Tous les articles
Solidarité financière

Les enseignants du primaire en résistance sont parfois sanctionnés par des retraits de salaire. Vous pouvez participer solidairement pour compenser ces sanctions financières:


voir ICI
 ↑  
Archives

Vous trouverez ici les archives des actions passées.

 ↑  
Recherche
Recherche
Nouvelles des Amis - Convergence des luttes

Convergence des luttes

http://www.convergencedesluttes.fr/blog/index.php?


Revendications des grévistes de Radio France  Voir?

Beaucoup de signataires de la pétition de soutien aux grévistes de Radio France demandent, à juste titre quelles sont leurs revendications.

Vous les trouverez dans les liens suivants qui renvoient vers les 4 préavis de grève déposés au début du mouvement, le 19 mars 2015.

43871faed3192bd8a45986573285713c.jpg

Préavis numéro 1 (sur l’arrêt des externalisations au sein de la direction de l’établissement, l’abandon de la réorganisation du service propreté le maintien des effectifs et des moyens au service accueil et sécurité).

Préavis numéro 2 (sur l’abandon de la réforme des modes de production et de la verticalisation des métiers et des moyens de production).

Préavis numéro 3 (sur le maintien des effectifs et le retour à l’intégralité des programmes locaux dans le réseau des radios France Bleu).

Préavis numéro 4 (sur le maintien de l’ensemble des formations musicales permanentes).

 

... / ... Lire la suite

(04/04/2015 @ 12:39)

Une tribune pour Tsipras et Syriza  Voir?

Un article paru sur La Tribune détonne actuellement dans le contexte du Syriza bashing qui infecte tous nos médias de la classe dominante depuis la victoire de Tsipras.

Il a été largement relayé sur les réseaux sociaux.

En attendant d'autres articles qui diront que Syriza et Podemos trahissent le peuple qui les a portés au pouvoir, voici quelques lignes de l'article source.

N'hésitez pas à consulter l'intégralité de l'article du 3 avril en ligne ici.

Et si, désormais, la pression dans l'affaire grecque s'exerçait surtout sur les... Européens ?

 

MerkelGrece.jpg

[...] Voici encore dix jours, lorsqu'Alexis Tsipras se rend à Berlin pour rencontrer la chancelière, la situation d'Athènes semble désespérée. Et chacun pense que le nouveau premier ministre va céder. Les Européens continuent alors à appliquer leur stratégie du « nœud coulant. » L'idée est simple : le temps joue alors, croit-on à Bruxelles, pour les créanciers. Les dépôts des banques grecques se vident, la situation économique se dégrade, la BCE peut, à tout moment, faire imploser le système bancaire grec en coupant l'accès à la liquidité d'urgence. La pression va être telle sur Alexis Tsipras que ce dernier va être contraint d'accepter les conditions de ses créanciers. Ces conditions, on en a eu confirmation mercredi dernier, sont politiques : c'est l'acceptation de « réformes » du marché du travail et des pensions qui ne sont pas urgentes sur le plan économique, mais qui permettent « d'annuler » politiquement l'essentiel du programme et du message de Syriza. C'était là l'essentiel. Tout à cette stratégie, l'Eurogroupe n'a cessé de rejeter les propositions de réformes présentées par la Grèce, quatre à ce jour. Elles n'étaient pas assez complètes, pas assez précises, pas convaincantes.

Cette stratégie européenne se fondait sur une certitude : que la Grèce refuserait de renverser la table en faisant défaut ou en envisageant la sortie de la zone euro. Certitude pas entièrement dénuée de sens puisque, avant l'accord du 20 février, le gouvernement hellénique avait fait de sérieuses concessions pour éviter la « rupture. » Mais en réalité, c'était le point faible du dispositif européen. En face, Alexis Tsipras a donc développé sa propre stratégie qui, semble-t-il aujourd'hui, porte ses fruits.

