ayant été blessé. Mais il n’en a pas moins senti le poids des hostilités sur ses épaules d’enfant. C’est fort de cette expérience qu’il vient témoigner aujourd’hui aux Geneva Peace Talks au Palais des Nations*.

Ouvrage collectif

Né à Sarajevo, Jasminko Halilovic le souligne: «Si les adultes prenaient conscience des lourdes conséquences de la guerre sur les enfants, ils auraient une autre compréhension des vertus de la paix.» C’est pour faire comprendre ce message qu’il s’est lancé, voici quelques années, dans une expérience unique: rassembler les témoignages de ceux qui étaient des enfants comme lui en pleine guerre de Bosnie. En leur demandant en ligne ce que signifiait être un enfant pendant la guerre, il toucha une corde sensible. Il reçut plus de 1000 réponses, chacune limitée à 160 caractères et dont il fera, en 2013, un livre, «Enfance en guerre» (War Childhood). Il dédia l’ouvrage, traduit dans six langues, à Mirella, une copine d’école décédée en 1994. Mais il le précise: le livre ne cède pas à la victimisation. Il montre au contraire qu’en période de conflit, les enfants manifestent une vraie résilience et une étonnante créativité qui influencent positivement les adultes  [...]


>> Lire la suite

Fermer

(01/02/2019 @ 18:25)

Education – numérique ou dialogique ?  Voir?

Internet et Big data modifient radicalement l’apprentissage. L’avenir appartient-il donc à l’étudiant numérique ?, s’est demandée récemment la «Frankfurter Allgemeine Zeitung» avant d’ajouter: ce serait inquiétant. Voici une tentative d’explication. Depuis longtemps, les techniques numériques occupent notre vie. On ne peut plus se passer de l’ordinateur, d’Internet, des médias sociaux. Les techniques numériques ont pénétré dans presque tous les domaines de la vie; elles déterminent notre quotidien. Sans faute. Nous tous les utilisons. Il n’est pas possible de revenir en arrière.


Par Carl Bossard, ancien recteur-fondateur de la Haute École pédagogique de Zoug

«L’idée que l’enseignement pourrait être remplacé par un programme informatique est un mythe. Le contact et l’accompagnement humain font la différence décisive dans les résultats d’apprentissage.» (Sebastian Thrun)

Les techniques numériques dominent le quotidien

La panoplie allant d’Internet à Google glass en passant par le Smartphone détermine également la vie des adolescents – et transforme l’enseignement. Le quotidien scolaire et l’apprentissage se numérisent. Cela a des conséquences. Il ne faut pas rester aveugle, enivré, hébété face à ces conséquences. Il faut les juger et y réfléchir. Cependant, «penser jusqu’au bout est un dur labeur», a écrit Robert Holzach,1 ancien président du Conseil d’administration de la Société de Banque suisse SBS. Lors d’un changement de paradigme radical, telle la révolution numérique de l’éducation, il est indispensable de continuer à réfléchir et à sonder la loi des effets secondaires involontaires  [...]

>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Education – numérique ou dialogique ?  Voir?

Internet et Big data modifient radicalement l’apprentissage. L’avenir appartient-il donc à l’étudiant numérique ?, s’est demandée récemment la «Frankfurter Allgemeine Zeitung» avant d’ajouter: ce serait inquiétant. Voici une tentative d’explication. Depuis longtemps, les techniques numériques occupent notre vie. On ne peut plus se passer de l’ordinateur, d’Internet, des médias sociaux. Les techniques numériques ont pénétré dans presque tous les domaines de la vie; elles déterminent notre quotidien. Sans faute. Nous tous les utilisons. Il n’est pas possible de revenir en arrière.