Temporiser pour renforcer sa position

La première partie de cette stratégie est la « temporisation. » Athènes a joué le jeu que les Européens voulaient lui faire jouer. Faire un peu plus de concessions chaque semaine. En février, il a abandonné son idée d'annulation d'une partie de la dette publique. Un peu plus tard, il a refusé de prendre des « mesures unilatérales », puis il a accepté à chaque refus, de venir présenter de nouvelles listes de réformes et même de mettre en place certaines privatisations. Les Européens ont compris ces mouvements comme des reculs et s'en sont félicités. Mais en réalité, ces concessions ne leur étaient pas destinées. Il s'agissait de montrer au peuple grec la volonté de son gouvernement de négocier avec l'Europe, donc son engagement sincère à demeurer dans la zone euro. Tout en ne cédant pas sur l'essentiel, autrement dit, sur ce pourquoi les Grecs (au-delà du seul vote Syriza) avaient voté : la fin de l'austérité et de « l'humiliation » du peuple grec.

Avec cette stratégie de temporisation, Alexis Tsipras donnait l'impression aux Européens qu'ils se renforçaient, alors qu'en réalité, ils s'affaiblissaient. Plus le temps passait, plus les Grecs s'exaspéraient de l'attitude européenne, et plus Alexis Tsipras devenait populaire par sa capacité à ne pas céder. Les exigences de la nouvelle troïka ressemblaient de plus en plus à celle de l'ancienne. De plus en plus, les négociations ressemblaient à une nouvelle façon de vouloir « humilier » les Grecs. Et progressivement, le mot « rupture » (rixi, ρήξη) est devenu de plus en plus dans l'air du temps en Grèce.  Le 25 mars, jour de la fête nationale, il a été prononcé par le ministre des Finances Yanis Varoufakis, en réponse à un message de soutien envoyé de la foule : « il faudra nous soutenir après la rupture », a-t-il répondu.

L'offensive feutrée

Désormais assuré de ses arrières, Alexis Tsipras a pu passer à l'offensive pour placer les Européens en difficulté. Offensive feutrée : le premier ministre sait qu'il a tout à perdre d'une confrontation frontale, où la petite Grèce serait isolée face à ses 27 « partenaires » unis dans la volonté de faire céder le gouvernement. Son but est sans doute toujours de parvenir à un accord sans rupture, aussi dément-il toutes les « fuites » et continue-t-il officiellement de croire à une entente. Il a même continué à faire preuve de bonne volonté, avec la présentation de la nouvelle liste de réformes en 26 points présentée le 1er avril. Mais il sait que pour parvenir à ses fins, il devait rééquilibrer le rapport de force entre la Grèce et ses créanciers. Et pour cela, il a envoyé des messages clairs que, désormais, la rupture devenait possible.

Le rapprochement avec Moscou

[...] Alexis Tsipras, le 31 mars, a donné le ton de sa très attendue visite à Moscou le 8 avril en affirmant que les « sanctions contre la Russie ne mènent nulle part. » C'était un désaveu de la politique orientale de Bruxelles qui avait de quoi inquiéter à la Commission. Le menace à peine dissimulée était qu'Athènes pourrait bien défendre les intérêts russes dans l'UE, particulièrement si l'UE se montrait sévère avec la Grèce...

Le temps ne joue plus pour les Européens

Dès lors, la pression s'exerce aussi sur les Européens. S'ils poursuivent leur stratégie de « nœud coulant », ils risquent gros. Certes, si la Grèce ne paie pas le FMI le 9 avril, elle ne sera pas immédiatement considérée par l'institution de Washington en défaut. Il faut un mois pour que le FMI reconnaisse qu'une « obligation est manquée. » Or, cette déclaration peut provoquer un séisme, car alors le Fonds européen de stabilité financière (FESF) devra légalement réclamer le remboursement des sommes versées à la Grèce... [...]

Un prochain Euro working group est prévu pour le 8 avril, le jour de la visite d'Alexis Tsipras à Moscou et la veille de l'échéance du FMI. Les Européens devront alors désormais soigneusement peser les risques qu'ils acceptent de prendre.

La pression revient sur Angela Merkel

Comme à la veille du 20 février, Alexis Tsipras renvoie Angela Merkel à ses responsabilités. Il sait que la chancelière n'est pas prête à prendre le risque d'une sortie de la Grèce et de la zone euro et d'un défaut de ce pays sur ses engagements vis-à-vis du contribuable allemand. [...].  Tsipras, longtemps sous-estimé par la presse étrangère, a fait preuve d'une intelligence stratégique de premier plan dans cette affaire et qui n'est pas sans rappeler celle de Fabius Cunctator, le général romain qui usa les Carthaginois victorieux d'Hannibal durant la deuxième guerre punique.

Le premier ministre grec n'est certes pas assuré de remporter la victoire, mais il a prouvé qu'il était un des rares dirigeants européens à pouvoir tenir tête, sur le plan tactique, à Angela Merkel.

... / ... Lire la suite

(03/04/2015 @ 23:01)

Réforme du collège: l'intersyndicale du secondaire monte au créneau  Voir?

A peine le temps de décoder le texte proposé il y a quelques jours par la ministre de l'Education Nationale... Les syndicats ont bien fait la même analyse que les personnels sur le terrain. Mieux: ils publient le 3 avril un communiqué commun qui annonce leur entrée en guerre contre cette réforme.

 

Reforme_du_college.jpg

 

L’intersyndicale du 2nd degré dit non à la réforme du collège !

Les organisations syndicales SNES-FSU, SNUEP-FSU, SNALC-FGAF, SNFOLC, CGT Educ’action et Sud Éducation expriment leur refus du projet de réforme du collège parce qu’il est fondé sur l’autonomie des établissements et la multiplication des hiérarchies intermédiaires sous l’autorité du chef d’établissement. Sa mise en œuvre institutionnaliserait le principe de mise en concurrence entre les disciplines, entre les enseignants et entre les établissements, fragiliserait la structuration disciplinaire du collège et engendrerait toujours plus d’inégalités entre les élèves.

Elles demandent le retrait de ce projet et la reprise de discussions sur de nouvelles bases.

Elles appellent les personnels du second degré à se rassembler dans les établissements et en assemblées générales pour débattre des conditions de l’amélioration du collège et repousser ce projet de texte.

Nos organisations conviennent de se revoir après le Conseil Supérieur de l’Éducation du 10 avril qui examinera le projet ministériel pour discuter et définir les modalités d’actions nécessaires, y compris la grève.

... / ... Lire la suite

(03/04/2015 @ 14:50)

Fukushima: où sont les coeurs ?  Voir?

On ne le sait même pas... Cette gigantesque catastrophe industrielle continue de dépasser TEPCO et les autorités japonaises...

Mais même si on savait où sont les coeurs des réacteurs qui ont fondu en 2011, on ne pourrait commencer leur récupération avant 2020 ou 2025.

Les dernières nouvelles de Fukushima ne sont pas bonnes. Et pendant ce temps, les lobbies du nucléaire font toujours la pluie et le beau temps...

SumoFukushima.jpg

Quelques extraits d'un article du Monde, le 1er avril.

La source est ici.


... Seule certitude à ce jour : le cœur, c'est-à-dire le combustible nucléaire des réacteurs 1, 2 et 3 en activité lors de l'accident (le réacteur 4 était déchargé et les 5 et 6 à l'arrêt), a fondu dans les heures qui ont suivi la perte de l'alimentation électrique et de la source de refroidissement de la centrale. [...]. Le combustible n'a pas été refroidi pendant 14 heures pour le réacteur 1, et environ 7 heures pour les tranches 2 et 3.

Il s'est alors formé un corium, un magma à très haute température (plus de 2 000 °C) extrêmement radioactif, agrégeant uranium, plutonium, produits de fission et métal fondu provenant des gaines de combustible en alliage de zirconium, ainsi que des structures internes des réacteurs. Et ce corium a perforé les cuves métalliques des trois réacteurs.
 

[...]

Toute la question est de savoir où s'est ensuite logé ce magma brûlant. La base des réacteurs est formée d'un socle en béton – un radier – qui peut atteindre 8 mètres d'épaisseur. A environ un mètre sous la surface de ce socle se trouve aussi, prise dans le béton, une couche d'acier. Le corium est-il resté contenu dans la partie supérieure du radier, sans franchir l'enveloppe en acier, comme l'assure Tepco ? A-t-il pénétré plus avant dans le béton et, dans ce cas, jusqu'à quelle profondeur et sur quelle superficie ? [...]

La crainte, majeure dans les semaines qui ont suivi l'accident, que cette matière radioactive n'atteigne le sous-sol du site nucléaire et disperse de la radioactivité dans les eaux souterraines, semble toutefois écartée. « Les mesures de la radioactivité des eaux qui circulent sous les bâtiments montrent que le corium doit être resté bloqué dans le radier. Sinon, cette radioactivité serait beaucoup plus élevée, indique Thierry Charles, directeur général adjoint de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN). En revanche, on ignore où se trouve exactement le corium. »

[...]