Par Carl Bossard, ancien recteur-fondateur de la Haute École pédagogique de Zoug

«L’idée que l’enseignement pourrait être remplacé par un programme informatique est un mythe. Le contact et l’accompagnement humain font la différence décisive dans les résultats d’apprentissage.» (Sebastian Thrun)

Les techniques numériques dominent le quotidien

La panoplie allant d’Internet à Google glass en passant par le Smartphone détermine également la vie des adolescents – et transforme l’enseignement. Le quotidien scolaire et l’apprentissage se numérisent. Cela a des conséquences. Il ne faut pas rester aveugle, enivré, hébété face à ces conséquences. Il faut les juger et y réfléchir. Cependant, «penser jusqu’au bout est un dur labeur», a écrit Robert Holzach,1 ancien président du Conseil d’administration de la Société de Banque suisse SBS. Lors d’un changement de paradigme radical, telle la révolution numérique de l’éducation, il est indispensable de continuer à réfléchir et à sonder la loi des effets secondaires involontaires  [...]

>> Lire la suite

Fermer

(01/02/2019 @ 18:25)

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'un parent d'élève (21)  Voir?

Par Anaïs (maman de L.,4 ans)

Sur les conseils de la maîtresse de ma fille nous avons appliqué à la maison cette méthode afin de l’encourager à écouter la voix de son cœur et ainsi évaluer son propre comportement. Cette leçon est intéressante en ce sens qu’elle invite les enfants à porter un regard critique sur leurs agissements. Ils sont ainsi eux-mêmes capables de juger si ce qu’ils ont fait est bien ou mal sans que leur jugement ne soit influencé par l’intervention d’un adulte.
Ma fille de 4 ans a tout de suite été très sensible et réceptive à la leçon du Professeur Hibou*. Désormais, c’est même devenu un réflexe pour elle d’écouter son cœur. Il n’est plus nécessaire pour nous d’invoquer le Professeur Hibou, puisqu’elle s’isole d’elle-même dès lors qu’elle estime ne pas avoir eu un bon comportement. 

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

... / ... Lire la suite

LA LEÇON DE PROFESSEUR HIBOU - Témoignage d'un parent d'élève (21)  Voir?

Par Anaïs (maman de L.,4 ans)

Sur les conseils de la maîtresse de ma fille nous avons appliqué à la maison cette méthode afin de l’encourager à écouter la voix de son cœur et ainsi évaluer son propre comportement. Cette leçon est intéressante en ce sens qu’elle invite les enfants à porter un regard critique sur leurs agissements. Ils sont ainsi eux-mêmes capables de juger si ce qu’ils ont fait est bien ou mal sans que leur jugement ne soit influencé par l’intervention d’un adulte.
Ma fille de 4 ans a tout de suite été très sensible et réceptive à la leçon du Professeur Hibou*. Désormais, c’est même devenu un réflexe pour elle d’écouter son cœur. Il n’est plus nécessaire pour nous d’invoquer le Professeur Hibou, puisqu’elle s’isole d’elle-même dès lors qu’elle estime ne pas avoir eu un bon comportement. 

* "La leçon de Professeur Hibou" - les ateliers de la plume EDITIONS

Fermer

(15/01/2019 @ 18:12)

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/01/leducation-nest-en-somme-que-lart-de.html

«  L’éducation n’est, en somme, que l’art de révéler à l’être humain le sens intime qui doit gouverner ses actes, préparer l’emploi de ses énergies et lui communiquer le goût et la force de vivre pleinement.  » ( Henry Bordeaux, avocat, romancier, 1870-1963)

... / ... Lire la suite

http://reseaueducation.blogspot.com/2019/01/leducation-nest-en-somme-que-lart-de.html

«  L’éducation n’est, en somme, que l’art de révéler à l’être humain le sens intime qui doit gouverner ses actes, préparer l’emploi de ses énergies et lui communiquer le goût et la force de vivre pleinement.  » ( Henry Bordeaux, avocat, romancier, 1870-1963)

Fermer

(04/01/2019 @ 09:44)

Trop de cours, pas assez de jeu, des pédiatres tirent la sonnette d’alarme  Voir?