L'enjeu est crucial. « La reprise du combustible fondu sera la partie la plus lourde et la plus complexe du chantier de démantèlement », souligne Thierry Charles. Une fois le corium localisé, il faudra fabriquer des outils robotisés de découpe et d'extraction – la radioactivité interdit toute intervention humaine directe –, concevoir des conditionnements adaptés et trouver une solution de stockage aujourd'hui inexistante. La récupération des cœurs perdus de Fukushima ne devrait pas commencer avant 2020 ou 2025, et les opérations sont prévues pour durer entre vingt et trente ans.

 

... / ... Lire la suite

(02/04/2015 @ 19:02)

Un audit de la dette en Grèce: c'est bien. Et en France?  Voir?

Le 17 mars 2015 le parlement Grec a annoncé un audit de la dette publique.

En France, d'après les estimations du Collectif pour un audit citoyen de la dette, 59 % de notre dette publique ( 1950 milliards) serait illégitime.

Des infos et des chiffres ci-dessous...

 

CAC.png

 

Après l'annonce, au début du mois, de la création d'une commission du Parlement grec sur les réparations allemandes de la seconde guerre mondiale, la présidente de la Vouli, Zoé Konstantopoulou, a confirmé, mardi 17 mars, la constitution d'une commission d'audit sur la dette grecque.

« L'objectif est de déterminer l'éventuel caractère odieux, illégal ou illégitime des dettes publiques contractées par le gouvernement grec », a précisé Mme Konstantopoulou lors d'une conférence de presse, faisant allusion à plusieurs affaires de corruption et à l'opacité qui entoure l'achat d'armes par son pays.

« Le peuple a le droit de demander que la partie de la dette qui est illégale - si cela est avéré à l'issue de la commission - soit effacée », a-t-elle ajouté.

L'article 7 du règlement adopté en mai 2013 par l'Union européenne (UE) prévoit en effet qu'« un Etat membre faisant l'objet d'un programme d'ajustement macroéconomique réalise un audit complet de ses finances publiques afin, notamment, d'évaluer les raisons qui ont entraîné l'accumulation de niveaux d'endettement excessifs ainsi que de déceler toute éventuelle irrégularité » ...

 

EN FRANCE, UNE GRANDE PART DE LA DETTE PUBLIQUE SERAIT ILLEGITIME...

59% de la dette publique est illégitime : stop à l’austérité !

L’audit de la dette publique publié aujourd’hui par les experts du Collectif pour un audit citoyen est un pavé dans la mare des politiques d’austérité : sur les 1950 milliards d’euros de dette publique accumulés depuis trente ans, près de 600 milliards sont dûs à des taux d’intérêts excessifs, et près de 500 milliards proviennent des cadeaux fiscaux consentis principalement aux riches et aux actionnaires. Au total, pas moins de 59% de la dette publique est illégitime. Pour stopper l’austérité qui dope le FN et ses amis, il faut sans tarder engager une restructuration des dettes publiques en France et en Europe.

 

Le FN à 25%, le Parti Socialiste à 15% : la soumission de François Hollande aux politiques européennes d’austérité se paie très cher. L’austérité rassure les marchés financiers mais désespère les peuples. Entendre le message des urnes, pour un gouvernement de gauche, ce serait remettre en cause le pouvoir des marchés, en commençant par leur principale arme aujourd’hui : la dette publique. Le rapport publié aujourd’hui par le Collectif pour un audit citoyen de la dette publique montre que c’est légitime et possible.

Si la dette a augmenté c’est d’abord parce que l’État a multiplié les exonérations pour les ménages aisés et les grandes entreprises : de ce fait la part des recettes de l’État dans le PIB a chuté de 5 points en 30 ans. Si l’État avait préservé ses recettes au lieu d’organiser ses déficits, la dette publique serait aujourd’hui inférieure de 24 points de PIB (soit 488 milliards €) à son niveau actuel.
D’autre part des taux d’intérêt excessifs ont provoqué un « effet boule de neige » qui pèse très lourdement sur la dette actuelle. Si l’État, au lieu de se financer depuis 30 ans sur les marchés financiers, avait recouru à des emprunts directement auprès des ménages ou des banques à un taux d’intérêt réel de 2 %, la dette publique serait aujourd’hui inférieure de 29 points de PIB (soit 589 milliards €) à son niveau actuel.

Au total, pas moins de 59% de l’actuelle dette publique proviennent des cadeaux fiscaux et des taux d’intérêts excessifs. Ces conclusions montrent l’illégitimité d’une très large partie de cette dette. Les politiques d’austérité imposées aux populations au nom de son remboursement sont donc absurdes économiquement, dangereuses politiquement et injustifiables du point de vue de l’intérêt général : cette dette publique n’a été creusée qu’au bénéfice de l’oligarchie financière, celle-ci doit supporter le coût de son annulation. Comme le propose le rapport du Collectif, il faut sortir les États des griffes des marchés financiers. Il y a urgence démocratique !

Voir le rapport Que faire de la dette ? Un audit de la dette publique de la France, publié par le Collectif pour un audit citoyen de la dette.

... / ... Lire la suite

(02/04/2015 @ 17:08)

Journée mondiale de mobilisation, stop TAFTA le 18 avril 2015  Voir?

 

Depuis des décennies, les gouvernements négocient en secret des accords de libre-échange et d’investissement. Ces accords sapent nos droits, détruisent l’emploi et l’environnement dans le seul intérêt court-termiste des multinationales. Les négociations transatlantiques avec les États-Unis (TAFTA) et le Canada (CETA) en sont de parfaits exemples. Mais sur tous les continents, les mobilisations s’amplifient pour dénoncer ces traités des multinationales et promouvoir la justice sociale et écologique.

 

 

TAFTA18042015.jpg

En quelques mois, la campagne Stop TAFTA a pris de l’ampleur en Europe : 1,5 million de signatures de l’Initiative citoyenne auto-organisée, création de milliers de collectifs locaux, multiplication des débats publics et actions, collectivités « Hors TAFTA », encerclement du Conseil de l’UE... et journée européenne Stop TAFTA le 11 octobre dernier. Nous avons permis de mettre en lumière ces projets d’accords et d’ouvrir un débat public sur ce sujet. Puisque les gouvernements font la sourde oreille, le 18 avril nous ferons encore plus de bruit pour dire Stop TAFTA et Stop CETA avec les mouvements de toute l’Europe et d’Amérique du Nord !

Le collectif Stop TAFTA appelle à décliner l’appel international à action [1] sur tout le territoire pour mettre en échec les traités des multinationales et promouvoir une économie au service des peuples et de la planète :


Pour l’agriculture paysanne : Stop TAFTA !

Alors que l’agriculture à taille humaine et respectueuse de l’environnement étouffe déjà sous le rouleau compresseur de l’industrialisation, TAFTA déversera un déluge de produits agricoles à bas coût qui détruiront les filières agricoles, dérèglementera l’utilisation de pesticides, renforcera les droits de propriété intellectuelle qui bénéficieront aux multinationales semencières et chimiques, facilitera l’utilisation des OGM et mettra à terre le système AOC [2] / IGP [3] . Il poussera les paysans à la faillite, accélèrera le dépeuplement des campagnes, la transformation de nos fermes en usines, et installera encore plus profondément la malbouffe au cœur de nos vies.


Pour la santé : Stop TAFTA !

Alors que les systèmes de santé européens sont sous la pression constante des politiques d’austérité, le TAFTA vise à ouvrir des pans entiers de la protection sociale, de nos systèmes médicaux et hospitaliers aux intérêts des multinationales, et à faire primer ceux-ci sur l’intérêt général. Brevets sur les médicaments renforcés ; attaques contre la transparence des essais cliniques ; nouvelles armes données aux multinationales, y compris du tabac, pour attaquer les législations sur la santé publique ; abaissement des normes sanitaires et phytosanitaires : le TAFTA nuit gravement à la santé.


Pour le climat : Stop TAFTA !

Alors que la crise climatique est le plus grand défi du XXIe siècle, le TAFTA va à l’encontre de la transition énergétique et écologique dont nous avons besoin pour éviter le désastre. Le TAFTA donnera de nouvelles armes aux pétroliers pour tuer les initiatives et le développement des technologies de la transition et empêchera d’interdire les méthodes d’extraction climaticides (gaz de schistes, sables bitumineux, etc.). De plus, l’augmentation des flux de marchandises de part et d’autre de l’Atlantique va à contre courant de la nécessaire relocalisation de nos économies. L’adoption du TAFTA enverrait un message clair : Game Over pour le climat.