Le jeu participe au bon développement de l'enfant, rappelle une étude publiée en août 2018 dans la revue Pediatrics, éditée par l’Académie américaine de pédiatrie, alarmée par le recul des activités ludiques au profit de l’enseignement théorique chez les jeunes enfants.


Par Mathilde de Robien

Les pédiatres s’émeuvent d’une tendance sociétale qui met l’accent sur l’apprentissage académique très tôt, trop tôt. « De 1981 à 1997, le temps de jeu des enfants a diminué de 25%. Les enfants de 3 à 11 ans ont perdu 12 heures par semaine de temps libre. En raison de la pression scolaire accrue, 30% des enfants des écoles maternelles américaines n’ont plus de récréation », déplorent-ils. Une tendance contre-productive, qui nie les bienfaits et la nécessité quasi vitale du jeu libre.

Une tendance contre-productive

Aujourd’hui, aux États-Unis comme ailleurs, l’accent est mis sur la réussite scolaire, les heures de cours supplémentaires, l’augmentation des devoirs à la maison, dans le but légitime d’assurer un brillant avenir à sa progéniture. Par conséquent, « il reste peu de temps pour les jeux libres, pour la lecture parentale aux enfants ou pour les repas en famille », notent les scientifiques. De plus, le stress lié à cette exigence de réussite vient ternir les effets escomptés. « Les effets stressants de cette approche entraînent souvent le développement ultérieur de l’anxiété, de la dépression et un manque de créativité », lit-on dans les résultats de l’étude. Les auteurs ne manquent pas de souligner que les pays ayant de longues récréations enregistrent tout de même de bons résultats scolaires [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

Trop de cours, pas assez de jeu, des pédiatres tirent la sonnette d’alarme  Voir?

Le jeu participe au bon développement de l'enfant, rappelle une étude publiée en août 2018 dans la revue Pediatrics, éditée par l’Académie américaine de pédiatrie, alarmée par le recul des activités ludiques au profit de l’enseignement théorique chez les jeunes enfants.


Par Mathilde de Robien

Les pédiatres s’émeuvent d’une tendance sociétale qui met l’accent sur l’apprentissage académique très tôt, trop tôt. « De 1981 à 1997, le temps de jeu des enfants a diminué de 25%. Les enfants de 3 à 11 ans ont perdu 12 heures par semaine de temps libre. En raison de la pression scolaire accrue, 30% des enfants des écoles maternelles américaines n’ont plus de récréation », déplorent-ils. Une tendance contre-productive, qui nie les bienfaits et la nécessité quasi vitale du jeu libre.

Une tendance contre-productive

Aujourd’hui, aux États-Unis comme ailleurs, l’accent est mis sur la réussite scolaire, les heures de cours supplémentaires, l’augmentation des devoirs à la maison, dans le but légitime d’assurer un brillant avenir à sa progéniture. Par conséquent, « il reste peu de temps pour les jeux libres, pour la lecture parentale aux enfants ou pour les repas en famille », notent les scientifiques. De plus, le stress lié à cette exigence de réussite vient ternir les effets escomptés. « Les effets stressants de cette approche entraînent souvent le développement ultérieur de l’anxiété, de la dépression et un manque de créativité », lit-on dans les résultats de l’étude. Les auteurs ne manquent pas de souligner que les pays ayant de longues récréations enregistrent tout de même de bons résultats scolaires [...]


>> Lire la suite

Fermer

(04/01/2019 @ 09:38)

En cessant d’écrire à la main, on perd ces 7 aptitudes importantes …  Voir?

Le progrès est en marche pour éliminer pour toujours l’écriture de nos vies. À l’automne 2016 en Finlande, les enfants scolarisés n’avaient plus besoin d’écrire à la main. Et les scientifiques suédois pensent que les capacités motrices des enfants ne leur permettent plus d’écrire des lettres calligraphiées. Pourtant, les recherches affirment qu’en renonçant à l’écriture manuelle, on perd non seulement l’occasion d’écrire une lettre au Père Noël, mais aussi des choses beaucoup plus importantes.