Pour l’emploi : Stop TAFTA !

Alors que les travailleurs américains souffrent du refus de leur pays de ratifier les conventions internationales les plus basiques en matière de droits sociaux, le TAFTA vise à renforcer la concurrence entre les travailleurs des deux côtés de l’Atlantique. L’accord facilitera la course aux bas salaires et au droit du travail dérégulé. Il permettra aux multinationales d’accroître les pressions à la baisse sur les salaires et les conditions de travail. Les effets de la compétitivité par le bas ne s’arrêtent pas là : des études tirent la sonnette d’alarme et prédisent jusqu’à 600 000 pertes d’emplois en Europe dans la première décennie de l’accord. Pour les travailleurs européens et américains, c’est un système perdant-perdant, où seuls les actionnaires gagneront. Pour l’emploi local et durable, le TAFTA ne passera pas !


Pour la démocratie : Stop TAFTA !

Alors que le pouvoir du politique est de plus en plus faible, le TAFTA, en créant des règles supérieures aux lois, renforcera l’impuissance des décideurs élus. L’accord créera une nouvelle institution euro-américaine qui affaiblira les parlements et les collectivités. Enfin, il mettra en place des tribunaux privés au service des multinationales, qui pourront contourner la justice, attaquer les lois qui les dérangent et obtenir des milliards de compensation. Le message du TAFTA est clair : la démocratie n’est pas compétitive !

Le TAFTA et les autres traités de libre-échange ne prospèrent que grâce à l’opacité qui les entoure. C’est en exposant ces vampires à la lumière que nous les ferons disparaitre. Le 18 avril, faisons jouer l ‘ « effet Dracula », braquons nos projecteurs sur ces accords !

Ensemble, nous pouvons arrêter les accords en cours de négociation et renverser les effets néfastes des accords passés. Nous pouvons faire avancer nos alternatives, qui placent les peuples et la planète avant les profits des multinationales.

... / ... Lire la suite

(01/04/2015 @ 16:42)

Journée d'action interprofessionnelle du 9 avril 2015  Voir?

Pour mémoire ci-dessous un des premiers communiqués unitaires appelant à cette journée nationale d'action.

Bien d'autres préavis et communiqués ont été publiés depuis...

rubon1654.png

 

Déclaration des organisations syndicales CGT, FO et Solidaires


Journée de grève interprofessionnelle le 9 avril
 

Combattre et réduire le chômage, permettre la création d’emplois en changeant de politique économique, préserver les droits et tous les régimes sociaux, garantir et promouvoir le service public, augmenter les salaires (secteurs public et privé), les retraites, les pensions et les minimas sociaux, constituent des priorités sociales, de surcroît en période de crise.

Réunies le 17 février 2015, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires affirment leur détermination pour faire aboutir ces revendications et lutter contre l’austérité et ses impacts destructeurs tant socialement, économiquement que démocratiquement.

Le « pacte de responsabilité », la rigueur budgétaire, la réforme territoriale, nombre de dispositions du projet de loi libérale « Macron » ainsi que plusieurs décisions des pouvoirs publics et du patronat aggravent la situation des salarié(e)s, des retraité(e)s et des chômeurs(ses).

De nombreuses luttes et mobilisations syndicales sont d’ores et déjà engagées dans les entreprises, les services publics et les secteurs professionnels.

Pour faire converger ces revendications et exiger du gouvernement et du patronat qu’ils y répondent, les organisations syndicales CGT, FO et Solidaires s’engagent dans un processus de mobilisation. Conscientes de leur responsabilité, elles invitent les retraité(e)s et les chômeurs(ses) à se mobiliser et appellent l’ensemble des salarié(e)s, du public et du privé, à une journée de grève interprofessionnelle et à manifester le 9 avril 2015.

Paris, 17 février 2015

... / ... Lire la suite

(27/03/2015 @ 19:15)

Dernière mise à jour : 29/08/2015 @ 23:14

Visites

 507469 visiteurs

 10 visiteurs en ligne

 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
CWYAGw
Recopier le code :
155 Abonnés