Par Sympa

Voyons les conséquences que pouvaient avoir la perte de l’écriture manuelle sur 7 compétences importantes, et nous expliquons pourquoi il est important de pratiquer la calligraphie au moins une ou deux fois par semaine.

1. La motricité et la coordination se détériorent, et on lit moins bien
Lorsque l’on écrit à la main, on active les zones du cerveau responsables de la formation du langage et de l’interprétation des sensations. Chez les individus qui n’ont pas cette capacité, ces zones sont trop rarement activées. En outre, nous avons dans notre cerveau une zone appelée Aire de Broca, située dans le cortex cérébral des grands hémisphères, responsable de l’assemblage des lettres en mots et de leur compréhension, c’est-à-dire la capacité à lire et écrire. Grâce à l’écriture manuscrite, ce centre se met aussi à fonctionner. Sur la base de ces faits, les scientifiques de l’Université Stavanger en Norvège ont conclu que la capacité à écrire rapidement facilite la lecture, et vice versa : les personnes qui lisent lentement ont tendance à écrire plus difficilement.

2. Ceux qui écrivent peu et mal mesurent moins bien à l’œil nu
En Chine et au Japon, les calligraphes étaient souvent engagés comme archers. En plus de la capacité à concentrer leur attention pendant longtemps sur un seul objet, et la grande précision de leurs gestes, la souplesse des mouvements était importante. De même qu’un trait sur une feuille de papier, on ne peut pas rattraper une flèche mal tirée [...]


>> Lire la suite

... / ... Lire la suite

En cessant d’écrire à la main, on perd ces 7 aptitudes importantes …  Voir?

Le progrès est en marche pour éliminer pour toujours l’écriture de nos vies. À l’automne 2016 en Finlande, les enfants scolarisés n’avaient plus besoin d’écrire à la main. Et les scientifiques suédois pensent que les capacités motrices des enfants ne leur permettent plus d’écrire des lettres calligraphiées. Pourtant, les recherches affirment qu’en renonçant à l’écriture manuelle, on perd non seulement l’occasion d’écrire une lettre au Père Noël, mais aussi des choses beaucoup plus importantes.


Par Sympa

Voyons les conséquences que pouvaient avoir la perte de l’écriture manuelle sur 7 compétences importantes, et nous expliquons pourquoi il est important de pratiquer la calligraphie au moins une ou deux fois par semaine.

1. La motricité et la coordination se détériorent, et on lit moins bien
Lorsque l’on écrit à la main, on active les zones du cerveau responsables de la formation du langage et de l’interprétation des sensations. Chez les individus qui n’ont pas cette capacité, ces zones sont trop rarement activées. En outre, nous avons dans notre cerveau une zone appelée Aire de Broca, située dans le cortex cérébral des grands hémisphères, responsable de l’assemblage des lettres en mots et de leur compréhension, c’est-à-dire la capacité à lire et écrire. Grâce à l’écriture manuscrite, ce centre se met aussi à fonctionner. Sur la base de ces faits, les scientifiques de l’Université Stavanger en Norvège ont conclu que la capacité à écrire rapidement facilite la lecture, et vice versa : les personnes qui lisent lentement ont tendance à écrire plus difficilement.

2. Ceux qui écrivent peu et mal mesurent moins bien à l’œil nu
En Chine et au Japon, les calligraphes étaient souvent engagés comme archers. En plus de la capacité à concentrer leur attention pendant longtemps sur un seul objet, et la grande précision de leurs gestes, la souplesse des mouvements était importante. De même qu’un trait sur une feuille de papier, on ne peut pas rattraper une flèche mal tirée [...]


>> Lire la suite

Fermer

(04/01/2019 @ 09:38)

Dernière mise à jour : 22/05/2019 @ 02:22

Visites

 750062 visiteurs

 1 visiteur en ligne

 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
hexkCe
Recopier le code :
158 Abonnés